L’Appel pour une Trêve civile – Accueil

Par le père Guillaume Michel

Le 22 janvier 1956, à la demande d’un groupe formé d’amis tant algériens que français, Albert Camus fait une conférence à Alger, au Cercle du Progrès, en soutien à un Appel pour une trêve civile en Algérie. Par sa seule inscription dans un présent dramatisé où l’histoire de la colonisation et ses conséquences ne sont pas évoquées[1], le texte de Camus restera une fulgurance qui n‘aura pas laissé d’empreinte sur le cours des événements. Sursaut humaniste répondant à l’impératif éthique d’une situation d’urgence ou mot d’ordre minimal conçu comme un préalable indispensable à toute négociation de fond, cet Appel contraste avec le réalisme politique des interventions du meeting du Comité d’action contre la poursuite de la Guerre en Afrique du Nord qui se tient à la salle Wagram cinq jours après autour, entre autres, d’André Mandouze, d’Aimé Césaire, de Jean Amrouche, de Robert Barrat, de Jean-Paul Sartre.

Le propos de la journée d’étude ne vise pas à refaire le procès de Camus pour pointer les limites de son positionnement relativement au devenir de l’Algérie. Cela a été fait maintes et maintes fois suscitant les même lancinantes polémiques. En citant Walter Benjamin, je retiendrai seulement de l’Appel qu’il est peut-être un texte qui « comme le tonnerre fait entendre son grondement longtemps après » ! Dans son caractère d’urgence éthique, il demeure d’actualité pour bien des situations dont nous sommes témoins.

En évoquant cet événement, singulier par l’origine et l’appartenance diverses du groupe des protagonistes qu’il rassemble, libéraux d’Algérie dont les positions évolueront diversement – Jean          de Maisonseul, Louis Miquel, Pierre-André Émery, Roland Simounet, Louis Bénisti, Évelyne et René Sintès, Emmanuel Roblès, Henri Cordreaux, Charles Poncet, et Algériens engagés dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie –  Amar Ouzegane, Mohamed Lebjaoui, Maître Abderrezak Chentouf, Boualem Moussaoui, Mouloud Amrane et le Docteur Abdelaziz Khaldi, en présence de Ferhat Abbas et du cheikh Tayeb El Okbi, nous avons voulu aujourd’hui resituer l’Appel pour une trêve dans son particularisme historique et comprendre le moment de janvier 56 sur la scène internationale, algérienne et française. 

Je salue Farid Yaker et Christian Phéline qui sont à l’initiative de cette journée. Je salue également les descendants des acteurs de l’Appel qui ont tenu à être présents ici aujourd’hui. Suite au désistement de dernière minute de Malika Rahal, empêchée d’être présente pour des raisons administratives, le programme a dû être partiellement réorganisé par rapport à ce qui a été annoncé. Après une introduction par Farid Yaker, au nom du Forum France-Algérie qu’il préside, nous entendrons donc successivement :   

Christian Phéline,
« Le moment janvier 1956, en France, en Algérie et dans le monde »

Nacim El Okbi,
« Le Cercle du Progrès (Nadi Ettaraki) : origine, activités, rôle dans l’affirmation d’une identité algérienne (1927-1962) »

Après une brève pause, se succéderont :

Agnès Spiquel, professeur de littérature à l’université de Valenciennes
« Le comité d’initiative pour la Trêve civile : membres algériens et membres français »

Todd Shepard, John Hopkins University, Baltimore
« Des idées libérales aux tentatives intégrationnistes (1956-1958) »

Barkahoum Ferhati, chercheuse au CNRPAH, Alger

«  De la Trêve civile au combat des Libéraux : L’Espoir-Algérie (1956-1960) »

Nous clôturerons la journée par un débat avec l’auditoire.


 

[1] Christiane Chaulet Achour, « La décolonisation algérienne : une mise à l’épreuve de l’idée de révolte chez Aimé Césaire et Albert Camus – Janvier 1956 » in Mélanges Caraïbes – Centenaire Albert Camus/Aimé Césaire, Colloque international, « Albert Camus, Aimé Césaire : poétiques de la révolte », Fort-de-France, 13-15 novembre 2013, p. 7.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *