Introduction

Redha Malek, Membre de la délégation du FLN à Evian
et ancien chef du gouvernement.


Ce que vient de dire Mgr l’Archevêque nous a déjà conduit à l’essentiel. Mais je suis, moi aussi, très heureux d’être parmi vous pour évoquer « les chrétiens et la guerre d’Algérie ». Je suis reconnaissant au Centre d’Études des Glycines d’avoir organisé cette journée sur ce thème : Les chrétiens et la guerre d’Algérie. C’est un sujet important, je dirai même passionnant, en un certain sens, et qui permet une réflexion, sur ce qu’est l’Église d’Algérie, aujourd’hui. Elle n’est pas tombée du ciel. Elle était là depuis le début de la période coloniale, mais elle s’est transformée. Il y a, donc, eu la guerre d’Algérie, à partir du 1er novembre 1954. Il y a eu des réactions diverses, les chrétiens ne constituant pas un bloc monolithique. Il y avait ceux qui étaient ouverts sur l’avenir et qui comprenaient les nécessités du changement. Il y avait ceux qui étaient beaucoup plus conservateurs et qui regardaient le présent à travers le passé.

Cependant, dès le déclenchement de la guerre de libération, il y a eu la réaction courageuse de certains chrétiens. Il y a un certain nombre de personnes qui ont manifesté leur position. Et je dois dire que certains chrétiens ont été parmi les premiers à s’exprimer. On les a appelés « chrétiens de gauche ». On peut prendre comme premier exemple Robert et Denise Barrat. Le regretté Robert Barrat, journaliste, a fait sa 1ère interview dans France Observateur, en septembre 55. Cette première interview a eu lieu à Palestro, dans le maquis de Palestro avec Amar Ouamrane, qui fut une des grandes figures de notre guerre de libération. Il a publié son article dans l’Observateur ce qui a provoqué évidemment des réactions extrêmement fermes de la part du ministère de l’Intérieur français de l’époque. On l’accusait de trahison, il ne fallait pas déranger les choses. Il ne fallait pas attribuer à la population algérienne une volonté quelconque de changement, etc. Et cela c’était à la mi-septembre 1955, ou à la fin de septembre… Alors ce journal a été acheté massivement par des préfectures en France pour le retirer du marché. Mais Barrat récidive. Il écrit, également, fin septembre un autre article publié dans Témoignage Chrétien. La police l’a arrêté au moment où il écrivait son article, et il s’est retrouvé en prison. Mais son texte a quand même paru dans Témoignage Chrétien avec cette mention : « cet article n’a pas pu être terminé, étant donné que la police est venue interrompre la rédaction de M. Robert Barrat. »

C’était, à l’époque, très important pour nous. Aujourd’hui, cela nous semble quelque chose de presque banal. Mais à l’époque ce fut une réaction très importante, un signal pour les Algériens. Un signal de quelqu’un qui comprend la nécessité de rendre justice à ce peuple. Autre signe important, c’est que, la même année, dès janvier 1955, Mgr Duval a pris position. Dès le début 55, il dénonce, d’une façon ferme et claire, la torture. Ce qui a provoqué, là aussi, des réactions diverses, dans les milieux européens de l’époque. Il faut se rappeler l’évolution de la communauté des Européens d’Algérie. Ils étaient un million, et ils étaient bloqués dans leurs convictions.

Il ne faut pas oublier qu’à l’origine, l’Église est solidaire de cette conquête de l’Algérie. La France est venue débarquer ici à Sidi Ferruch. Il y avait des chrétiens, des dignitaires de l’Église avec cette armée d’occupation et, au lendemain de la prise d’Alger, les historiens rapportent qu’il y a eu un Te Deum à la Casbah, où le commandant en chef de l’armée de conquête s’est adressé aux représentants de l’Église pour dire : « ça y est, la porte est ouverte pour l’Afrique chrétienne ». Donc il y a une idéologie qui a imprégné les esprits, déjà, dès les débuts de la colonisation. Il faut dire, par exemple, que même quelqu’un comme Louis Massignon, qui est un islamologue éminent, disait, dans les années 1920, que la pérennité de la présence française en Algérie était conditionnée par l’évangélisation de l’Afrique du Nord. Il y avait ainsi un lien entre l’Église et le pouvoir colonial. D’un côté il y avait l’administration coloniale qui voulait utiliser l’Église et, de l’autre côté, l’Église qui s’appuyait sur cette colonisation pour se développer, pour s’étendre dans ces régions. C’est dire que la communauté européenne ne pouvait pas bouger si facilement. Il a fallu cette guerre de libération qui a provoqué l’événement et c’est cet événement qui a ébranlé les certitudes et a remué tous ces tabous théologico-politiques qui existaient et qui exprimaient la volonté de la colonisation.

C’est à partir de là que je voudrais souligner que ce ne sont pas les événements seulement qui ont suscité ces évolutions. Ce sont aussi les hommes. Il y a eu des hommes, – des hommes d’une stature exceptionnelle, – qui ont guidé cette évolution de l’Église. On ne s’est pas contenté de laisser, mécaniquement, les choses se passer, avec la guerre, et puis de faire subir à l’Église le naufrage de la colonisation. Il fallait se détacher de cette colonisation … et c’est cela l’intelligence des dignitaires de l’époque, d’un Duval, Léon Etienne Duval, dont nous citons le nom avec reconnaissance et avec émotion pour ce qu’il a été jusqu’au bout. Tout en étant modéré, c’était un esprit libéral ouvert, qui a compris l’évolution de l’Algérie, et cela dès le début de la Révolution. Naturellement, il faut aussi parler de ce qui s’est passé avant 54. Il y a eu des individualités ou des associations, comme l’A.J.A.S., (l’Association de la Jeunesse Algérienne pour l’Action Sociale) qui a été animée par notre regretté Pierre Chaulet, décédé en octobre dernier.

Les jeunes de ce mouvement étaient animés de cet esprit de renouveau, au sein des chrétiens et au sein de l’Église. Et il faut citer là, André Mandouze. Cette grande figure de la Résistance française qui débarque en Algérie avec le souffle et l’esprit de la Résistance et qui se trouve choqué par ce système colonial qui était un système bloqué. Il fallait le changer. Mandouze était choqué. Il a pris des positions courageuses à l’intérieur de l’Université et sur le plan public. Il a fait connaître ses positions dans la revue Consciences maghribines. Cette revue a été un stimulant pour la réflexion. Elle a ouvert des perspectives aux chrétiens, mais aussi aux Algériens. Cette revue a permis de créer une sorte de solidarité, pour ne pas dire, de symbiose, entre les militants qui voulaient le changement du système colonial.

Avec des hommes comme Pierre Chaulet, comme Mandouze, et d’autres, – on ne peut pas citer tout le monde, – il y a eu ce courant de changement. J’ai cité quelques noms, on peut en citer d’autres, en particulier, au sein même de l’Église : n’oublions pas l’Abbé Alfred Bérenguer que nous avons bien connu et qui était notre ami. Il a pris position dès le début, comme curé de Montagnac. Il a pris des positions claires, nettes, précises. Cela lui a valu l’expulsion d’Algérie. Mais expulsé, il a rejoint carrément le FLN et il a joué un rôle important à l’extérieur. Il a accompagné, je me le rappelle, le Président Ferhat Abbas dans sa tournée travers l’Amérique latine. Comme il parlait l’espagnol, cela a favorisé la compréhension de notre cause, à l’époque et là, nous lui rendons évidemment un hommage particulier.

Et naturellement il y a eu aussi le P. Scotto ! N’oublions pas Scotto, voilà encore une figure originale, une figure très importante qui nous a fortement impressionnés. Il était curé à Hussein Dey, puis à Bab el Oued, et fut nommé, par la suite évêque de Constantine. Mais ce qui l’intéressait c’était la vie dans une paroisse d’un quartier populaire et il a donné sa démission de sa responsabilité d’évêque et il est revenu à Belcourt comme curé. Pendant la guerre, il nous fallait cacher des éléments du F.L.N., alors poursuivis. Certains ont trouvé refuge chez le P. Scotto, comme d’ailleurs chez l’Abbé Bérenguer. Et il faut dire aussi que l’archevêque d’Alger, Mgr Duval, était au courant, et n’a pas pris position contre ces hébergements. Il lui est même arrivé de les encourager dans certains cas particuliers.

Scotto a été d’un courage extraordinaire. Je me rappelle l’avoir visité en pleine crise du F.I.S. Je me suis rendu pour le voir dans la petite chambre de son presbytère. L’église où il siégeait avant était devenue un local du FIS. C’était le FIS qui était là, mais, lui, est resté en face, dans sa petite chambre… Je dois dire qu’il a montré un courage exceptionnel. Il était là et il a tenu, mais ce qui le réconfortait c’était la population. Quand il sortait de sa chambre, m’avait-il dit, la population le saluait, tout le monde le connaissait et c’est cela qui lui mettait un peu de baume au cœur et qui lui a permis de tenir jusqu’au bout.

Pour nous, Algériens, toutes ces figures, c’était l’Église, c’était le christianisme, c’était la chrétienté, parce que, pour nous, la chrétienté, ce n’était pas la théologie ou quelque chose d’abstrait, c’étaient des personnes qui étaient là et qui prenaient position pour la justice, qui rendaient justice à ce peuple martyrisé et qui dénonçaient ouvertement, la torture, la répression collective, les bombardements, le napalm, et qui tenaient à affirmer la présence du christianisme au service de l’homme et au service de la justice. C’était cela leur message. Et c’est ce qui a permis une évolution de l’Église. On a vu l’Église prendre des initiatives d’ouverture avant même l’indépendance. Puis avec l’évolution de la situation, Mgr Duval a pris contact avec la Révolution algérienne et a décidé de rendre à l’Algérie un certain nombre d’édifices religieux, autrefois mosquées, comme la Cathédrale d’Alger (ancienne mosquée Ketchaoua). Il a décidé cela avant même l’indépendance, en nous disant : «  je vous rends ce qui vous appartient : la mosquée Ketchaoua, l’église Ste Croix, la cathédrale qui se trouve à Constantine » et d’autres bâtiments qu’il n’est pas nécessaire de citer, ils sont connus. A la Kasbah, du côté de Serkadji, alors Barberousse, il y avait l’église Ste Croix, ancienne mosquée. Elle a été restituée spontanément.

Par la suite, alors que nous étions en négociation avec le gouvernement français pour l’indépendance, M. Joxe, chef de la délégation, nous a demandé de discuter des problèmes de l’Église, de son statut, et de son patrimoine. Nous lui avons répondu : M. le Ministre, la question a déjà été traitée avec l’Église directement. Et effectivement, lorsqu’ils avaient demandé l’avis de Duval, Duval leur a dit : « ça c’est notre affaire, nous la réglons directement avec les Algériens ». Cela a permis de créer un courant de confiance entre le Gouvernement provisoire algérien et l’Église d’Algérie. Cela, c’était très important, car la confiance est contagieuse. Il nous a fait confiance, et nous lui avons fait confiance. Et c’est comme cela que s’est créée une dynamique favorable à une coexistence dans l’Algérie indépendante, malgré les huit ans de guerre, dynamique qui a permis la coexistence entre l’islam et la chrétienté.

Nous n’avions absolument aucun problème à l’égard des chrétiens. Notre problème c’était le colonialisme. Pour le reste, nous ne pouvons avoir que des relations d’amitié, de respect mutuel, et c’est très important, respect mutuel entre musulmans et chrétiens ; aucune raison d’avoir des problèmes et là, il faut le dire, dans la période post-indépendance, nos amis chrétiens ont joué un rôle extrêmement important. Mgr Duval fut élevé à la dignité cardinalice. En 65, il devint Algérien. Je me rappelle que quand il venait à Paris, où j’étais, alors, moi-même pour y représenter l’Algérie, il tenait à venir me rendre visite à l’ambassade, avant même d’aller rendre visite au Général de Gaulle, à l’Elysée. Il marquait ainsi sa volonté d’être algérien et d’être à la tête de cette Église qui sera algérienne.

Mgr Duval a été en mission, par exemple en 80, à la suite de la prise des otages américains à Téhéran. Le 1er janvier 1980, les otages étaient enfermés dans leur ambassade Il fallait leur montrer un minimum de solidarité. Alors nous avons demandé à ce qu’il y ait un homme de l’Église qui puisse venir les voir et les réconforter, ne serait-ce que sur un plan spirituel. Les Iraniens ont dit non, il n’en est pas question. Aucun étranger ne peut venir ici. Nous leur avons dit : « Mais nous avons chez nous un cardinal algérien ». Réponse : «  Ah ! si c’est un algérien il n’a qu’à venir ! ». Et alors Duval a pris l’avion. Il s’est rendu à Téhéran et a passé toute une soirée avec les otages américains. Cela a été un moment inoubliable.

Le rôle des hommes dans l’évolution de l’Église ne saurait être assez souligné. La Mission de France, avec le Cardinal Liénard, a pris des positions très courageuses, en particulier sur les camps de regroupement qui furent un des points les plus noirs de la guerre d’Algérie. Il y a eu, notamment, l’équipe de Souk Ahras, avec l’Abbé Mamet que j’ai bien connu. Il a joué son rôle, très positif. Il fut, d’ailleurs, expulsé lui aussi et il nous a rejoints à Tunis. Il faut mentionner, aussi, des hommes comme Edmond Michelet, ministre de la Justice et qui a montré une profonde compréhension et une grande sollicitude pour les détenus algériens en France et ici. Il a souvent réglé les problèmes à l’avantage de nos détenus qu’il appelait familièrement, « mes pensionnaires ».

La période post-indépendance a été difficile. Duval a joué son rôle. Malheureusement, il y a eu tous ces événements, dont M. l’archevêque vient de nous parler puisque c’était hier l’anniversaire de Tibhirine. Et, là, il faut rendre un hommage particulier à Mgr Teissier. Je souligne son rôle tout à fait exceptionnel pendant cette période cruciale. J’étais au gouvernement : quand je rencontrais Mgr Teissier, il était d’un courage inébranlable ; avec tout ce qui s’était passé, je lui avais dit : ces moines qui sont à Tibhirine vont être menacés, est-ce qu’il ne serait pas mieux de prévoir leur évacuation ? Il m’a dit : «  Non, ils ne veulent pas partir, ils sont tellement solidaires de la population, ils ne veulent pas bouger. Pour eux ce serait une sorte de désertion que de quitter l’Algérie. » L’Algérie ne s’est pas trouvée seule dans cette épreuve. L’Église a eu une ligne précise, que nous avons beaucoup appréciée, et qui était celle du peuple algérien. Il faut le dire aussi, Mgr Teissier, a été invité pour participer à cette fameuse réunion de Sant Egidio et à laquelle certains responsables algériens se sont rendus. J’ai vu la lettre qui a été envoyée par Mgr Teissier pour signifier son refus à l’archevêque de Milan. J’ai publié cette lettre dans un de mes derniers livres. C’est une lettre qui n’est pas connue. Il y dit : « Je ne peux pas aller à une réunion où les représentants de ceux qui tuent nos amis, parmi les intellectuels et parmi les autres, montent à la tribune, je ne peux pas assister à cela. » Et l’histoire lui a donné raison et nous l’avons félicité pour cela.

Mesdames, Messieurs, je ne veux pas abuser de votre attention mais je voudrais tout de même vous demander, avec la permission de M. l’Archevêque, une minute de silence, à la mémoire des martyrs de Tibhirine et à la mémoire de tous ceux qui ont été victimes innocentes du terrorisme en Algérie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *