Les lieux d’une initiative franco-algérienne

Notice de Christian Phéline sur une carte établie
par Bernard Mahaséla

  1. Hôtel Saint-George (aujourd’hui El Djezaïr), 24 avenue Foureau-Lamy (Souïdani-Boudjemaâ)

Grand hôtel construit au XIXe siècle et que fréquentaient les touristes britanniques. Camus y séjourne pour sa venue à Alger du 18 au 24 janvier 1956.

  1. Palais d’Été (du Peuple), avenue du Président-Roosevelt

Ancien palais turc devenu résidence des Gouverneurs généraux de l’Algérie. Camus s’y rend sur l’invitation de Jacques Soustelle, le 23 janvier. Les membres algérois du comité pour la Trêve civile y sont reçus le 9 février, par le président du Conseil Guy Mollet qui ne prend aucun engagement à leur égard. Ils attendront en vain une convocation du nouveau ministre résidant Robert Lacoste.

  1. Atelier de Roland Simounet, 14 rue Blaise Pascal (Boufelgued-Ali)

L’un des fondateurs des « Amis du Théâtre d’expression arabe » et membre du comité, l’architecte Roland Simounet travaille alors sur la cité de transit Djenan el-Hasan et au centre culturel d’Orléansville.

  1. Aéro-Habitat, 118 boulevard du Télemly (Krim-Belkacem)

Immeuble de style Le Corbusier édifié par Pierre Bourlier et Louis Miquel à partir de 1949. Miquel a son agence avec Pierre-André Émery au 6 bis du Télemly, où plusieurs membres du comité se retrouveront fin mai lors de l’arrestation de Jean de Maisonseul.

  1. Foyer des étudiants, La Robertsau, boulevard du Télemly 

En février 1955, une réunion d’intellectuels chez le professeur catholique Robert Malan, proche d’André Mandouze, voit se dessiner de vives divergences sur l’attitude politique à tenir vis-à-vis des Européens d’Algérie et sur le soutien au FLN.

  1. Villa Degueurce, 12 bis boulevard du Télemly

L’un des lieux de rencontre des progressistes algérois de toutes tendances depuis le Front populaire et la Résistance. Ancienne institutrice, la maîtresse des lieux, Éva Degueurce, assiste à la conférence.

  1. Librairie Rivages, 92 rue Michelet (Didouche-Mourad)

Seconde librairie algéroise ouverte par Edmond Charlot. Elle fera l’objet d’un attentat de l’OAS où ses archives seront détruites.

  1. Salle du Mouvement pour l’Abondance, rue Drouillet (Lieutenant-Boulhart)

Camus y assiste le 20 janvier à une réunion de Libéraux où plusieurs participants algériens manifestent leur sentiment nationaliste. Une réunion avec la Fédération des Libéraux s’y tient le 4 mars ; Miquel y lit une lettre ouverte au président du Conseil.

Le frère de Camus, Lucien, habite dans le quartier au 7 boulevard Saint-Saëns (Mohamed-V).

  1. Librairie Les Vraies Richesses, 2 bis rue Charras (Arezki-Hamani)

Premier local de la maison d’édition-librairie-galerie fondée par Edmond Charlot en 1936.

  1. Salle Bordes (Ibn-Khaldoun), Palais du Gouvernement

Le comité envisage d’y tenir la conférence après le refus de la salle de la mairie.

  1. Hôtel de Ville, 15 boulevard Carnot (Zirout-Youcef)

Bâti à l’occasion du Centenaire (1930) comme l’Aletti voisin. Le maire Jacques Chevallier annule l’autorisation d’y tenir la conférence, après la manifestation d’extrême droite contre une conférence du député Charles Hernu, le 11 janvier. Les membres algériens suggèrent de l’organiser au Cercle du progrès.

  1. Hôtel Aletti (Safir), 14 boulevard Carnot

Poncet y rencontre, vers la fin mars, le député MRP Pierre de Chevigné et commente avec lui la politique algérienne de Mollet et de Lacoste.

  1. Cabinet de Me Abderrezak Chentouf, 8 rue Ledru-Rollin (Azouz-Bachir)

Plusieurs discussions du comité s’y tiennent sur la place des Européens dans l’Algérie future. Chentouf fait aussi partie du comité de rédaction de la plate-forme de la Soummam.

  1. Restaurant Le Bagdad, 11 rue Jules-Ferry (Aïboud-Abderahman)

Les membres du comité y partagent un couscous le 19 janvier. Une violente discussion oppose Amar Ouzegane et Yves Dechezelles à propos de Messali Hadj dont ce dernier est l’avocat.

  1. Local des Pères blancs, 46 rue Bencheneb

Les membres du comité s’y retrouvent deux fois, en compagnie du père Cuoq, en février et en mars.

  1. Théâtre Mahieddine, rue du Lézard

Salle où se produit la troupe en arabe dialectal de Bachtarzi Mahieddine. Dans la soirée du 19 mai, Camus et ses amis y présentent leur projet devant une cinquantaine de personnes.

  1. Brasserie Le Tantonville, 7 place Bresson (Port-Saïd)

René Gonzalez, commissaire divisionnaire des RG, y rencontre Roblès pour l’informer du risque de sabotage de la conférence par l’extrême droite ; la décision est prise d’imprimer de nouveaux cartons d’invitation.

  1. Café La Marsa, 5 boulevard Anatole-France (Saadi et Mokhtar ben Hafidh)

Le lieu, qui appartenait à la belle-famille d’Ouzegane, accueillait les réunions des « Amis du théâtre d’expression arabe ».

  1. Domicile d’Évelyne et René Sintès, 3 boulevard Anatole-France.

Évelyne Chauvin, qui venait d’épouser le peintre René Sintès, dactylographie le texte de l’Appel. La dernière réunion du comité se tient chez eux.

  1. Immeuble Schiaffino, 2 boulevard Anatole-France

Bureaux de la compagnie de navigation où Charles Poncet, qui y était entré à l’âge de 13 ans, a fait l’essentiel de sa carrière. L’immeuble a été rénové pour accueillir un espace de co-travail d’entreprises, Buro Club.

  1. Le Cercle du Progrès (Nadi Ettaraki), 9 place du Gouvernement (des Martyrs)

La conférence de Camus s’y tient le dimanche 22 janvier en fin d’après-midi sous la présidence d’Emmanuel Roblès et en présence de Ferhat Abbas et du cheikh El Okbi. Le pasteur Capieu, le père Cuoq et le Dr Khaldi prennent aussi la parole. Le service d’ordre est assuré par le FLN.

555


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *