Appel à communication

Des chrétiens dans la guerre, 1954-1962

Journée d’étude – Samedi 25 mai 2013

La guerre de libération nationale déclencha chez les chrétiens et les communautés chrétiennes d’Algérie et de France une crise de conscience profonde. En même temps qu’elle fut à l’origine de prises de positions radicales avec toutes leurs implications sur les choix et itinéraires d’un certain nombre d’acteurs, cette crise opéra des fractures et des clivages nouveaux tout comme elle amorça des inflexions d’ordre politique, doctrinal, éthique et spirituel, dont les conséquences, à long terme, vont au-delà du cadre de la révolution algérienne et de son dénouement.

Le Centre d’études diocésain organisera le samedi 25 mai une journée d’étude dont l’objet est de revenir sur le rôle et l’action des chrétiens dans la guerre de libération. Depuis la thèse de doctorat de 3ème cycle d’André Nozière, Les églises chrétiennes d’Algérie et la guerre d’indépendance (1954-1962) 1, celle de Malika Boulatrous-El Korso sur la presse catholique entre 54 et 622, ou plus récemment la thèse de Sybille Chapeu sur l’action des les prêtres de la Mission de France dans la guerre d’Algérie3, les travaux sur ce thème sont peu nombreux.

Vingt-cinq ans après la table ronde de 1988 organisée par l’IHTP4, cette journée d’étude tentera, sans prétendre à l’exhaustivité, de dresser un état de la question, en attendant que d’autres travaux viennent enrichir la thématique.

  1. Mise en contexte : 1830-1954, les églises et la société coloniale

Quelques communications remettront en contexte la place du christianisme (catholicisme et protestantisme) et de ses institutions en Algérie pendant la période coloniale et examineront son rapport à la société coloniale, au pouvoir politique et à l’Islam. Elles apporteront un éclairage sur la genèse d’une conscience chrétienne sur la question algérienne, parallèlement à l’essor du nationalisme algérien.

  1. 1954-1962 : Résistance spirituelle : diversité des choix et des engagements

Après déclenchement de 1954, les questions qui interpellent une réponse chrétienne sont nombreuses, depuis la question de la légitimité de la guerre à celle des méthodes de guerre. Loin d’offrir une réponse polarisée et homogène, le christianisme apparaît éclaté. Toutes les tendances sont représentées, de l’extrême droite à l’extrême gauche, et les réponses sont diverses, sinon contradictoires et chronologiquement mouvantes.

Les communications traiteront de l’enseignement des églises (y compris des aumôneries militaires) et de la nature des prises de positions des institutions et des mouvements (syndicalismes chrétiens, mouvements de jeunesse). Elles traiteront spécifiquement des trajectoires d’hommes et de femmes et de leurs prises de position (relativement à celles de la hiérarchie). Elles interrogeront les types et les modalités d’engagement tout comme le rôle des chrétiens dans les réseaux de soutiens. Elles mettront en lumière la manière dont la guerre a influencé les opinions, transformé les destins, et obligé les institutions à des déplacements.

  1. Résistance et engagement : conséquences et portée

Enfin, des communications intéressées par une histoire des idées aborderont les conséquences de la guerre sur les développements ultérieurs des idées politiques, des positions doctrinales et des courants spirituels, dont la crise de conscience créée par la guerre au sein du christianisme fut à l’origine.

p. Guillaume Michel

1 André Nozière, Les églises chrétiennes d’Algérie et la guerre d’indépendance (1954-1962), thèse de doctorat de 3ème cycle sous la direction de René Rémond, Paris, Université Paris X Nanterre, 1978.

2 Malika Boulatrous-El Korso, La guerre d’algerie a travers cinq journaux catholiques métropolitains, 1954-1958, thèse de doctorat de 3ème cycle sous la direction de Charles-Robert Ageron, Paris, EHESS, 1984.

3 Sybille Chapeu, Des chrétiens dans la guerre d‘Algérie. L’action de la Mission de France, Paris, Les éditons de l’Atelier, 2004. On citera encore Alain Maillard de La Morandais, De la colonisation à la torture : depuis leurs origines jusqu’à leurs engagements, débats des consciences chrétiennes françaises pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), thèse de doctorat de 3ème cycle, Paris, Université Paris 3, 1983 ; Lahcene Zeghdar, Les libéraux européens d’Algérie et la guerre de libération nationale, Mémoire de magister, Université d’Alger, Faculté de Droit, 1982.

4 La Guerre d’Algérie et les chrétiens, table ronde organisée le 17 décembre 1987 par l’Institut d’histoire du temps présent sous la direction de François Bédarida et Etienne Fouilloux, Paris, Institut d’histoire du temps présent, 1988.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *