Le « moment janvier 1956 », en France, en Algérie et dans le monde

Par Christian Phéline

Étude. Dialogue. Amitié… Quel endroit, mieux que les Glycines, aurait pu incarner les trois mots sous le signe desquels a voulu se placer cette journée franco-algérienne ? Toute notre gratitude va donc au centre diocésain et en particulier au père Guillaume pour la générosité avec laquelle ils auront soutenu et accueilli notre projet.

Nous aurons aussi une pensée d’amitié pour Malika Rahal, empêchée de nous rejoindre et qui, mieux que je ne vais tenter de le faire, devait introduire à notre réflexion en remettant en situation l’Appel du 22 janvier 1956. 

« Raconter et comprendre », c’est par ces mots simples mais profonds que Paul Veyne, éminent spécialiste de l’Antiquité, définit la tâche de l’historien. Raconter, comprendre, et non pas commémorer, célébrer ou condamner – comme cela revient sans doute aux politiques et aux citoyens, non pas à l’historien. Raconter, comprendre, c’est-à-dire établir au mieux les faits, restituer la conjoncture précise dans laquelle s’est exercée l’action des hommes, afin que tout jugement sur elle s’exerce au moins de manière aussi informée que possible. Telle est donc la tâche à laquelle nous nous essayons aujourd’hui à propos de cet épisode déjà lointain de l’histoire de la décolonisation que représente « l’Appel pour une trêve civile en Algérie ».

Tâche particulièrement délicate s’agissant d’une initiative restée sans effet, et devant laquelle il est souvent tentant de « réécrire » l’Histoire plutôt que de l’écrire. C’est en effet « réécrire » le cours des choses que de n’en parler qu’« avec des si… » : bien sûr, il aurait été de loin préférable pour une issue moins meurtrière à l’aventure coloniale que la Trêve civile ait été mise en œuvre, car  l’événement n’est pas totalement dissociable du jeu des forces qui ont empêché qu’il aboutisse. Une autre façon de le « réécrire » est cependant de l’interpréter à partir de ce que l’on sait qui est advenu, ou du seul point de vue de ceux qui l’ont emporté, pour considérer comme « perdue d’avance » toute initiative qui n’a pu aboutir. De ce point de vue-là, son échec immédiat conduirait à ne voir dans l’appel du 22 janvier qu’une initiative trop tardive, trop naïve, trop limitée, trop isolée pour même qu’on s’intéresse encore à elle ou à soutenir que rien de ses présupposés ne puisse aider à expliquer certains des aspects les plus critiques de l’évolution ultérieure – comme la trace durable de l’hyper-violence du conflit algérien dans l’histoire de chacun des deux pays.

L’une et l’autre de ces attitudes conduisent en somme à une sorte de fatalisme rétrospectif, dévaluant ce qu’a été pour les protagonistes de l’appel de janvier 1956 l’exercice de leur responsabilité civique, en le réduisant, au mieux à un témoignage purement symbolique, au pire à une agitation inutile, dès lors que le cours des choses s’est orienté autrement. Afin d’écarter ce type d’anachronisme, l’historien doit au contraire s’astreindre à  mesurer toute action ou prise de position passée, non pas à l’aune de nos critères actuels ou de ce que nous savons des événements ultérieurs, mais en la rapportant d’abord aux circonstances matérielles ou intellectuelles de l’époque et à ce que les protagonistes pouvaient raisonnablement en connaître et en penser.

Ni vaine déploration égrenant sans fin de la suite des « occasions manquées », ni idéalisation d’une initiative qui n’a pu infléchir le jeu des forces dominantes, seule une attention précise portée à la chronologie des événements, et parfois à leur micro-chronologie, et aux facteurs minoritaires permet de ne pas réduire l’histoire à ses grandes tendances. C’est ainsi que, pour vraiment « raconter et comprendre » l’appel du 22 janvier 1956, il semble indispensable de le situer dans une conjonction exceptionnelle de facteurs qui, dans l’histoire du conflit algérien, caractérisent  un bref « moment janvier 1956 ».

Au plan international, la fin des Empires désormais à l’ordre du jour

Les années 1954-1955 marquent un tournant où l’on passe de la phase d’ouverture de la « Guerre froide » qui, depuis 1947, oppose un « bloc soviétique » (ou plutôt « soviétisé » par la force) et le « camp atlantique » sous égide américaine, vers un monde tripolaire, mettant de manière croissante à l’ordre du jour la décolonisation et la fin des grands Empires.

Un début ambigu de dégel s’esquisse en URSS même depuis la mort de Staline en mars 1953. Le rapport Khrouchtchev sur le culte de la personnalité sera divulgué le 24 février 1956. Si une position « anti-révisionniste » est alors adoptée par la Chine, des tendances centrifuges se dessinent en Europe de l’Est : la révolution hongroise sera écrasée par l’armée soviétique début novembre 1956. La Yougoslavie de Tito se singularise dans l’affrontement entre les blocs, comme dans la querelle sino-soviétique, et veut offrir aux forces nouvelles de la lutte anticoloniale le modèle alternatif d’un socialisme « autogestionnaire ».

L’ouverture de la guerre de libération en Algérie s’insère entre la révolution nassérienne qui a renversé le régime du roi Farouk fin 1952 et l’indépendance de l’Indochine, acquise en juillet 1955. Cette succession marque le début du délitement final de l’influence britannique et de l’empire colonial français.

Ce tournant anti-impérialiste est alors symbolisé au plan mondial par la conférence de Bandoeng  qui réunit en avril 1955 vingt-neuf pays africains et asiatiques, en présence de Nasser, Nehru, Soekarno et Chou En-laï. Le FLN, représenté par M’hamed Yazid et Aït Ahmed, y est admis comme observateur. Le communiqué final apporte son soutien aux peuples d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, ouvrant politiquement les portes de l’ONU à la révolution algérienne. Ce sera en effet pour une large part sur le terrain de la diplomatie internationale que celle-ci réunira les moyens de sa victoire.

C’est bien le moment où le « Tiers-Monde » fait son entrée sur une scène mondiale et où les forces anti-impérialistes montantes affirment leur volonté de « Non-Alignement ». L’Égypte nassérienne qui offre une base extérieure aux indépendantiste algériens, s’y pose comme pôle de la nouvelle solidarité pan-arabe à laquelle appelait déjà le Baas en Irak et en Syrie, relayant le rôle qu’avaient pu jouer dans les premières étapes d’émergence de l’identité algérienne la référence aux « Jeunes Turcs » puis à la révolution kemaliste comme celle au mouvement international de réformisme de l’islam (Islah). Cette conjonction de facteurs met désormais la décolonisation du Maghreb au premier rang de l’agenda international.

Préparée par le gouvernement Mendès France, la marche du Maroc et de la Tunisie vers leur indépendance se conclura en mars 1956. Cette transition pacifique ne peut cependant que poser avec force la question des issues politiques à l’escalade armée qui se poursuit en Algérie depuis novembre 1954. 

En France, la victoire du « Front républicain » et l’espoir d’une nouvelle politique en Algérie

Du côté français, une espérance a été ouverte par la victoire électorale en ce début du mois de janvier 1956 d’un Front républicain, constitué à l’initiative de Pierre Mendès France.

Député radical-socialiste dès 1932, « PMF » a été brièvement ministre de Léon Blum en 1938, puis, ayant rejoint la Résistance, ministre de l’Économie nationale dans le gouvernement provisoire formé à Alger par de Gaulle de 1943-1945. Il a déjà été président du Conseil du 18 juin 1954 au 5 février 1955, avec pour secrétaire d’État à la guerre, le maire libéral d’Alger, Jacques Chevallier, et pour ministre de l’Intérieur, le jeune François Mitterrand.

Quelques semaines après la prise du camp de Diên Biên Phu par le général Giap (7 mai 1954), il a réussi son pari de conclure, à Genève, un accord de paix mettant fin à la guerre d’Indochine (20 juillet 1954). Il confirme sa volonté de décolonisation en ouvrant des négociations tant au Maroc (où le sultan Sidi Mohamed avait été déposé en août 1953) qu’en Tunisie (où Bourguiba était interné).

Au pouvoir lors du 1er novembre 1954, Mendès réaffirme en revanche, par la voix de Mitterrand, que « L’Algérie c’est la France », tout en appelant à une « Coopération généreuse » entre les communautés et à la nécessité d’une application effective et loyale du Statut de 1947… Cela suffira à ce que son gouvernement tombe, début 1955, sur la question  algérienne. 

Le gouvernement incombe alors à ce roi de la manœuvre parlementaire qu’est Edgar Faure. L’indécision de la politique suivie sur l’Algérie se traduit à la fois par la nomination comme gouverneur général du gaulliste Jacques Soustelle, pressenti par Mendès pour engager une politique de réforme sous le sigle nouveau de « l’intégration » (mais qui s’alignera vite sur les positions extrêmes de l’Algérie française, puis de l’OAS), et par l’adoption de la loi du 3 avril 1955 sur l’état d’urgence – celle-là même qui vient d’être réactivée en France – qui veut doter le « rétablissement de l’ordre » de moyens juridiques d’exception et sera prorogée de 6 mois en août. 

C’est cependant sur la nécessité de rechercher une solution politique négociée au conflit algérien que Mendès prend la tête, fin 1955, d’un « Front républicain » où socialistes et radicaux s’allient avec des forces du centre gauche comme l’UDSR (Mitterrand) ou les Républicains sociaux (Jacques Chaban-Delmas). La formule est soutenue par L’Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber, où Camus a choisi d’écrire depuis mai 1955 : son éditorial du 30 décembre « Explication de vote » y appelle au retour de Mendès. Face à la droite parlementaire et au mouvement populiste dirigé par Pierre Poujade,  la coalition remporte près de 30 % des voix et 192 sièges sur 595… Chacun s’attend donc, en ce mois de janvier 1956, à ce que Mendès forme à nouveau la tête du gouvernement et prenne des initiatives sur la question algérienne.

C’est dans ce moment politique précis qu’interviennent tant l’« Appel pour une trêve civile en Algérie » que le meeting du « Comité des intellectuels contre la poursuite de la guerre » tenu à Paris, salle Wagram, le 27 janvier suivant.

Les deux initiatives se donnent un objectif différent : la seconde, incarnée notamment par Jean-Paul Sartre ou André Mandouze, vise à faire reconnaître l’existence de la « Nation algérienne » et à organiser en France le soutien militant à une « résistance » qu’elle identifie au seul FLN ; d’inspiration aussi éthique que politique ; la première entend, sans se prononcer sur l’issue finale de la question algérienne, s’adresser à toutes les forces en présence pour obtenir la décrue des violences, préalable indispensable à l’ouverture souhaitée d’une négociation.

Il faut voir dans la quasi coïncidence de ces deux mobilisations publiques plus et mieux que le énième avatar d’une alternative manichéenne Sartre/Camus, ou de l’opposition entre « progressistes » et « libéraux » sur la scène algéroise. Lutte « contre la poursuite de la guerre » ou appel « pour une trêve civile », si aucune de ces démarches ne reçoit le soutien explicite du FLN, plusieurs de ses responsables algérois sont actifs au sein du comité pour la trêve civile, le Front pouvant y trouver aussi bien que dans la mobilisation parisienne intérêt dans sa recherche d’une reconnaissance comme interlocuteur impératif de toutes discussions sur l’avenir politique de l’Algérie. L’une et l’autre de ces initiatives prennent d’ailleurs leur sens immédiat face à l’ouverture politique en Algérie que semble devoir ménager l’accès au pouvoir attendu de Mendès. À Alger, les ultras ne s’y trompent d’ailleurs pas, se mobilisant violemment aux cris de « À bas Mendès ! », contre ce qu’ils appellent une « tunisification » de l’Algérie qui, d’une manière et d’une autre, mettrait fin au statu quo colonial.

Signalons aussi  que, dans ce même moment de la fin 1955-début 1956, se situe  la formation à Oran d’un mouvement nommé « Fraternité algérienne » sur un manifeste que signent des personnalités de la ville représentant toute la mosaïque ethnique, religieuse, idéologique et professionnelle y est représentée. 200 signatures sont récoltées et publiées dans Oran Républicain.

À Alger comme à Paris ou à Oran, de telles manifestations d’espoir seront brèves : dès le 28 janvier, on le sait, le président René Coty choisit de confier la présidence du Conseil au dirigeant socialiste Guy Mollet (qui prend Mitterrand comme garde des Sceaux). Il ne tarde guère à céder devant les ultras de l’Algérie française après la funeste « Journée des tomates » du 6 février suivant. Toute la trajectoire de Mendès sera alors guidée par un engagement croisant sur la question algérienne : il rompt dès mai 1956 avec le gouvernement Mollet, en désaccord avec la politique de guerre à outrance engagée par Robert Lacoste ; rompant également avec la SFIO qu’il avait rejointe, il mettra par la suite son prestige moral au service de l’affirmation des forces de la « Nouvelle Gauche » qui font dissidence sur la question algérienne avec le Parti socialiste autonome (PSA) puis le Parti socialiste unifié (PSU).

En Algérie, le mouvement national à une croisée des chemins

Il est souvent admis que, si le 1er novembre 1954 signe politiquement l’entrée dans sa phase armée de la lutte de libération nationale, c’est avec l’offensive du 20 août 1955 dans le Constantinois que celle-ci prend vraiment la dimension d’une « guerre », même si, à la différence de la proclamation collective de la fin 1954, l’initiative en revient aux seuls dirigeants de la future Wilaya III.

Selon un scénario de représailles collectives et de riposte « pour l’exemple » comparable aux massacres de mai-juin 1945, une action qui aura touché 100 à 150 Européens ou Musulmans modérés, dont une majorité de civils, donne lieu une riposte aveugle faisant entre 3 000 et 7 500 victimes parmi la population musulmane, selon les estimations restant en débat.

Même si elle reste encore hors de proportion avec ce que sera la surenchère des violences à partir de l’été suivant, cette première année du conflit installe déjà, dans le quotidien des rapports entre les communautés, la peur et la méfiance mutuelle devant un affrontement qui, de part et d’autre, paraît à chaque moment pouvoir atteindre quiconque. Le risque d’une fracture irrémédiable entre les communautés commence ainsi à s’installer tandis que la puissance coloniale est tentée d’écarter toute autre réponse politique que la répression. La présence du contingent en Algérie passe de 80 000 hommes en janvier 1955 à 180 000 début 1956.

Dans ces circonstances, une décrue concertée de la violence contre les civils pouvait en effet apparaître comme une mesure préalable d’apaisement, indispensable à toute exploration sérieuse des  possibilités d’une voie négociée.

Plus généralement, pour chacun des belligérants, la question de la nature du conflit algérien est dès lors ouvertement posée : simples « événements » comme persiste à le dire la puissance coloniale ou guerre civile ? Affrontement relevant du « maintien de l’ordre » ou déjà manifestation en puissance d’un futur État algérien ? Guerre classique entre deux armées ou guérilla s’appuyant sur toute une part de la population ? Une guerre que l’on pense gagner sur le seul terrain militaire ou dont l’issue se jouera par la voie politique ou diplomatique ?

De part et d’autre, cette question renvoie aux moyens d’action que chacun entend utiliser, à leur légitimité tant morale que juridique, à leurs conséquences politiques. Chacun des camps se trouve à cet égard à une sorte de croisée des chemins.

Aucun ne peut complètement ignorer les limites qui, en principe au moins, s’imposent à son action : s’il s’agit de « rétablir l’ordre », cela devrait continuer à se faire dans le respect de l’État de droit dont se réclame la République ; si en revanche l’on revendique d’être entré en guerre, le droit international interdit de longue date de prendre les populations civiles comme cible ou en otage des affrontements militaires…  Mais ce sont là de bien fragiles barrières face à la montée des violences.

Du côté français, on hésite encore entre une ferme répression n’excluant pas la recherche d’un traitement politique et ce qui s’imposera par la suite comme l’escalade d’une guerre à outrance.

La loi de 1955 sur l’état d’urgence, qui  vise un « péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public », cherche ainsi à renforcer la répression en allant aux limites du droit républicain, limites qui bientôt seront bousculées par la généralisation des moyens d’exception et des pratiques extra-juridiques, torture notamment. Mais, dans le même temps, des contacts officieux ont été pris avec le FLN dès avril 1955 pour explorer les possibilités d’une issue politique, contacts que même le gouvernement Mollet poursuivra discrètement en avril 1956, au Caire, en juillet à Belgrade, et encore en septembre à Rome…

Du côté algérien, la situation des forces de libération nationale reste en évolution et le FLN, sous condition d’y avoir une hégémonie indiscutée, entend ne se couper d’aucun moyen de traitement politique du conflit.

Fin septembre 1955, avec la « Motion des 61 », la démission de tous les élus algériens, dont Ferhat Abbas et les dirigeants de UDMA, et la reconnaissance par eux de la nécessité d’une nation algérienne a marqué la fin des espérances dans une voie légale de conquête des droits, cultivées depuis 1936, voire depuis les « Jeunes Algériens » d’avant 1914.

De même, en janvier 1956, les  Oulémas rendent publique une résolution appelant à l’indépendance.

Déjà de nombreux dirigeants nationalistes même modérés ont rejoint le FLN en admettant son exigence d’une adhésion à titre individuel. Cela a été le cas des dirigeants « centralistes » dès après   la crise du MTLD de l’été 1954. Début 1956, le ralliement de Ferhat Abbas et de Ahmed Francis est déjà acquis même s’il ne sera officialisé ainsi que la dissolution de l’UDMA qu’en avril suivant, au Caire.

Mais le FLN-ALN ne se structurera vraiment qu’après le congrès de la Soummam (août 1956), tandis que le MNA de Messali Hadj et ses maquis conservent encore une réelle influence.

S’il confirme l’engagement dans la lutte armée, le congrès de la Soummam donne par ailleurs lieu à des débats sérieux sur les formes de la violence susceptibles d’atteindre les populations civiles. Sans désavouer les initiateurs de ces actions, les congressistes s’interrogent ainsi sur le 20 août 1955, le prix humain dont il a été payé par la population algérienne et ses conséquences dans les rapports avec les Européens ; sur la « Nuit Rouge de la Soummam », où les habitants d’un village soupçonnés de connivence avec l’armée françaises avaient été massacré sur ordre d’Amirouche ;  sur  l’embuscade du col de Sakamody en février 1956 où un commando dirigé par Ali Khodja contre un autocar et deux voitures, avait fait 8 morts dont une femme et une fillette.

À propos de chacun de ces cas, il s’agit moins d’une réflexion éthique (était-ce bien ou mal ?) que d’une évaluation d’efficacité politique : ces formes d’action servent-elle vraiment ou non notre combat politique ? C’est de ce même point de vue que le Congrès, en prohibant le recours à  l’égorgement ou aux  mutilations, entend écarter des pratiques dont ils n’ignorent pas que, tout au long de la période coloniale, elles ont été invoquées comme attestant de la propension atavique à des formes barbares de violence prêtée aux Musulmans.

Dans ce souci des incidences de leurs modes d’action sur la population européenne comme devant l’opinion métropolitaine ou internationale, les dirigeants algériens se montrent pleinement conscients des limites de leur combat proprement militaire : ils savent bien qu’un Diên Biên Phu algérien, défaisant les forces françaises par la voie des armes, est hors d’atteinte pour eux, et que l’essentiel de leur combat se gagnera en dernière analyse au plan politique et diplomatique. De fait, le premier débat sur l’Algérie aura lieu à l’ONU le 30 septembre 1956, mettant la  France coloniale en accusation devant l’ensemble de la communauté internationale et faisant peser sur elle une pression qui se maintiendra jusqu’à l’autodétermination.

Dans de telles circonstances, il semble aussi erroné de réduire la participation individuelle de responsables algérois du FLN au comité pour une trêve civile à une « manipulation » des membres européens, comme cela est souvent avancé en France, que de prétendre que le FLN a combattu cette démarche comme relevant d’une politique de « troisième force » (en réalité, des « personnalités qui peuvent être considérées comme proches du FLN » interrogées par le Monde se sont limitées à dire qu’il n’avait « jamais été question d’une trêve » au sein de celui-ci, ce qui s’explique bien, la revendication officielle du Front étant alors un « cessez-le-feu » avec pour condition préalable la reconnaissance de l’indépendance de l’Algérie[1]).

De telles critiques reposent sur deux incompréhensions symétriques : la première revient à dire qu’on ne pouvait pas être à la fois partisan de l’indépendance et sincèrement favorable à la « trêve civile » ce qui est absurde, une telle démarche s’adressant par nature à des belligérants qui avaient des objectifs antagoniques – le maintien de l’Algérie française versus la conquête d’une Algérie algérienne ; la seconde conduit au contraire à prétendre que l’appel à une telle trêve n’aurait été acceptable qu’à la condition que l’ensemble de ses promoteurs prennent publiquement position en faveur de la rupture des liens avec la France, ce qui aurait été contraire à une mobilisation cherchant à réunir sur la base la plus large les partisans d’une désescalade de la violence aveugle quelle que soit leur opinion de fond sur l’avenir de l’Algérie. Cette visée tactique minimale était pleinement comprise par les membres algériens du comité qui, à aucun moment, n’ont essayé de radicaliser le texte de l’Appel en proposant d’y inscrire le préalable de l’indépendance. Même dans les récits qu’ils donneront de cette initiative après 1962, Mohamed Lebjaoui ou Amar Ouzegane assumeront la tactique unitaire ainsi suivie.

Celle-ci s’explique assez bien au regard des ouvertures que semblait encore ménager la conjoncture politique du tout début de cette année 1956. Dans cette circonstance précise, il n’ y avait donc,  pour le FLN, ni malhonnêteté ni compromission à chercher à élargir son espace politique en se rapprochant des éléments de l’opinion européenne conscients de la nécessité de rompre avec le simple statu quo ante de l’Algérie coloniale. C’était aussi, face au péril d’avoir à subir une escalade militaire pouvant durer des années, tenter d’explorer les possibilités d’un cheminement vers une solution négociée où se faire reconnaître comme interlocuteur légitime. 

*

Il y a donc bien eu, dans la situation politique de ce mois de janvier 1956, une « fenêtre » favorable, où quelque chose pouvait sembler encore possible dans le sens d’une issue politique à la situation algérienne ménageant une coexistence durable des communautés. Encore en août suivant, la charte de la Soummam en tracera d’ailleurs la perspective à la future Algérie indépendante.

On sait bien sûr qu’il n’en a pas été ainsi. Deux semaines après l’Appel du 22 janvier, le gouvernement Mollet ploie sous la pression des ultras, renonce à la nomination comme gouverneur général du général Catroux (identifié aux réformes de 1944 et partisan d’une autonomie de l’Algérie), qu’il remplace par Robert Lacoste  « Ministre-Résidant »

Dès le 12 mars, les « pouvoirs spéciaux », votés avec le soutien du PCF, assurent à l’État colonial et à l’armée « les pouvoirs les plus étendus pour prendre toutes les mesures exceptionnelles commandées par les circonstances, en vue du rétablissement de l’ordre, de la protection des personnes et des biens et de la sauvegarde du territoire ». Les décrets d’application habilitent Lacoste à toutes limitations des libertés. Un mois plus tard le rappel des disponibles du contingent porte la présence militaire en Algérie à 400 000 hommes…

L’escalade des violences se poursuit alors. Après l’embuscade des gorges de Palestro où vingt appelés français trouvent la mort le 18 mai, un attentat particulièrement meurtrier est organisé le 10 août rue de Thèbes, dans la Casbah, à l’instigation d’André Achiary, sous-préfet de Guelma organisateur des milices en mai-juin 1945, futur OAS et organisateur de la contre-manifestation ultra du 22 janvier 1956 ; marquant un point de non-retour de la volonté de faire le maximum de victimes dans la population ordinaire, il suscite en retour les attentats à la bombe du FLN dans les lieux publics européens et inaugure l’enchaînement incontrôlé des « terrorismes » et « contre-terrorismes »

À la fin d’octobre, la France s’engage au côté de la Grande-Bretagne dans l’expédition de Suez, tandis que le gouvernement est mis devant le fait accompli, décidé à Alger, de l’arraisonnement de l’avion transportant Ben Bella, Aït Ahmed et trois autres dirigeants algériens. C’en est définitivement  fini des contacts que le gouvernement Mollet avait encore tenté d’établir en secret avec des représentants du FLN.

En décembre, le général Jacques Massu est désigné comme nouveau commandant en chef en Algérie. Avec le début de la Bataille d’Alger (janvier 1957) la guerre entre, pour près de six années, dans la voie d’une hyper-violence sans équivalent dans les conflits de décolonisation.

Ce rappel de la chronologie de l’année 1956 le montre bien : tout s’est en définitive joué dans les quelques semaines faisant suite à l’initiative du 22 janvier 1956. Il arrive parfois que l’histoire s’accélère brutalement – ici dans le sens du pire…

Pas plus que la rhétorique pouvant sembler rétrospectivement peu réaliste de l’Appel lui-même, cet enchaînement sinistre ne doit le faire oublier : au-delà d’une simple profession de foi morale, l’objectif politique de permettre la recherche d’une voie négociée, par une décrue concertée des violences et des inquiétudes de part et d’autre, ne manquait pas de sens dans ce bref moment d’espoir que semblait ouvrir ce « moment janvier 1956 ». Et l’échec rapide de cette initiative n’entame ni la sincérité ni le courage du petit nombre de ces Algériens et de ces Français qui, pour la dernière fois ensemble, tentèrent alors d’infléchir l’Histoire vers un cours moins destructeur.


[1]Il était de surcroît impossible pour le FLN de se prononcer publiquement sur la proposition d’une trêve civile avant tout engagement même conditionnel du gouvernement français ; or la délégation franco-algérienne du comité ne pourra rencontrer Guy Mollet que le 9 février alors que la situation politique était en train de  profondément changer en conséquence de la journée algéroise du 6.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *