Journées d’étude, Augustin, témoin de la fin d’un monde


Jeudi 28 mars 2019

Axée sur les textes

Modératrice : Sabah Ferdi, docteur en Sciences de l’Antiquité classique de l’Université de Provence

« Accueil et introduction de la journée » par Chantal Vankalck, directrice du Centre d’études diocésain Les Glycines Continuer la lecture de Journées d’étude, Augustin, témoin de la fin d’un monde

Dialogue et conversion. Augustin face aux vertus de la Rome païenne et aux richesses de la culture classique. Petite introduction à la Cité de Dieu

Par Paul Mattei, Université Lumière-Lyon 2. « Sources chrétiennes » Istituto Patristico « Augustinianum » (Rome) Pontificia Academia Latinitatis

C’est à une lecture cursive de l’œuvre dont le titre latin est : De ciuitate Dei libri XXII que j’invite à présent. Œuvre énorme et difficile, selon le mot de son auteur lui-même, comme nous le verrons mieux plus loin, et dont je n’ai pas la prétention ici de présenter, et d’expliquer, toutes les difficultés. Je désire seulement orienter ma lecture selon ce qui apparaît comme un axe, sinon comme l’axe, majeur de l’œuvre, et que j’explicite dans le titre de mon intervention : Continuer la lecture de Dialogue et conversion. Augustin face aux vertus de la Rome païenne et aux richesses de la culture classique. Petite introduction à la Cité de Dieu

Lire à nouveau le 410 à travers des sources littéraires et juridiques

Par Angelo di Berardino, professeur de patrologie à l’Institut de patristique augustinien (Augustinianum) à Rome

La situation italienne est vraiment désastreuse à partir des années 401-402, au moment où Alaric fait son apparition sur le sol de la vallée du Pô. Continuer la lecture de Lire à nouveau le 410 à travers des sources littéraires et juridiques

Augustin d’Hippone, témoin des difficultés du pouvoir impérial en Afrique

Par Thomas Villey, professeur agrégé d’histoire, docteur en histoire ancienne de l’Université de Caen Normandie et membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM) (UMR 8584). Il collabore par ailleurs depuis 2017 à la Bibliographie analytique de l’Afrique antique. Continuer la lecture de Augustin d’Hippone, témoin des difficultés du pouvoir impérial en Afrique

Saint Augustin témoin de la décadence de l’Empire Romain

par Salima Bisserni, doctorante en philosophie

La Rome païenne fut un empire sans égale (militairement, économiquement, politiquement et religieusement) mais cette dernière perdit tout son prestige sous les mains du Roi des Wisigoths Alaric[1], qui fut tantôt un allié, tantôt le pire adversaire des romains. Continuer la lecture de Saint Augustin témoin de la décadence de l’Empire Romain

La révolution intellectuelle et spirituelle de saint Augustin dans le “De vera religione”, concernant la perfection humaine

Par Nadjia Kebour, de formation philosophique. Professeur de langues et civilisation arabe à l’université de Bologne Italie

Augustin a écrit le De vera religione (de la vraie religion), en 389-391, à Thagaste aujourd’hui Souk Ahras, en Algérie, juste après sa conversion au christianisme. Continuer la lecture de La révolution intellectuelle et spirituelle de saint Augustin dans le “De vera religione”, concernant la perfection humaine

Nouvelles traces du Christianisme au pays d’Augustin

Par Nacera Benseddik, archéologue, docteur d’Etat en histoire ancienne et épigraphie

Au pays d’Augustin[1]

A partir de Carthage où il semble d’abord être arrivé, le christianisme se répandit en Numidie puis dans les Maurétanies, avec un succès tel que, dès 256, un concile pouvait déjà rassembler à Carthage les représentants de 87 évêchés. Continuer la lecture de Nouvelles traces du Christianisme au pays d’Augustin

Histoire comparée et contrefactuelle

Conférence donnée aux Glycines par Skype
le Jeudi 5 octobre 2017

Par Sylvie Thenault

Je voudrais commencer par vous dire mes regrets de ne pas pouvoir être physiquement présente à Alger. Je ne désespère pas de venir plus tard dans l’année et je suis heureuse que la technique nous permette tout de même d’être ensemble et, en particulier, de vous présenter, dans l’heure à venir, ce cycle de l’université pour tous intitulé « histoire comparée/contrefactuelle ». J’espère que vous aurez intérêt et plaisir à le suivre jusqu’au printemps 2018.

Continuer la lecture de Histoire comparée et contrefactuelle

L’observatoire d’Alger : Développement de l’astronomie française en Algérie (1830-1938). Astronomie de province ou astronomie coloniale ?

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 27 avril 2017

Frederic Soulu – Université de Nantes

« Le développement de l’astronomie française en Algérie » décrit et analyse les pratiques des acteurs des sciences de l’observatoire en contexte colonial, entre 1830 et 1938. Continuer la lecture de L’observatoire d’Alger : Développement de l’astronomie française en Algérie (1830-1938). Astronomie de province ou astronomie coloniale ?

Sartre et l’Algérie. Trajectoire d’un intellectuel dans les guerres et les décolonisations du XX° siècle

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 18 mai 2016

Annie Cohen-Solal, ENS – Laboratoire TransferS

Tout au long de sa trajectoire, de 1924 à 1980, Sartre a été marqué par les guerres du XX° siècle de manière décisive, plus particulièrement par la guerre d’Algérie. Continuer la lecture de Sartre et l’Algérie. Trajectoire d’un intellectuel dans les guerres et les décolonisations du XX° siècle

Charles de Foucauld un savant inquiet

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 14 avril 2016

Dominique Casajus, CNRS

La conférence évoquera les circonstances dans lesquelles Charles de Foucauld a élaboré lors de son séjour chez les Touaregs une œuvre linguistique dont il ne prévoyait pas qu’elle l’occuperait plusieurs heures par jour jusqu’à la fin de sa vie.

Continuer la lecture de Charles de Foucauld un savant inquiet

De Tlemcen à Tombouctou : La Médersa en Algérie et en Afrique occidentale 1850-1950

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 25 février 2016

Samuel Anderson,Université de Californie – Los Angeles

Entre 1850 et 1950, l’administration française en Algérie soutenait à Alger, à Constantine et à Tlemcen trois Médersas officielles Continuer la lecture de De Tlemcen à Tombouctou : La Médersa en Algérie et en Afrique occidentale 1850-1950

22 janvier 1956 – L’Appel pour une trêve civile en Algérie : Acteurs, contexte et prolongements

Le 22 janvier 1956, à l’initiative d’un groupe où se côtoient militants algériens et intellectuels français d’Algérie, Albert Camus lance à Alger un Appel pour une trêve civile en Algérie. Alors que déjà une guerre multiplie ses victimes, les participants signent en nombre une motion visant à obtenir un engagement conjoint de chacune des forces en présence : Continuer la lecture de 22 janvier 1956 – L’Appel pour une trêve civile en Algérie : Acteurs, contexte et prolongements

L’Appel pour une Trêve civile – Accueil

Par le père Guillaume Michel

Le 22 janvier 1956, à la demande d’un groupe formé d’amis tant algériens que français, Albert Camus fait une conférence à Alger, au Cercle du Progrès, en soutien à un Appel pour une trêve civile en Algérie. Par sa seule inscription dans un présent dramatisé où l’histoire de la colonisation et ses conséquences ne sont pas évoquées[1], le texte de Camus restera une fulgurance qui n‘aura pas laissé d’empreinte sur le cours des événements. Sursaut humaniste répondant à l’impératif éthique d’une situation d’urgence ou mot d’ordre minimal conçu comme un préalable indispensable à toute négociation de fond, cet Appel contraste avec le réalisme politique des interventions du meeting du Comité d’action contre la poursuite de la Guerre en Afrique du Nord qui se tient à la salle Wagram cinq jours après autour, entre autres, d’André Mandouze, d’Aimé Césaire, de Jean Amrouche, de Robert Barrat, de Jean-Paul Sartre.

Continuer la lecture de L’Appel pour une Trêve civile – Accueil

Le « moment janvier 1956 », en France, en Algérie et dans le monde

Par Christian Phéline

Étude. Dialogue. Amitié… Quel endroit, mieux que les Glycines, aurait pu incarner les trois mots sous le signe desquels a voulu se placer cette journée franco-algérienne ? Toute notre gratitude va donc au centre diocésain et en particulier au père Guillaume pour la générosité avec laquelle ils auront soutenu et accueilli notre projet. Continuer la lecture de Le « moment janvier 1956 », en France, en Algérie et dans le monde

Le Nadi El Taraqqi ou Cercle du Progrès à Alger : origine, activités, rôle dans l’affirmation d’une identité algérienne (1927-1962)

Par Nacim El Okbi

C’est au Cercle du Progrès, qui est aussi désigné en arabe sous le nom de Nadi El Taraqqi, que s’est tenue, le 22 janvier 1956, la conférence d’appel pour une trêve civile.

Continuer la lecture de Le Nadi El Taraqqi ou Cercle du Progrès à Alger : origine, activités, rôle dans l’affirmation d’une identité algérienne (1927-1962)

Le comité d’initiative pour la Trêve civile : membres algériens et membres français

Par Agnès Spiquel

Bien des images simplistes circulent sur l’événement même du 22 janvier 1956 au Cercle du Progrès ; elles consistent le plus souvent à en faire une initiative personnelle de Camus, alors que – tous les témoignages concordent sur ce point – il résulte d’une initiative collective, portée par un Comité dont il s’agira ici de préciser l’historique et la composition. Continuer la lecture de Le comité d’initiative pour la Trêve civile : membres algériens et membres français

De la « trêve civile » de 1956 au combat des Libéraux : L’Espoir Algérie (1956-1962)

Par Barkahoum Ferhati

L’Espoir Algérie, journal fondé par une poignée de Libéraux, est né dans un contexte où seuls les Ultras, par la voix de leur presse, incarnée par L’Écho d’Alger, se faisaient entendre et s’acharnaient surtout à étouffer toute éclosion potentielle d’une opinion libérale qui serait venu rompre le schéma commode d’une fausse unanimité. Pour les Ultras, l’Algérie était formée de deux blocs monolithiques, d’un côté les Européens et de l’autre les Musulmans, devant inlassablement se confronter et se heurter. Bien que tardivement, la voix des Libéraux se manifesta pour faire émerger de ce bloc dit des Européens un groupement qui évoluera du « libéralisme paternaliste » vers un « libéralisme militant » lequel, en 1960, pourra dire : « Par et pour les Algériens : parlons net et précis, c’est l’indépendance dont il est question » et, en 1961, s’adressant aux Européens, leur demandera « d’accepter cette patrie telle qu’elle est, ses hommes tout comme son sol. Vous pouvez et vous devez vous y intégrer dans l’honneur et la liberté. ». Continuer la lecture de De la « trêve civile » de 1956 au combat des Libéraux : L’Espoir Algérie (1956-1962)

Le lait et le miel : À propos de la commémoration du soixantième anniversaire de l’Appel à une Trêve Civile Récit d’un participant aux réunions de 1956 et de 2016

Par Georges Timsit

Tout a commencé chez le laitier du quartier. Ce nouveau laitier s’était depuis peu installé boulevard Auguste-Comte à Belcourt. Continuer la lecture de Le lait et le miel : À propos de la commémoration du soixantième anniversaire de l’Appel à une Trêve Civile Récit d’un participant aux réunions de 1956 et de 2016

Les lieux d’une initiative franco-algérienne

Notice de Christian Phéline sur une carte établie
par Bernard Mahaséla

  1. Hôtel Saint-George (aujourd’hui El Djezaïr), 24 avenue Foureau-Lamy (Souïdani-Boudjemaâ)

Grand hôtel construit au XIXe siècle et que fréquentaient les touristes britanniques. Camus y séjourne pour sa venue à Alger du 18 au 24 janvier 1956.

Continuer la lecture de Les lieux d’une initiative franco-algérienne

Études algériennes