Tous les articles par glycines

Les institutions catholiques et protestantes et la guerre de libération algérienne

Darcie Fontaine, assistant professor of History,
University of South Florida, Etats-Unis.

 
Je crois que nous commençons cette journée d’étude avec certaines idées communes, dont peut-être les plus évidentes sont, d’une part, que la guerre de libération algérienne a été un événement bouleversant pour les chrétiens en France et en Algérie, et d’autre part, que les chrétiens ont été profondément impliqués dans l’élaboration des aspects moraux et idéologiques du conflit, par la mobilisation d’un large éventail de croyances théologiques et politiques. C’est pour cela que nous sommes ici. Aujourd’hui, je me trouve chargée de la tâche d’examiner d’un peu plus près les prises de positions des institutions catholiques et protestantes face à la guerre de libération et leurs conséquences. Continuer la lecture de Les institutions catholiques et protestantes et la guerre de libération algérienne

Témoignage Chrétien et le dossier Jean Muller

Malika El Korso, professeure Département d’Histoire,
Bouzeréah Université Alger 2.

 

  1. Présentation de Témoignage Chrétien.

Fondé en novembre 1941, par le père Chaillet, à Lyon, T.C. est un journal de la Résistance1. Il porte la marque de ses origines et demeure fidèle à son idéal des premiers jours : condamnation du nazisme et du racisme, mais aussi du colonialisme, de l’impérialisme, et de l’oppression sous toutes ses formes.

Cet hebdomadaire catholique, n’est ni un porte-parole de l’Église, ni un journal paroissial.

Il se définit comme un journal d’information et d’opinion, se réclamant ouvertement du catholicisme, rendant compte de l’actualité et jugeant les événements en fonction des préceptes de l’Église et de la morale chrétienne. Continuer la lecture de Témoignage Chrétien et le dossier Jean Muller

L’Eglise d’Oran durant l’entre-deux-guerres et après

Fouad Soufi, chercheur Centre de Recherches
en Anthropologie Sociale et Culturelle, Oran.


En travaillant sur cette modeste contribution à l’histoire de l’Église d’Oran, très vite me sont revenus en mémoire ceux des hommes d’Église avec qui j’étais entré en contact à Oran.

Je ne peux entamer cet exposé sans saluer la mémoire de Pierre Claverie dont l’assassinat le 1er août 1996 avait été, et est encore, considéré comme un affront fait à Oran et ses habitants ; à Alfred Bérenguer, tout aussi modeste, patient, infatigable et curieux de tout et à Géraud Geneste, qui nous a quittés sans un bruit, qui est parti trop tôt. Les frères Paul Décisier et René Tardy qui avaient patiemment construit une bibliothèque d’histoire dans un espace cédé par le curé de l’église Saint-Esprit, l’abbé Bérenguer. Mon souvenir amical va aussi à Thierry Becker, Jean-Louis Déclais et à Bernard Janicot et ses collègues du C.D.E.S. et de la Bibliothèque Sophia, et enfin Mgr Henri Teissier, que par respect et par timidité, j’observais de loin, l’évêque d’Oran, devenu archevêque. Continuer la lecture de L’Eglise d’Oran durant l’entre-deux-guerres et après

Le cardinal Léon-Etienne Duval vu par les Algériens

Denis Gonzalez, ancien vicaire général du cardinal Duval.


Les citations sont extraites des ouvrages : Denis Gonzalez, Cardinal Léon-Etienne Duval, la voix d’un juste, ENAG Editions, Alger, 2008 ; Denis Gonzalez, Léon-Etienne Duval, une grande conscience morale de son temps, Riveneuve éditions, Paris, 2012

« Point n’’est besoin d’’avoir connu Mgr Duval, observe Me Mouloud Brahimi1, pour savoir qu’il s’’agit d’’un personnage populaire, très respecté dans notre pays, fondamentalement à cause de ses prises de position pendant la guerre de libération nationale ». Continuer la lecture de Le cardinal Léon-Etienne Duval vu par les Algériens

Une protestante au cœur de la guerre d’Algérie (1955-1962). Et si le bidonville de Oued Ouchaia se souvenait de sœur Ghania ?

Barkahoum Ferhati, anthropologue au Centre National
de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et
Historiques, Alger, et chercheur associé à l’École
Hautes-Etudes en Sciences Sociales, Paris.


Sœur Ghania est le prénom algérien que les femmes des bidonvilles attribuèrent à sœur R., laquelle m’a demandé de ne pas divulguer son identité, et ce en accord avec son engagement spirituel dans sa communauté, fondé sur la modestie et la discrétion. Je dois ajouter que sœur Ghania n’accepta ce témoignage qu’après force insistance, notamment de la part de Mgr Teissier et de Nelly Forget qui la rassurèrent sur l’intérêt de son témoignage pour l’Histoire. Qu’ils trouvent ici tous et toutes mes remerciements les plus sincères.

Il ne sera pas question, dans cet article, de la fondatrice de la première Fraternité féminine de Grandchamp en Algérie, sœur Margueritte (1895-1986), une Genèvoise qui s’installa dans un bidonville d’Hussein-Dey qu’elle baptisera Sainte-Corinne, et qui, après une année de travail, contracta une pleurésie l’obligeant à quitter le pays. Il ne sera pas non plus question de Rachel Jacquet (+1955), cette autre suissesse laïque, volontaire du Service Civil International (SCI) qui, au bout de quatre années de dur labeur, mourut d’épuisement ; ni de Marie-Renée Chêné (1911-2000)1, l’intrépide infirmière devenue assistante sociale qui organisa toute une structure socio-médico-éducative dans le bidonville de Boubsila Berardi à Hussein-Dey ; non plus que de la famille Daclin, Charlot (+1994), Juliette (+ 1984) et leur fille Ellen, à l’hospitalité légendaire. Pas plus que je ne parlerai de Nelly Forget, cette autre laïque, volontaire du SCI, qui fut torturée, emprisonnée puis expulsée d’Algérie après le retentissant procès dit des « Chrétiens d’Algérie » ; ni de Marie-Thérèse Brau qui, dans le sillage de Marie-René Chêné, poursuit aujourd’hui, malgré son âge, l’œuvre des centres sociaux auprès des handicapés à Boubsila même ; ni des sœurs blanches des différentes « ruches » qui m’ont ouvert leur mémoire dernièrement, je pense particulièrement à Lucienne Brousse et à Andrée Geoffroy. Continuer la lecture de Une protestante au cœur de la guerre d’Algérie (1955-1962). Et si le bidonville de Oued Ouchaia se souvenait de sœur Ghania ?

Frères et compagnons Dictionnaire biographique d’Algériens d’origine européenne et juive et la guerre de libération (1954-1962)

Rachid Khettab, éditeur et auteur (Dar Khettab).


Tout d’abord je tiens à remercier le père Guillaume de m’avoir invité à participer à cette rencontre, et d’être parmi ces professionnels de la recherche. C’est avec un grand plaisir que je renoue aujourd’hui avec cet exercice de « l’Exposé » pour présenter ma modeste contribution à la connaissance d’une page de notre histoire.

Le travail que je vous présente aujourd’hui est le fruit d’une entreprise de recensement et de compilation de biographies d’Algériens d’origine européenne ou juive et la guerre de libération nationale 1954-1962. Ce présent dictionnaire, s’intéresse à des personnes qui sont nées ou qui vivaient en Algérie et qui au moment du déclenchement de la révolution ou au cours de la lutte de libération ont pris position en faveur de ce combat1. Continuer la lecture de Frères et compagnons Dictionnaire biographique d’Algériens d’origine européenne et juive et la guerre de libération (1954-1962)

Les prêtres de la Mission de France dans la guerre d’Algérie : une résistance plurielle

Sybille Chapeu, docteur en histoire,
Université de Toulouse-Le-Mirail.


Dans les résistances chrétiennes à la guerre d’Algérie, la Mission de France occupe une place particulière. Elle constitue un observatoire privilégié pour contribuer à éclairer une partie de l’histoire du catholicisme français face à la décolonisation1.
Continuer la lecture de Les prêtres de la Mission de France dans la guerre d’Algérie : une résistance plurielle

Les libéraux Européens d’Algérie, retour sur quelques témoignages

Lahcène Zeghdar, enseignant chercheur à la Faculté des sciences politiques, Université Alger 3.


Introduction :

La nature de la colonisation imposée à l’Algérie et la réaction du peuple algérien en 1954 ne semblent pas laisser place à une tendance de juste milieu après le déclenchement du processus de libération. Or, des femmes et des hommes se démarquent de leur communauté d’appartenance objective – ici la communauté européenne – pour affirmer des principes et accepter l’idée de l’indépendance de l’Algérie sans pour autant rejoindre le FLN1. Ils sont connus sous le nom de Libéraux européens d’Algérie. Continuer la lecture de Les libéraux Européens d’Algérie, retour sur quelques témoignages

Consciences algériennes et Consciences maghribines : résister au colonialisme

Jean-Robert Henry, directeur de recherches émérite au CNRS,
Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et
Musulman, Aix en Provence.


Les organisateurs de ce colloque m’ont demandé de revisiter un vieil article publié en 1978 (il y a trente-cinq ans) dans la Revue Algérienne des sciences juridiques, économiques et politiques, à l’occasion d’un hommage rendu à Claude Collot, qui venait de mourir à quarante-cinq ans à Nancy, après avoir été professeur à la Faculté de Droit d’Alger de 1966 à 19701. Durant cette courte période, ainsi qu’après son retour en France, il avait beaucoup contribué à « algérianiser » et rénover sa discipline, l’histoire des institutions. Il avait mis au point pour les étudiants de première année un cours sur les institutions algériennes de la période coloniale (qui sera édité par les Editions du CNRS et l’OPU en 1987), et il avait aussi mené des recherches novatrices sur le mouvement national algérien. J’avais été son assistant entre 1968 et 1970, et, au moment de sa mort, nous étions en train de terminer un ouvrage sur les textes du mouvement national algérien, publié en 1978 à l’OPU et à L’Harmattan.
Continuer la lecture de Consciences algériennes et Consciences maghribines : résister au colonialisme

Appel à communication

Des chrétiens dans la guerre, 1954-1962

Journée d’étude – Samedi 25 mai 2013

La guerre de libération nationale déclencha chez les chrétiens et les communautés chrétiennes d’Algérie et de France une crise de conscience profonde. En même temps qu’elle fut à l’origine de prises de positions radicales avec toutes leurs implications sur les choix et itinéraires d’un certain nombre d’acteurs, cette crise opéra des fractures et des clivages nouveaux tout comme elle amorça des inflexions d’ordre politique, doctrinal, éthique et spirituel, dont les conséquences, à long terme, vont au-delà du cadre de la révolution algérienne et de son dénouement.

Continuer la lecture de Appel à communication

Conclusions de la Journée d’Etudes « Des chrétiens dans la guerre 1954-1962 »

Il est bien clair que la plupart des chrétiens de l’Église d’Algérie, avant l’indépendance, ne voulait concevoir leur avenir que dans le cadre de l’Algérie française. Mais il est clair, aussi, qu’à partir du 1er novembre 1954, et même avant, de nombreux petits groupes de chrétiens, – d’Algérie, de France et d’ailleurs -, ont progressivement pris conscience de l’impossibilité de respecter les droits des Algériens dans le contexte de la relation coloniale. Et lorsque la lutte des algériens pour leur indépendance a été déclenchée, ils ont encore bien davantage mesuré, et avec de plus en plus de conviction, la gravité des atteintes aux droits de l’homme que certains responsables français de la répression couvraient de leur autorité et, finalement, la nécessité de mettre fin au système colonial tel qu’il avait prévalu en Algérie depuis cent trente ans. Continuer la lecture de Conclusions de la Journée d’Etudes « Des chrétiens dans la guerre 1954-1962 »

Journées d’étude Charles-Robert Ageron

Vendredi 14 décembre 2012

Bipolarité de la société coloniale : études d’histoire sociale et de micro-histoire

Présidence : Daho Djerbal et Sylvie Thénault

« L’anonymat et les conditions d’énonciations. Expériences des femmes ‘indigènes’ algériennes entre 1830 et 1954 » par Karima Ramdani.

Continuer la lecture de Journées d’étude Charles-Robert Ageron

Présentation

Par Fatima Zohra Guechi, Université Constantine 2, directrice du laboratoire Histoire, patrimoine et société « HIPASO »

et Fouad Soufi, CRASC, Oran

Le Centre d’études diocésain a hérité du fonds « Maghreb-Algérie » de la bibliothèque du grand historien de l’Algérie, du Maghreb et de la colonisation, le professeur Charles- Robert Ageron (1923-2008).

Continuer la lecture de Présentation

Appel à communication

En 2011, le fonds des Glycines s’est enrichi du legs de la bibliothèque de Charles-Robert Ageron. A la suite de cet événement, le Centre d’études diocésain, en partenariat avec l’Institut d’histoire du temps présent et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, organise deux journées d’étude autour de l’héritage de l’historien, pionnier et figure incontournable de l’histoire de l’Algérie coloniale et des décolonisations.

Continuer la lecture de Appel à communication