22 janvier 1956 – L’Appel pour une trêve civile en Algérie : Acteurs, contexte et prolongements

Le 22 janvier 1956, à l’initiative d’un groupe où se côtoient militants algériens et intellectuels français d’Algérie, Albert Camus lance à Alger un Appel pour une trêve civile en Algérie. Alors que déjà une guerre multiplie ses victimes, les participants signent en nombre une motion visant à obtenir un engagement conjoint de chacune des forces en présence : Continuer la lecture de 22 janvier 1956 – L’Appel pour une trêve civile en Algérie : Acteurs, contexte et prolongements

L’Appel pour une Trêve civile – Accueil

Par le père Guillaume Michel

Le 22 janvier 1956, à la demande d’un groupe formé d’amis tant algériens que français, Albert Camus fait une conférence à Alger, au Cercle du Progrès, en soutien à un Appel pour une trêve civile en Algérie. Par sa seule inscription dans un présent dramatisé où l’histoire de la colonisation et ses conséquences ne sont pas évoquées[1], le texte de Camus restera une fulgurance qui n‘aura pas laissé d’empreinte sur le cours des événements. Sursaut humaniste répondant à l’impératif éthique d’une situation d’urgence ou mot d’ordre minimal conçu comme un préalable indispensable à toute négociation de fond, cet Appel contraste avec le réalisme politique des interventions du meeting du Comité d’action contre la poursuite de la Guerre en Afrique du Nord qui se tient à la salle Wagram cinq jours après autour, entre autres, d’André Mandouze, d’Aimé Césaire, de Jean Amrouche, de Robert Barrat, de Jean-Paul Sartre.

Continuer la lecture de L’Appel pour une Trêve civile – Accueil

Le « moment janvier 1956 », en France, en Algérie et dans le monde

Par Christian Phéline

Étude. Dialogue. Amitié… Quel endroit, mieux que les Glycines, aurait pu incarner les trois mots sous le signe desquels a voulu se placer cette journée franco-algérienne ? Toute notre gratitude va donc au centre diocésain et en particulier au père Guillaume pour la générosité avec laquelle ils auront soutenu et accueilli notre projet. Continuer la lecture de Le « moment janvier 1956 », en France, en Algérie et dans le monde

Le Nadi El Taraqqi ou Cercle du Progrès à Alger : origine, activités, rôle dans l’affirmation d’une identité algérienne (1927-1962)

Par Nacim El Okbi

C’est au Cercle du Progrès, qui est aussi désigné en arabe sous le nom de Nadi El Taraqqi, que s’est tenue, le 22 janvier 1956, la conférence d’appel pour une trêve civile.

Continuer la lecture de Le Nadi El Taraqqi ou Cercle du Progrès à Alger : origine, activités, rôle dans l’affirmation d’une identité algérienne (1927-1962)

Le comité d’initiative pour la Trêve civile : membres algériens et membres français

Par Agnès Spiquel

Bien des images simplistes circulent sur l’événement même du 22 janvier 1956 au Cercle du Progrès ; elles consistent le plus souvent à en faire une initiative personnelle de Camus, alors que – tous les témoignages concordent sur ce point – il résulte d’une initiative collective, portée par un Comité dont il s’agira ici de préciser l’historique et la composition. Continuer la lecture de Le comité d’initiative pour la Trêve civile : membres algériens et membres français

De la « trêve civile » de 1956 au combat des Libéraux : L’Espoir Algérie (1956-1962)

Par Barkahoum Ferhati

L’Espoir Algérie, journal fondé par une poignée de Libéraux, est né dans un contexte où seuls les Ultras, par la voix de leur presse, incarnée par L’Écho d’Alger, se faisaient entendre et s’acharnaient surtout à étouffer toute éclosion potentielle d’une opinion libérale qui serait venu rompre le schéma commode d’une fausse unanimité. Pour les Ultras, l’Algérie était formée de deux blocs monolithiques, d’un côté les Européens et de l’autre les Musulmans, devant inlassablement se confronter et se heurter. Bien que tardivement, la voix des Libéraux se manifesta pour faire émerger de ce bloc dit des Européens un groupement qui évoluera du « libéralisme paternaliste » vers un « libéralisme militant » lequel, en 1960, pourra dire : « Par et pour les Algériens : parlons net et précis, c’est l’indépendance dont il est question » et, en 1961, s’adressant aux Européens, leur demandera « d’accepter cette patrie telle qu’elle est, ses hommes tout comme son sol. Vous pouvez et vous devez vous y intégrer dans l’honneur et la liberté. ». Continuer la lecture de De la « trêve civile » de 1956 au combat des Libéraux : L’Espoir Algérie (1956-1962)

Le lait et le miel : À propos de la commémoration du soixantième anniversaire de l’Appel à une Trêve Civile Récit d’un participant aux réunions de 1956 et de 2016

Par Georges Timsit

Tout a commencé chez le laitier du quartier. Ce nouveau laitier s’était depuis peu installé boulevard Auguste-Comte à Belcourt. Continuer la lecture de Le lait et le miel : À propos de la commémoration du soixantième anniversaire de l’Appel à une Trêve Civile Récit d’un participant aux réunions de 1956 et de 2016

Les lieux d’une initiative franco-algérienne

Notice de Christian Phéline sur une carte établie
par Bernard Mahaséla

  1. Hôtel Saint-George (aujourd’hui El Djezaïr), 24 avenue Foureau-Lamy (Souïdani-Boudjemaâ)

Grand hôtel construit au XIXe siècle et que fréquentaient les touristes britanniques. Camus y séjourne pour sa venue à Alger du 18 au 24 janvier 1956.

Continuer la lecture de Les lieux d’une initiative franco-algérienne