Sartre et l’Algérie. Trajectoire d’un intellectuel dans les guerres et les décolonisations du XX° siècle

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 18 mai 2016

Annie Cohen-Solal, ENS – Laboratoire TransferS

Tout au long de sa trajectoire, de 1924 à 1980, Sartre a été marqué par les guerres du XX° siècle de manière décisive, plus particulièrement par la guerre d’Algérie. Il a proposé, par ses textes, ses voyages, ses prises de position politiques, l’élaboration de nouvelles configurations géopolitiques qui sont la marque de son statut d’intellectuel engagé.Mais comment s’inscrit la trajectoire de Sartre dans les guerres du XX° siècle et dans les ruptures qu’elles ont engagées?

On reviendra également sur les différentes phases historiques de l’engagement sartrien auprès des militants dans les luttes de décolonisation, notamment au cours de la guerre d’Algérie. Mais comment évaluer, aujourd’hui, la portée de son action, de son soutien aux mouvements de décolonisation et, plus généralement, la place de sa pensée dans les études post-coloniales?

Annie Cohen-Solal est née à Alger. Docteur ès lettres, professeur des universités, ancien conseiller culturel de l’ambassade de France aux Etats-Unis, elle a été conseiller spécial et commissaire générale de l’exposition Magiciens de la terre 2014 au Centre Pompidou. Après sa thèse sur Paul Nizan (Grasset, 1980), elle a été contactée par l’éditeur André Schiffrin de Pantheon Books (New York) pour entreprendre la première biographie de Jean-Paul Sartre (Gallimard, 1985) qui a été traduite en près de 20 langues et a été suivie d’autres ouvrages sur le philosophe ainsi que très nombreuses conférences dans le monde entier. Depuis 2000, elle a consacré plusieurs livres, articles et émissions radiophoniques à l’histoire sociale de l’artiste américain, parmi lesquels : ‘Un jour, ils auront des peintres’, l’avènement des peintres américains : Paris 1867-New York 1948 (Gallimard, 2000) prix Bernier de l’Académie des Beaux-Arts ; Leo Castelli & les siens (Gallimard, 2009) prix Artcurial du meilleur livre d’art contemporain ; Mark Rothko (Actes Sud, 2014) ; New York 1945-65, avec Paul Goldberger et Robert Gottlieb (Hazan, 2014) ; Magiciens de la terre retour sur une exposition légendaire, avec Jean-Hubert Martin (éditions du Centre Pompidou et Xavier Barral, 2014), autant de livres commandés par les éditeurs américains et traduits à l’étranger. Elle vient de signer pour la fondation Maeght à Saint Paul de Vence l’essai du catalogue de l’exposition sur l’artiste Christo (été 2016). Avec l’historien Jeremy Adelman (de Princeton University), elle est co-directrice d’un groupe de chercheurs à Stanford University, sur le thème « Crossing Boundaries ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *