Le comité d’initiative pour la Trêve civile : membres algériens et membres français

Par Agnès Spiquel

Bien des images simplistes circulent sur l’événement même du 22 janvier 1956 au Cercle du Progrès ; elles consistent le plus souvent à en faire une initiative personnelle de Camus, alors que – tous les témoignages concordent sur ce point – il résulte d’une initiative collective, portée par un Comité dont il s’agira ici de préciser l’historique et la composition.

Le récit de Charles Poncet, Camus et l’impossible Trêve civile, est le plus précis sur le point de départ, puisqu’il en cite un témoin direct, l’architecte Louis Miquel, dans ce passage déjà évoqué ici par Farid  :

À une réunion des « Amis du Théâtre d’expression arabe », dans une arrière-salle du Café de la Marsa (dont la famille Ouzegane était propriétaire), sans doute après que nous ayons discuté des plans du théâtre arabe que Simounet et moi-même étudiions pour la Marine, Lebjaoui, qui assistait je crois pour la première fois à une réunion de ce groupement, profita d’une pause dans la discussion pour dire à peu près ceci : « Mes amis nous discutons de théâtre, ce qui est fort intéressant, mais il se passe en ce moment dans ce pays de graves choses, des gens souffrent et meurent, et un immense fossé est en train de se creuser entre les deux communautés, et un jour il sera peut-être trop tard pour le combler. Dans ces circonstances, je trouve particulièrement émouvante la rencontre, au sein de votre association, de représentants de ces deux communautés, dans un climat d’amitié qui me paraît d’une parfaite sincérité. Pourquoi ne profiterions-nous pas de nos relations presque fraternelles pour essayer de faire quelque chose en faveur du rapprochement des Européens et des Musulmans dans ce pays ? » Ce ne fut sans doute pas dit sous cette forme, mais je crois que c’en est là l’esprit. Il y eut alors un grand silence, car Lebjaoui venait d’aborder un sujet que nous évitions très soigneusement. Mais ensuite, ce fut comme s’il avait brisé une vitre qui nous aurait séparés[1].

Au fil de réunions régulières, suite à une proposition qui, soulignons-le, vient d’un responsable algérien, les « Amis du théâtre d’expression arabe » vont devenir le « Comité pour la Trêve civile », car leur désir de « faire quelque chose » va rencontrer la réflexion d’Albert Camus – qui, de Paris, suit de près l’évolution de la situation en Algérie et qui, sans partager la ligne de la revue, vient d’accepter de collaborer à L’Express en vue de soutenir Mendès France dont un retour au gouvernement faciliterait une solution de la question.

Dès ses premiers articles, Camus en appelle à une table ronde[2], puis à un « engagement public de ne pas toucher, quelles que soient les circonstances, aux populations civiles »[3]. Son ami Charles Poncet, qui fait partie du Comité à Alger, raconte : « Un jour je proposai en réunion de demander à Camus […] de nous aider à élargir ce que nous espérions voir devenir un vaste mouvement franco-musulman, en participant à un meeting que nous organiserions »[4]. Contacté par Poncet à la mi-novembre, Camus accepte le 7 décembre et, le 26 décembre, la date du meeting à Alger est fixée : ce sera après les élections législatives en France d’où doit sortir, on l’espère, un gouvernement Mendès. Le projet une fois mis au point, Camus le prépare par ses articles dans L’Express : le 10 janvier, il parle de « trêve pour les civils » et, le 17, du « parti de la trêve »[5]. L’initiative, on le voit, est bien algéroise avant d’être reprise à Paris, et d’origine algérienne au moins autant que française.

Entre son arrivée à Alger le 18 janvier et la manifestation au Cercle du Progrès, le 22, Camus participe à plusieurs réunions ou rencontres : avec le Comité lui-même, mais aussi avec les uns et les autres en plus petit groupe, et aussi avec des acteurs de sensibilités différentes de la mouvance qui se désigne comme « libérale » et du mouvement indépendantiste. L’organisation se heurte à des problèmes de dernière minute comme la mise en circulation de fausses cartes d’invitation par les ultras, bien décidés à perturber la manifestation ; et, surtout, l’organisation de celle-ci au Cercle du Progrès, beaucoup plus petite que la salle initialement prévue mais finalement refusée par la municipalité par crainte de troubles : l’Appel pour la Trêve civile sera donc lancé place du Gouvernement, au pied de la Casbah[6] et, Nacim nous l’a bien rappelé, dans un haut lieu d’affirmation multiforme de l’identité algérienne depuis la fin des années 1920.

Évoquant le noyau initial du Comité d’initiative pour la Trêve civile, Charles Poncet énumère dix noms[7] ; d’emblée s’y manifeste l’évidence d’une quasi-parité entre « Musulmans » et Européens. D’autres sont venus s’agréger au Comité – ou ont collaboré avec lui, parfois après l’arrivée de Camus. Il est émouvant de les évoquer, ici à Alger, devant plusieurs de leurs descendants, Algériens et Français.

Les Européens membres du Comité[8] sont de générations différentes : le plus jeune, René Sintès, a vingt-cinq ans ; le plus âgé, Pierre-André Émery, en a cinquante-cinq La plupart, nés juste avant la Première guerre, ont  commencé à militer dans les années 1930 ; ils sont dans leur quarantaine. Presque tous sont des artistes : architectes-urbanistes comme Jean de Maisonseul, Louis Miquel, Roland Simounet ; peintres comme René Sintès (mentionnons aussi Louis Bénisti, proche du Comité et de l’événement du 22 janvier) ; homme de théâtre comme Henri Cordreaux (animateur d’une troupe de comédiens franco-musulmans). Sans être artiste (il travaille aux Messageries Schiaffino), Charles Poncet, passionné de théâtre et très proche de Camus, se constituera en mémorialiste scrupuleux du groupe[9]. Emmanuel Roblès n’appartient pas au Comité ; mais cet écrivain reconnu, très engagé dans la vie algéroise, connaît Camus depuis 1937 et le considère comme un frère jumeau ; il le rencontre dès son arrivée à Alger et l’emmène à diverses réunions où les Libéraux expriment la diversité de leurs positions. Le jour de l’Appel, Camus lui confie la présidence de la séance, que Poncet a refusée ; il racontera, parmi ses souvenirs marquants[10], cette réunion du Cercle du Progrès. Il faut enfin mentionner André Rossfelder : la présence de cet ingénieur et romancier aux côtés de Camus – dont il est un familier et qui a tenu à recueillir son point de vue à son arrivée à Alger –  crée des tensions avec le Comité, dont, proche de certains des contre-manifestants, il ne partage pas toutes les positions ; lui aussi racontera l’épisode pour tenter de tirer à lui l’intervention de Camus[11].

Plusieurs des Européens du Comité se connaissent depuis les années 1930 : Camus et Miquel ont milité ensemble au PCA et mené, dans la mouvance de celui-ci, l’aventure du Théâtre du Travail, à laquelle participait également Poncet. Plusieurs se sont retrouvés dans la Résistance algéroise, alors que Camus, obligé de partir en métropole, rejoignait le réseau Combat dans la région de Lyon. Depuis le début de la guerre d’indépendance, ils relèvent de cette mouvance des Libéraux dont les historiens commencent à dessiner les contours[12]. Ils se distinguent cependant, en ce qui concerne l’Algérie indépendante, d’autres groupes de libéraux comme celui de Roblès (qui ensuite travaillera à la mise sur pied de la Fédération des Libéraux et, Barkahoum nous en parlera, de la publication L’Espoir Algérie) ou, plus encore, celui de Mandouze, nettement engagé en soutien au FLN.

À l’intérieur du Comité, les sensibilités diffèrent également. Certes, tous sont anti-colonialistes et cherchent les voies d’une négociation et les chances d’une Algérie plurielle ; mais il existe entre eux plus que des nuances dans leur proximité avec les indépendantistes et dans leur manière de se représenter l’avenir de l’Algérie. Ces différences deviendront divergences au moment de l’indépendance, sur le choix de quitter ou non  l’Algérie (par exemple, Maisonseul restera, Miquel partira), ensuite sur la question de la nationalité : non seulement le choix de demander ou non la nationalité algérienne mais l’acceptation ou non de ce fait : plusieurs auraient voulu rester dans l’Algérie indépendante tout en gardant la nationalité française. Ces différenciations entraîneront des discussions très vives entre eux au début des années 1980, quand les réactions au projet de récit de Poncet feront éclater au grand jour des interrogations que la situation dramatique de l’Algérie et leur commune amitié pour Camus leur avaient fait taire en 1956. Mentionnons la rupture radicale de Rossfelder qui rejoint l’OAS.

Bien que n’ayant pas pu se faire entendre en 1956 et au-delà de la mort de Camus, le Comité pour la Trêve civile ne s’est pas totalement dissous, puisque Le Monde du 7 janvier 1961 publie de larges extraits d’une déclaration où il prend parti pour le référendum d’autodétermination proposé par le général de Gaulle et affirme clairement son désaccord avec la gauche qui récuse l’initiative. Considérant ce référendum comme une voie vers une négociation avec le GPRA, le Comité : « […] nos concitoyens « pieds-noirs » devront, comme nous le faisons depuis des années, regarder courageusement leur  destin en face, et abandonner enfin les chimères fallacieuses qui sont parmi les causes essentielles de notre drame. » On ne pouvait guère prendre distance plus nette avec l’idée d’une Algérie restant française… C’est aussi bien confirmer rétrospectivement que le mot d’ordre immédiat de « Trêve civile » avancé début 1956 prenait bien son sens, pour ses initiateurs, comme étape préalable d’apaisement à la recherche d’une issue négociée au conflit algérien.

Les « Musulmans », on l’a vu, sont à l’initiative du Comité pour la Trêve civile ; deux d’entre eux, Amar Ouzegane dès 1962 et Mohamed Lebjaoui en 1970, seront d’ailleurs les premiers à raconter l’événement ; la place qu’ils lui accordent dans leur autobiographie militante respective révèle l’importance qu’il a revêtue à leurs yeux[13].Pour les Musulmans du noyau initial du Comité, Poncet énumère quatre noms : Amar Ouzegane, Mohamed Lebjaoui, Boualem Moussaoui, Mouloud Amrane ; et il donne une précision (quelque peu problématique…) : « Deux étaient Kabyles, deux autres Arabes »[14] La plupart travaillent, à des titres divers, dans la restauration ou la confiserie dans la Casbah et ses alentours. Ils se connaissent bien entre eux ; Moussaoui est le neveu de l’épouse d’Ouzegane ; l’épouse de Lebjaoui est une nièce d’Ouzegane. 

Certains ont déjà milité avec les Français. C’est le cas du plus âgé, Amar Ouzegane (il est né en 1910) : il était au parti communiste algérien en 1935, quand Camus y avait adhéré ; devenu secrétaire de la section d’Alger, il a activement participé à l’exclusion de celui-ci à l’automne 1937. Camus ne s’offusque pourtant pas de sa présence dans le Comité ; il faut dire qu’entre-temps, Ouzegane a été emprisonné comme militant communiste de 1940 à 1943, puis lui-même exclu du PCA en 1947. Les autres sont plus jeunes (Lebjaoui et Moussaoui sont nés en 1926) ; ils sont devenus militants après la guerre ; et leur évolution, comme celle d’Ouzegane, les a progressivement menés vers le FLN, au moment de sa constitution ou peu après.

Au début des années 1950, Mohamed Lebjaoui joue un rôle d’intermédiaire entre le PCA, le mouvement des Oulémas et le MTLD[15], et participera au rapprochement de certains de leurs dirigeants avec le FLN.  Lui et Moussaoui parrainent Ouzegane quand, comme beaucoup d’autres militants, ou ex-militants, communistes, celui-ci rejoint le FLN. Quant à Boualem Moussaoui, après avoir milité dans les années quarante au PPA puis au MTLD, il se rapproche de Mouloud Amrane : ils seront aux tout débuts du FLN.

À la liste de Poncet, il faut ajouter Abderrezak Chentouf, avocat, militant depuis les années 1940 dans les associations étudiantes musulmanes puis au MTLD – et qui a rejoint le FLN, où il fera partie du collectif algérois des avocats. Il faut citer également Abdelaziz Khaldi : sans faire partie du Comité, cet intellectuel va jouer un rôle important dans l’événement de 1956 : il prend la parole au Cercle du Progrès comme « croyant musulman » à la suite des représentants des Églises catholique et protestante[16] ; en mars 1956, il sera, avec Louis Miquel, délégué par le Comité pour aller à Paris porter à Guy Mollet, président du Conseil, une lettre rappelant les buts de la Trêve civile ; la démarche restera vaine[17].

Il faut enfin remarquer la présence au Cercle du Progrès de personnalités musulmanes de marque : le cheikh Tayeb El Okbi, animateur du Cecle du Progrès depuis les années 1930 et l’un des fondateurs des Oulémas, et Ferhat Abbas. Le premier, bien que malade, a tenu à être présent  : il n’a pas oublié comment il avait été soutenu en 1939 par Camus, alors journaliste à Alger républicain, lors du procès où, accusé d’avoir commandité l’assassinat du grand mufti en 1936, il avait été acquitté. L’arrivée de Ferhat Abbas au Cercle du Progrès, alors que le meeting a déjà commencé, et l’accolade que se donnent Camus et lui restera dans toutes les mémoires comme le signe le plus éclatant de fraternisation entre les deux communautés, alors même que Camus n’est pas sans savoir que F. Abbas n’est plus du tout sur les positions assimilationnistes qu’il avait pu défendre dans les années 1930 et 1940[18].

C’est un fait : au moment de l’Appel pour une Trêve civile, les Musulmans qui entourent Camus appartiennent au FLN pour une large part. On a beaucoup discuté pour savoir si Camus était au courant de cette appartenance et à quel moment il l’avait apprise. Lebjaoui, qui défend de manière assez volontariste l’idée d’un Camus très proche alors des thèses nationalistes rapporte un tête-à-tête entre l’écrivain et lui, peu avant l’Appel : en apprenant son appartenance au FLN, Camus, ravi, l’aurait assuré de sa fraternité[19]. Dans son récit de la Trêve civile, Ouzegane va moins loin ; il affirme cependant avoir persuadé Camus – qui voulait associer le MNA à l’Appel – que le FLN avait désormais « la sympathie de la majorité du peuple » ; et il se laisse aller à rêver à ce qu’aurait pu être un « Prix Nobel « fellagha » »[20]. Vu la situation du Cercle du Progrès, Camus n’a, en toute hypothèse, pas pu ignorer que le puissant service d’ordre, destiné à contenir la manifestation des ultras, était descendu de la Casbah. Lebjaoui et Ouzegane donnent des détails sur la manière dont ce service d’ordre avait été mobilisé et organisé par les militants du FLN[21].

Sans être des leaders du FLN, Ouzegane, Moussaoui et Lebjaoui en constituent, à ce moment-là, une sorte de brain-trust algérois : ils sont du groupe qui a commencé (début 1955, lors de la libération d’Abane Ramdane) à travailler sur la Charte qui sera adoptée en août 1956 au Congrès de la Soummam. Par ailleurs, leur participation au Comité sur la Trêve civile a été discutée au plus haut niveau du FLN : Ouzegane rapporte à Poncet la conclusion de ce débat : « Notre concours – à titre individuel – fut spontané, franc, sans ambiguïté et sans marchandage. […] Le FLN autorisait ses militants algérois à s’y engager dans l’anonymat total[22] . » Appelant officiellement à un « cessez-le-feu », le Front estimait utile politiquement de tenter d’amener davantage de libéraux à se démarquer plus nettement de la masse des Européens favorables à l’Algérie française et ne négligeait pas non plus tout ce qui pouvait rapprocher la possibilité de négociations dont il aurait été l ‘interlocuteur.

Parmi ces militants qui ont participé à la Trêve civile, deux joueront un rôle important dans les débuts de l’Algérie indépendante avant d’être écarté de toutes fonctions officielles : Amar Ouzegane comme ministre de l’Agriculture en 1962, Boualem Moussaoui comme le second des ambassadeurs d’Algérie en France.

On a souvent dit que le Comité avait été « manipulé » par le FLN ; Poncet et Ouzegane s’en expliquent dans leur correspondance de 1976[23] – avec fermeté mais courtoisie, et en terminant leurs lettres par la formule : « Fraternellement ». Certes les uns et les autres n’avaient pas les mêmes buts. Mais tous pouvaient, à ce moment de 1956, et au-delà des considérations éthiques et humanitaires, trouver un intérêt à une trêve qui rendrait possible l’ouverture de négociations. Ils ont fait ensemble ce petit bout de chemin ; qu’il n’ait mené nulle part, ou qu’il ait fallu six années de la plus féroce guerre coloniale pour que cette voie ne finisse par s’imposer, n’empêche pas de le rappeler.

Notons encore ce fait que nous a rappelé Nacim : lors de la réoccupation du Cercle du Progrès après sa réquisition par les autorités françaises pendant la guerre d’indépendance, par la voix d’Omar Aïchoun, l’un des fondateurs au titre du FLN de l’Union générale des commerçants algériens (UGCA) et des organisateurs du service d’ordre ayant défendu la réunion sur la Trêve civile, loin de désavouer l’Appel du 22 janvier 1956, l’Algérie indépendante le rangera parmi les hautes heures de ce lieu.


[1]Louis Miquel, cité par Charles Poncet, Camus et l’impossible Trêve civile, Gallimard, 2015, p. 51.

[2]Albert Camus, « La Table ronde », L’Express, 18 octobre 1955, repris dans Chroniques algériennes, Gallimard, « Folio », 1958, p. 136-138.

[3]A. Camus, « Premier novembre », L’Express, 1er novembre 1955, Chroniques algériennes, op. cit., p. 152-155.

[4]C. Poncet, op. cit., p. 72.

[5]A. Camus, « Trêve pour les civils », L’Express, 10 janvier 1956, Chroniques algériennes, op. cit., p. 156-160 ; « Le parti de la trêve », L’Express, 17 janvier 1956, Chroniques algériennes, op. cit., p. 161-165.

[6]Sur tous ces points, voir le récit de Poncet – et les manières dont il a été raconté par les témoins directs (Agnès Spiquel-Courdille, « Six récits pour un « Appel » », in C. Poncet, op. cit., p. 247-263).

[7]C. Poncet, op. cit., p. 65-66.

[8]Signalons à cet égard la recherche détaillée de Cyrille Duchemin, Les libéraux d’Algérie et l’appel à la trêve civile du 22 janvier 1956, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de Mme Granet Abisset, Grenoble, Université Pierre Mendès France, septembre 2009

[9]Le récit de Poncet publié en 2015 chez Gallimard, Albert Camus et l’impossible Trêve civile, avait connu une sorte de pré-publication : dans le n° 276 du Magazine littéraire (avril 1990), sous le titre « L’impossible Trêve civile », Poncet en avait donné quelques extraits, ayant renoncé à publier le récit entier devant les vives polémiques que celui-ci avait suscitées parmi ses anciens compagnons français du Comité (voir les correspondances conservées dans les archives Poncet, qui ont été déposées dans le fonds Albert Camus, Lourmarin/Aix-en-Provence). Il faut noter que les souvenirs de Poncet, en même temps que ceux d’Amar Ouzegane, ont largement inspiré le récit de la Trêve civile par Yves Courrière, Le Temps des léopards, Fayard, 1969, in La Guerre d’Algérie,  vol. 2 : 1954-1956 (rééd. Laffont, « Bouquins », 1990).

[10]Emmanuel Roblès, Les rives du fleuve Bleu, Seuil, 1990.

[11]André Rossfelder, Le Onzième Commandement, Gallimard, 2000.

[12]Sur les libéraux, voir les travaux de Cyrille Duchemin (entre autres son mémoire soutenu en 2008 à l’Institut politique de Grenoble, Les Libéraux d’Algérie pendant la colonisation) ainsi que d’autres éléments bibliographiques dans C. Poncet, op. cit., p. 325-328.

[13]Voir Amar Ouzegane, Le Meilleur Combat, René Julliard, 1962, et Mohamed  Lebjaoui, Vérités sur la révolution algérienne , Gallimard, 1970.

[14]C. Poncet, op. cit., p. 66.

[15]Le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques a été fondé en 1946 par les messalistes, à la suite de la dissolution du PPA (Parti du peuple algérien).

[16]C. Poncet, op. cit., p. 95.

[17]C. Poncet, op. cit., p. 112-114. Sur Khaldi, voir Nour Eddine Khendoudi, Abdelaziz Khaldi, Une conscience algérienne, El Othmania, 2009. Intellectuel reconnu, comme son ami Malek Benabbi, Khaldi deviendra journaliste dans l’Algérie indépendante.

[18]Voir l’article, « Le Parti du Manifeste », que Camus écrit dans Combat, le 20-21 mai 1945, repris dans Chroniques algériennes, op. cit., p. 114-119.

[19]Charles Poncet et Louis Miquel mettront en doute le récit de Lebjaoui et tiendront celui-ci pour responsable de l’image d’un Camus tout près d’adhérer au FLN, image véhiculée selon eux par Yves Courrière dans un dossier de la revue Historia Magazine consacré en 1972 à la guerre d’Algérie.

[20]Amar Ouzegane, Lettre à Charles Poncet, le 19 juillet 1976, citée dans C. Poncet, op. cit., p. 200.

[21]Dans Vérités sur la révolution algérienne, Lebjaoui parle du rôle joué par Omar Aïchoune et Mohamed Abdenour, ainsi que par « des hommes des groupes Yacef [Saadi] ». Dans Le Meilleur Combat, Ouzegane indique que le service d’ordre est sous la responsabilité de Arezki Bouzerina, dit Hédidouche (que Roblès cite également). Il  évoque avec une sorte de lyrisme épique la tactique de ce militant : mobiliser la Casbah pour encercler les commandos fascistes ; « l’originale fortification où l’homme immobile remplace la pierre des remparts. […] Le nadi était transformé en forteresse inexpugnable. » (Voir Agnès Spiquel, « Six récits pour un « Appel » » in C. Poncet, op. cit.,  p. 255-256)

[22]Ibid., p. 260-261.

[23]C. Poncet, op. cit., p. 171-261.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *