L’Appel pour une Trêve civile – Introduction

Par Farid Yaker, président du Forum France-Algérie

Le Forum France-Algérie, que je préside, est une association qui œuvre en faveur du rapprochement entre la France et l’Algérie, entre les Français et les Algériens.

Lorsque j’ai découvert, grâce à Christian Phéline, l’ouvrage de Charles Poncet, Camus et l’impossible Trêve civile, j’ai tout de suite pensé qu’il serait judicieux d’organiser une rencontre pour l’analyser et mieux comprendre cet épisode de la guerre d’Algérie dans le cadre d’une journée d’études. Le FFA organise depuis deux ans un cycle de débats sur la contribution des libéraux et chrétiens progressistes au combat anticolonialiste et il nous a semblé qu’une rencontre sur l’Appel pour uneTrêve civile trouverait toute sa place dans cette démarche. Grâce au Centre diocésain, nous avons pu aller au-delà de nos espérances puisque la rencontre a vu le jour, de surcroît à Alger. Avec Christian Phéline et Agnès Spiquel nous avons également souhaité associer les descendants des protagonistes de l’Appel, des témoins de la journée du 22 janvier 1956 et des membres de la société des études camusiennes à ce moment que nous avons appelé « Rencontre de partage et de dialogue ». Nous avons été parfaitement suivis puisqu’une vingtaine de personnes ont répondu depuis la France et l’Algérie à notre invitation.

Nous sommes donc heureux et fiers d’avoir aujourd’hui parmi nous des enfants, beaux-enfants, petits-enfants d’Abderrezak Chentouf, de Mohamed Lebjaoui, du docteur Abdelaziz Khaldi, du côté des membres algériens du Comité pour la trêve civile, d’Emmanuel Roblès, de Louis Benisti, de René Sintès, pour les participants européens, mais aussi du cheikh Tayeb El Okbi, figure historique du Cercle du Progrès, et de Jacques Chevallier, l’ancien maire libéral d’Alger. Nous pensons aussi avec une grande affection à Khedidja et Malika Ouzegane que nous avons associées à la préparation de cette journée mais qui ne peuvent être aujourd’hui parmi nous. Et nous attendons avec émotion le témoignage du docteur Georges Timsit, enfant de Belcourt, qui, alors lycéen, a assisté avec son père à la réunion du 22 janvier 1956.

Je voulais remercier ces personnes pour leur présence qui entre en droite ligne avec l’esprit de fraternité de l’Appel pour une trêve civile. Cet esprit qui nous a accompagnés lors de la visite de lieux importants à Alger en relation avec le projet de Trêve civile et notamment le Cercle du Progrès où l’Appel fut lancé par Albert Camus et ses amis. Je voudrais également remercier le Centre d’affaires des Arcades de l’Amirauté pour son hospitalité et le très bon moment que vous nous avez offert ainsi que l’association des Oulémas qui a eu la gentillesse de nous ouvrir les portes du Cercle du Progrès ainsi que tous les Algérois anonymes qui ont contribué à faire de notre journée de découverte un grand bonheur et un franc succès.

Au-delà du cycle actuel sur les libéraux et progressistes, le FFA s’intéresse de par son essence à toutes les initiatives qui ont permis ou permettent de rapprocher les Français et les Algériens, les musulmans et les non-musulmans. À l’heure où les tensions s’accroissent en France et en Europe entre les communautés (triplement des actes anti-musulmans en France, maintien à un haut niveau des actes antisémites, essor de Pegida en Allemagne) avec en parallèle une montée inquiétante des partis extrémistes, nous avons pris le parti de contribuer activement au rassemblement de toutes les forces républicaines éprises de fraternité et soucieuses de faire progresser la compréhension mutuelle et le vivre-ensemble. C’est dans cet esprit que s’inscrivait l’Appel pour la Trêve civile qui a constitué une tentative de rapprochement et de dialogue visant à limiter l’impact de la guerre sur les civils en vue notamment de  créer un climat plus propice à la réussite de discussions de paix. Ces discussions, si elles étaient intervenues en 1956, auraient pu permettre d’éviter des centaines de milliers de morts et auraient pu déboucher sur le maintien en Algérie des populations chrétiennes et juives. On connaît la suite et la préférence donnée à la guerre à outrance et à la répression du mouvement nationaliste puis les perspectives de solution négociée qui provoqueront la formation de l’OAS dont l’action jusqu’au-boutiste et la politique de la terre brûlée, soutenue par une grande proportion des Français d’Algérie, annihilera tout espoir de maintien de la composante judéo-chrétienne dans notre pays.

Nous avons été intéressés à donner un coup de projecteur au projet de trêve civile car il visait à privilégier le dialogue et était mené par des hommes et des femmes de grande valeur, issus des deux communautés. Cette initiative s’appuyait en effet sur un groupe multiconfessionnel, les Amis du théâtre d’expression arabe qui était une des rares initiatives associant des musulmans et des Français d’Algérie, principalement des libéraux, intéressés par la culture arabo-berbère et par le rapprochement inter-communautaire. C’est lors d’une réunion de ce groupe que Mohamed Lebdjaoui, qui s’avérera être un des leaders du FLN, aurait tenu les propos suivants rapportés par Louis Miquel : « Mes amis, nous discutons de théâtre, ce qui est fort intéressant, mais il se passe en ce moment dans ce pays des choses graves, des gens souffrent et meurent, et un immense fossé est en train de se creuser entre les deux communautés, et un jour il sera peut être trop tard pour le combler. Dans ces circonstances, je trouve particulièrement émouvante la rencontre, au sein de votre association, de représentants de ces deux communautés, dans un climat d’amitié qui me parait d’une parfaite sincérité. Pourquoi ne profiterions-nous pas de nos relations presque fraternelles pour essayer de faire quelque chose en faveur du rapprochement  des Européens et des Musulmans dans ce pays ? »

Le projet d’appel pour une trêve civile peut paraître utopiste à soixante années de distance et a même pu sembler illusoire en 1956 tant les forces en présence et les dynamiques en cours laissaient peu de chances à une sortie par le haut du conflit algérien. Trop tard, trop peu ! Ultime tentative d’intellectuels angoissés par la vision de l’irréparable qui se profilait devant leurs yeux. Qui comprenaient que la guerre qui s’intensifiait ne pouvait que déboucher sur la fracture définitive avec la composante musulmane ou le départ du pays de la composante judéo-chrétienne. Qui avaient conscience de n’être qu’une infime minorité, clairvoyante, au sein de la population européenne. Et qui étaient de surcroît divisés entre ceux qui comme Maisonseul pouvaient entrevoir leur appartenance à une Algérie multi-confessionnelle en droite ligne avec l’affirmation de la plate-forme de la Soummam qui souhaitait la mise en place d’ « une république démocratique et sociale garantissant une véritable égalité entre tous les citoyens d’une même patrie, sans discrimination »  et ceux, comme Camus, qui ne pouvaient concevoir de rompre le lien avec la France.

Quelles que soient ses faiblesses et ses lacunes, cette initiative demeurera aux yeux de l’histoire comme l’ultime tentative de fraternisation avant le déferlement de violence qui allait déchirer le pays et pousser à l’exode un million d’Européens et de Juifs d’Algérie. Elle mérite à ce titre toute notre attention et notre respect.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *