De la « trêve civile » de 1956 au combat des Libéraux : L’Espoir Algérie (1956-1962)

Par Barkahoum Ferhati

L’Espoir Algérie, journal fondé par une poignée de Libéraux, est né dans un contexte où seuls les Ultras, par la voix de leur presse, incarnée par L’Écho d’Alger, se faisaient entendre et s’acharnaient surtout à étouffer toute éclosion potentielle d’une opinion libérale qui serait venu rompre le schéma commode d’une fausse unanimité. Pour les Ultras, l’Algérie était formée de deux blocs monolithiques, d’un côté les Européens et de l’autre les Musulmans, devant inlassablement se confronter et se heurter. Bien que tardivement, la voix des Libéraux se manifesta pour faire émerger de ce bloc dit des Européens un groupement qui évoluera du « libéralisme paternaliste » vers un « libéralisme militant » lequel, en 1960, pourra dire : « Par et pour les Algériens : parlons net et précis, c’est l’indépendance dont il est question » et, en 1961, s’adressant aux Européens, leur demandera « d’accepter cette patrie telle qu’elle est, ses hommes tout comme son sol. Vous pouvez et vous devez vous y intégrer dans l’honneur et la liberté. ».

Comment allaient-ils s’y prendre ? Regardons cela de plus près.

Un chemin semé d’embûches

Avant 1954, les Libéraux européens œuvraient pour plus de justice et un peu plus de bien-être pour les indigènes. Il y avait l’administrateur, le colon généreux au bon cœur pour ses ouvriers. Partisans de l’ordre établi, ils étaient inoffensifs. Il n’en demeure pas moins qu’ils vont être malmenés et critiqués de toutes parts, car tout ce qui ne renforce pas le système l’affaiblit. « Le libéral paraît plus dangereux que le colonisé, car le danger constitué par le colonisé est prévu par le système », nous dit Abdelmalek Sayad. Il est celui qui éveille les consciences parce que la sienne a résisté à l’épreuve. Le Libéral accule l’Ultra. Il porte mauvaise conscience à sa société.

Ce sont des intellectuels et des figures de proue des différents courants laïcs et religieux qui vont s’éveiller à leur responsabilité : humanistes,  progressistes, mais surtout chrétiens, se distinguant par des personnalités comme Mgr Duval, qui fut l’un des piliers spirituels de ce courant, ou encore la figure emblématique du professeur André Mandouze, porté par Consciences Maghribines et des membres de Vie Nouvelle qui prennent conscience de la situation des Algériens et de la misère dans laquelle ils vivent.

Ce n’était pas un mouvement structuré : chacun œuvrait dans son propre cadre de travail à la reconstitution du tissu social, détruit par le système colonial. Ils s’attachaient à mettre en place une action sociale palliant les carences du système. Mais très tôt, se dégagea du courant chrétien une tendance plus politique, telle l’action de Maître Pierre Popie, servant de passerelle entre entités politiques et judiciaires.

Une autre expérience politique d’ouverture fut la création, en 1951, de l’« Intergroupe des Libéraux » à l’Assemblée algérienne. Elle était à l’initiative de Jacques Chevallier, Ferhat Abbas et Abderrahmane Farés. L’intergroupe ne durera que quelques mois mais, appuyé par les Libéraux André Gallice et Paul Houdart. Jacques Chevallier va, en 1953, ouvrir l’exécutif municipal d’Alger aux Algériens, notamment aux élus membres du PPA/MTLD. On y trouvera par exemple Maître Abderrahmane Kiouane, Rédha Mesbah et Sid Ali Abdelhamid.

D’autres Libéraux marquent cette ouverture, comme l’industriel Georges Blachette (sans doute également motivé par la sauvegarde de ses biens). Ces hommes ont tissé des liens d’entente avec les Algériens.

Dès le 15 novembre 1954, à peine quelques jours après de déclenchement du 1er novembre, tous les responsables des mouvements chrétiens de jeunesse et d’éducation décident d’un rassemblement qui se soldera par la création du « Comité pour la démocratie », destiné à protester contre la répression, l’arbitraire et de la toute-puissance de la police. Le 15 décembre 1954, ce Comité adresse une « Lettre ouverte » au président du Conseil Pierre Mendès France. Fort de deux cents signataires, il le prévient que le problème qui se pose n’est pas militaire mais bel et bien politique et qu’il est urgent d’appliquer le statut de 1947. En guise de réponse le Gouvernement général de l’Algérie (GGA) ordonne des perquisitions et l’incarcération des quatre premiers signataires. Jean de Maisonseul sera ainsi détenu dans un lieu tenu secret durant quatre semaines. Puis vers la mi-mars 1955, la gauche libérale décide d’un rassemblement qui fonde le « Comité de vigilance et d’action ».  Et le 9 juin 1955, plus de cent représentants de différents mouvements chrétiens et laïcs se réunissent pour lancer un appel à l’union. En octobre 1955, le Cartel d’Action est fondé, lequel sera suivi de la création de la Fédération des Libéraux d’Algérie (FLA).

La Fédération des Libéraux d’Algérie

Le 6 février 1956, naît la FLA. Rappelons que l’élément déclencheur de cette fondation ayant pour objet de passer à une action unifiée est bien l’appel pour une « Trêve civile » de Camus de janvier 1956. Un secrétariat et une commission sont créés pour établir la Charte de la Fédération qui s’engage pour la promotion de la paix entre Algériens et Européens. Mais en mars 1956, l’opinion est agitée par les premières condamnations à mort. L’information va être son cheval de bataille. L’information était devenue à elle seule, en effet, une arme redoutable. Il s’agissait de faire basculer l’opinion acquise aux Ultras vers une opinion modérée. Dans un premier temps, la FLA se dote d’un bulletin qui, très vite, va se transformer en journal, L’Espoir Algérie, d’expression libérale. Mais avant il y eut Consciences, algériennes puis maghribines et enfin L’Espoir Algérie !

De Consciences algériennes à Consciences maghribines

Même si ses fondateurs ne se font pas trop d’illusions, L’Espoir va devoir faire face au mastodonte qu’est L’Écho d’Alger afin d’amener l’opinion vers une « sage évaluation de l’intérêt mutuel ».  Commencent alors les déboires qu’ont connus également ses prédécesseurs, Consciences algériennes (1950-1951) et Consciences maghribines (1954-1956). Arrêtons-nous un instant sur ces dernières. Dès 1950, des Libéraux regroupés autour d’André Mandouze se font entendre par la voix de Consciences algériennes qui ne subsistera que durant trois numéros en une année. Puis après trois ans d’absence, en 1954, Mandouze récidive et crée avec ses amis Consciences Maghribines qui devint plus radical dans son style et dans les dossiers traités. Dotée d’une équipe pluraliste (Algériens et Européens : Kiouane, Mahfoud Kaddache, Salah Louanchi, Pierre Chaulet…), la revue affiche franchement son adhésion totale à la révolution, « avec la volonté expresse de dire ce que les autres ne peuvent pas ou ne veulent pas dire », précise Jean-Robert Henry. Les dossiers sur la torture vont ébranler l’opinion française. L’Algérie hors la loi de Colette et Francis Jeanson, La Question d’Henri Alleg, les tribunes de Pierre Chaulet et de François Mauriac, sont distribués à souhait sous le manteau, en France, en Algérie et même au-delà. Consciences maghribines ne dénonce plus, elle prend parti aux côtés du FLN. Elle se fera son porte-parole. En diffusant des documents du FLN, c’est sa condamnation qu’elle signe. Les Ultras veulent sa peau. Le 6 mars, le cours de Mandouze à l’université est suspendu après une bagarre restée fameuse. À la mi-mars, il est muté à l’université de Strasbourg. Mais Consciences maghribines paraîtra clandestinement jusqu’en mai 1956. Inculpé d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, Mandouze est incarcéré le 9 novembre 1956. Riche de l’expérience de Consciences maghribines, certains de ses membres vont poursuivre le combat avec L’Espoir Algérie.

L’Espoir Algérie

C’est dans une ambiance délétère que, le 9 juin 1956, paraît le premier numéro de L’Espoir Algérie. Rappelons que, le 16 mars 1956, le vote par le Parlement des « pouvoirs spéciaux » pour rétablir la « paix », ouvre la voie à un système dit de « pacification », avec ses SAS (sections administratives spécialisées) et ses SAU (sections administratives urbaines), visant au quadrillage des campagnes et des villes, afin d’isoler la rébellion, disait-on ! Un important contingent est appelé en Algérie. En août 1956, l’attentat de la rue de Thèbes, dans la Casbah d’Alger, perpétré par les Ultras à l’encontre des Algériens, ouvre le bal funeste des attentats à la bombe. Yacef Saadi riposte. Le 22 octobre, l’arraisonnement de l’avion marocain transportant les cinq chefs FLN et leur emprisonnement donnent un coup fatal à toute possibilité de négociation. D’autant que le pétrole a jailli dans le Sahara. L’intérêt économique passe avant tout.

Quoi qu’il en soit, L’Espoir Algérie, même sans se faire d’illusions, prend les choses en main. Il se définit comme « un groupement d’Algériens d’origine européenne et africaine fraternellement unis et riches de leurs mutuelles différences, qui se sont mis au travail ensemble à la recherche de l’Algérie de demain ». Il faut dire que les réunions et les rencontres des membres de la fédération et des différents mouvements qui l’ont soutenue n’ont pas été de tout repos. C’est dans une semi- clandestinité que tout s’organise. Les Ultras, qui ont infiltré tous les niveaux de l’administration et de la police, veillent à étouffer tout effort d’apaisement ou de paix.

Son directeur gérant, Jean Gonnet, un libéral, était le seul nom connu dans l’équipe de L’Espoir. Tous les rédacteurs des articles signaient sous des pseudonymes : on trouve parmi eux Kaddache, Mouloud Mammeri, Charles-Robert Ageron, Cheikh El Mahfoudh, Brahim Bouakaz, Jean Dumas, etc. Le premier numéro sort le 9 juin 1956, humble par sa présentation en noir et blanc, « presqu’en deuil plutôt que l’espoir que nous voulions symboliser », explique Jean Gonnet. Il est couronné de succès auprès des lecteurs (« nous étions dans la bonne voie ») et le « vert de l’espérance » apparaît sur la couverture des numéros suivants, signe d’un témoignage d’amitié et de compréhension mutuelle. Le journal durcit de plus en plus ses critiques vis-à-vis de la politique du « ministre résidant » Robert Lacoste et de ses méthodes de « pacification » synonymes de répression. Dans son numéro 6 de septembre 1956, L’Espoir écrit : « La politique de pacification était manifestement un échec. Il faut se résigner à la seule possibilité : la négociation d’un statut ». 

Les ennuis commencent alors. Dans son numéro 10 d’octobre 1956, la rédaction dénonce l’arraisonnement, le 22 octobre 1956, de l’avion marocain transportant les cinq chefs FLN qui allaient du Maroc vers la Tunisie pour des négociations, avec comme titre : « Ce sont les négociateurs de demain ». Le rédacteur de l’article souligne que « la résistance algérienne dont on n’a pas, par un kidnapping, supprimé les causes va reprendre plus durcie ». À partir de ce numéro 10 jusqu’au n°16 de février 1957, les exemplaires sont saisis, la publication est réduite au silence. « On s’interroge sur notre action » se demande Jean Gonnet, dont la conduite initiale était de « dénoncer l’injustice et la violence, chercher des voies raisonnables en vue d’une situation pacifique et travailler au rapprochement des communautés ».

L’année 1957, année noire, est amorcée par la remise des « pouvoirs de police aux militaires ». Le général Massu avec sa 10e Division de Parachutistes (DP), est investi, dès le début du mois de janvier 1957, par un arrêté du ministre résidant, de la conduite de la police et de la gendarmerie dans Alger et sa région. La grève des « huit jours », du 28 janvier au 4 février 1957, est décrétée par le FLN pour mettre sur la table de l’ONU « la question algérienne », chose que refuse la France pour qui le problème de l’Algérie reste une question interne de « maintien de l’ordre ». La supposée rébellion des Algériens, c’est du terrorisme urbain qui sera très vite mâté, diront les politiques algérois, pour convaincre la métropole. Commence alors les arrestations arbitraires, les assassinats, et la torture érigée en système de tout suspect pour obtenir, coûte que coûte l’information afin, justifie-t-on, de « prévenir les attentats ». La répression atteint son summum. Un grand coup de filet est lancé dans les milieux européens. Ce sont les Libéraux qui vont être frappés de plein fouet. Accusés de porter aide et soutien à la rébellion, on ne les ménage pas. Les régiments de bérets vert et rouge de la fameuse 10e DP, torturent et tuent en toute impunité. André Gallice, Georges et Louisette et leur fille Claudine Hélie, Maurice et Yvonne Causse, Évelyne et Jean Gautron, Jean Touilleux, Robert Malan, Pierre et Aline Coudre, etc., vont subir les affres de la torture et de l’internement tout comme leurs amis algériens.

S’ouvre alors le « Procès des chrétiens libéraux ». Un jour du mois d’avril 1957, Alger se réveille avec stupeur apprenant par les gros titres de la presse que des Français bien-pensants et même des ecclésiastiques soutenaient la rébellion algérienne, voire commanditaient les attentats, comme les communistes. On réclame des châtiments exemplaires ! Des militaires en robe de magistrats rendent justice dans les procès dits « des communistes », « des professeurs », « des soutanes », des « chrétiens libéraux » etc. qui vont défrayer les chroniques du monde entier. 35 inculpés dont un tiers d’Européens, parmi lesquels un ecclésiastique, des assistantes sociales, des médecins, des professeurs, sont traduits devant le Tribunal permanent des forces armées d’Alger « pour atteinte à la sûreté extérieure de l’État et recel de malfaiteurs ». La défense mobilise l’élite du barreau d’Alger  et plusieurs avocats venus de métropole. Le 25 juillet, le verdict, jugé « modéré » par Le Monde, totalisera  9 acquittements, 12 peines de prison avec sursis et 13 peines fermes de 1 à 10 ans ; la plupart des Européens sont acquittés, seul Pierre Coudre étant condamné à deux ans ferme.

Les membres de L’Espoir Algérie sont dispersés, certains vont devoir quitter le pays, d’autres, traqués, font profil bas. Kaddache est arrêté tandis que Mammeri est porté disparu (en fait il se rend clandestinement au Maroc pour échapper à l’arrestation). Le journal va disparaître lui aussi pour laisser place, grâce aux plus intrépides, à une nouvelle version sous forme de lettre plus modeste mais virulente dans son ton. On y explique que l’ordre est imposé d’une main militaire : « Sous ce vacarme, les oreilles sensibles seules perçoivent une rumeur de plaintes et de gémissements qui s’échappent de ces lieux où l’on extrait la “Vérité” et où pour demain se forgent des énergies mieux trempées ».

Il faudra attendre décembre 1960 pour que L’Espoir Algérie renaisse de ses cendres. Il avait disparu « sous le proconsulat de Lacoste, réduit au silence sous Delouvrier. Souhaitons que Morin attache son nom à la lutte contre les groupes contre-terroristes et permette à l’opinion libérale de manifester sa foi dans la réconciliation du nationalisme algérien et de la France libérale », explique l’éditorial. Maintenant, le journal affiche franchement ses positions, il appelle à dire massivement OUI au référendum du 8 janvier 1961 sur l’autodétermination en Algérie, puis insiste sur les négociations à avoir avec le seul représentant des Algériens, le GPRA, « seul interlocuteur valable : l’oublier c’est compromettre la paix et la sécurité ».

Il ne ménage pas non plus le FLN. Dans son éditorial du 23 décembre 1960, une lettre ouverte est adressée à Ferhat Abbas qui, dans un de ses discours, avait omis de parler de la minorité européenne. Sur un ton acerbe et direct, L’Espoir Algérie le rappelle à ses responsabilités : « Les exigences du combat vous font-elle oublier celles de la justice ? Nous ne voulons pas le croire car c’est pour la justice et la dignité que les Algériens ont pris les armes. L’Algérie ne sera rien si elle refuse aux Autres ce qu’elle a obtenu en combattant. Il y a deux peuples pour une patrie, la voie est étroite, elle n’est pas impossible ». C’est la nouvelle bataille de L’Espoir Algérie qui veut faire reconnaître la minorité européenne dans une Algérie nouvelle. La lettre aux lecteurs se consacre désormais aux réflexions sur les aspects essentiels du problème algérien pour la minorité européenne. 

Pour autant le journal ne cesse de poursuivre ses appels pour le oui, pour une Algérie nouvelle qui est en voie de se construire ; tout en mettant en garde les Ultras qui, dans leur presse, s’acharnent à montrer que les négociations sont un abandon des Européens. Puis, dans sa lettre du 13 août 1961, il insiste pour dire que les Européens vont participer à l’édification d’une Algérie décolonisée. La répression et les assassinats des Libéraux commencent, Algériens et Européens ne sont pas épargnés. L’OAS, branche armée des Ultras, est née. L’avocat libéral Pierre Popie est sauvagement assassiné dans son cabinet le 25 janvier 1961[1], le commissaire Roger Gavoury, premier fonctionnaire assassiné le 31 mai 1961, le docteur Michel Schembri, maire libéral de Fort-de-l’Eau (Bordj el Kiffan), assassiné le 19 juillet 1962, les assassinats le 15 mars 1962 à Château-Royal de six inspecteurs des centres sociaux, l’écrivain Mouloud Feraoun, Max Marchand, Robert Eymard, Salah Ould Aoudia, Marcel Basset et Ali Hamoutène. Fondé en 1955 par Germaine Tillion, le Service des centres sociaux éducatifs s’est tracé l’objectif, par l’action éducative, de sortir les Algériens de la « clochardisation ». Même s’ils proclament leur neutralité dans le point IX de leurs règles et si leur action entend ne pas se «  lier aux préoccupations politiques du moment en refusant de faire le jeu des propagandes », précise Nelly Forget dans son article sur l’historique des Centres sociaux en Algérie. Mais l’OAS voyait en cette institution une pourvoyeuse de nationalistes qu’il fallait éliminer.

La liste est longue des éliminations physiques…. Les collaborateurs de L’Espoir Algérie sont, chacun de son côté, cachés, dans l’angoisse du lendemain. Le numéro 29 du 20 juin 1962, dernière apparition de L’Espoir Algérie, salue néanmoins « L’aube d’une Algérie Nouvelle », pour dire oui à l’Algérie, oui aux accords d’Évian. Un oui de confiance, celui d’une « Algérie libérée de tous les germes du colonialisme et engagée dans la voie d’un véritable développement économique et d’une authentique fraternité ». Y figure l’extrait d’un poème d’Emmanuel Roblès : « Quelle peut être ma patrie ? Là où tu veux. Sans subir ni infliger d’humiliation ? ». Le reste des pages va traiter de la « situation de l’élément européen en Algérie et les garanties à lui assurer ». Le document est remis aux négociateurs des Accords d’Évian qui ont répondu aux attentes de L’Espoir Algérie. Il reviendra au journaliste Jean-Pierre Elkabbach de reprendre point par point les articles de ces accords pour les soumettre aux spécialistes, comme les professeurs Duverger et Cohen afin de convaincre de leur bien-fondé et de rassurer ainsi les angoissés, en disant en particulier que ces Accords donnaient des garanties sérieuses et efficaces aux Pieds noirs.

Conclusion

En six années d’existence, L’Espoir Algérie, n’a vraiment paru que durant 18 mois. « Œcuménique », selon Omar Carlier, il fut le lieu où catholiques, protestants, musulmans, laïcs, Algériens et Européens ouvrirent un dialogue pour défendre une Algérie nouvelle, riche de ses diversités culturelles et cultuelles. Mais comment faire union dans un contexte aussi dramatique ? Comment modifier des comportements profondément ancrés? Comment dissiper l’angoisse de perdre ses privilèges d’une opinion acquise aux thèses extrémistes qui refusent l’Algérie des autochtones ? Pourchassé par Lacoste, sacrifié par Delouvrier et traqué par l’OAS, qui a tué plusieurs de ses membres, L’Espoir exprime une prise de conscience bien tardive, le fossé étant déjà trop profond. Saluons toutefois l’effort fait par des individus qui avaient cette volonté de changer les choses. La Fédération de France, la septième Wilaya, voix du FLN en France qui en diffusera presque la totalité des articles, rend « hommage au courage de ces hommes, à leur probité intellectuelle et au dévouement qu’ils ont apportés au service d’une cause juste ». Tandis que Benyoucef Benkhedda, qui trouva refuge à plusieurs reprises chez le libéral A. Gallice, ne manque pas de saluer ces hommes et ces femmes, Mandouze,  Touilleux, les Gautron et tous ces autres Libéraux qui, au risque de leur vie, épousèrent la cause juste des Algériens.

Bibliographie

Benkehedda Benyoucef, « Vérité sur la mort de ben M’hidi », Revue du CNEH, Alger, 1982, pp. 125-142.

Duchemin Cyrille, Les Libéraux d’Algérie pendant la colonisation, Analyse bibliographique et mémorielle d’un mouvement oublié, Mémoire Sous la direction de M. Santamaria, Université Pierre Mendès France, Institut d’études politique de Grenoble, 2008.

Forget Nelly, « Les Services des Centres Sociaux en Algérie », Matériaux pour l’Histoire de notre temps, 1992, vol. 26, pp. 37-47.

Ferahti Barkahoum, « Pierre Popie, Avocat libéral, première victime assassinée par l’OAS », conférence aux Glycines, mars 2012, https://fr-fr.facebook.com/events/355074464542128;

« Une protestante au cœur de la guerre d’Algérie. Et si Oued Ouchaeh se souvenait de Sœur Renée ? » El Watan, du 15 février 2014: http://www.elwatan.com/archives/article.php?id_sans_version=245823

Henry Jean Robert, « Consciences algériennes et Consciences Maghribines. De l’anticolonialisme à l’engagement national », Revue algériennes des sciences juridiques, politiques et économiques, n°15, 1978,  pp. 745-757.

Sayad Abdelmalek, « Les libéraux : un pont entre les deux communautés », in S/Direction Jean Lacouture Camus Albert (études offertes à). Pièces pour un dossier algérien. Études méditerranéennes, n° 7, printemps 1960, pp. 42-50.

Sprecher Jean, À contre-courant. Étudiants libéraux et progressistes à Alger (1954-1962), Éditions Bouchène, 2000.

Zeghdar Lahcène, Les Libéraux européens d’Algérie et la guerre de libération nationale, Mémoire de Magister sous la direction d’André Angsthelm, Université d’Alger, Institut des Sciences Juridiques politiques et administratives, 1982.


[1]D’autres avocats algérois libéraux ou modérés seront à sa suite victime de l’OAS : Pierre Guarrigues, Jean Fraychinaud, Mohand Aberkane, Abderrahmane Zizine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *