22 janvier 1956 – L’Appel pour une trêve civile en Algérie : Acteurs, contexte et prolongements

Le 22 janvier 1956, à l’initiative d’un groupe où se côtoient militants algériens et intellectuels français d’Algérie, Albert Camus lance à Alger un Appel pour une trêve civile en Algérie. Alors que déjà une guerre multiplie ses victimes, les participants signent en nombre une motion visant à obtenir un engagement conjoint de chacune des forces en présence :

 « Nous demandons qu’en dehors de toute position politique et sans que cela entraîne aucune interprétation de la situation actuelle, dans un sens comme dans l’autre, un engagement soit pris pour assurer la protection de civils innocents. »

 

La réunion, tenue sous la menace d’une contre-manifestation des ultras de l’« Algérie française », fut un dernier moment de fraternisation franco-algérienne avant que la « journée des tomates » puis le vote des « pouvoirs spéciaux » ouvrent la voie, pour plusieurs années, à la surenchère des violences… L’échec immédiat de cette initiative de la dernière chance a souvent conduit à ne plus y voir qu’un témoignage purement moral qu’auraient condamné d’avance une origine parisienne, son caractère individuel et l’absence de prise de position sur le fond de la question algérienne. Aussi, comme y invite la publication récente du récit inédit de Charles Poncet, l’un des membres européens du comité d’initiative[1], il est utile de rappeler que :

L’Appel est à resituer dans ce bref moment politique du début de l’année 1956 où la victoire électorale en France d’un Front républicain constitué à l’initiative de Mendès France, les évolutions restant en cours au sein des forces algériennes de libération nationale et la situation internationale (dégel en URSS, révolution nassérienne, marche vers l’indépendance de la Tunisie et du Maroc…) pouvaient encore susciter l’espoir d’une solution négociée en Algérie ;

* À travers son comité d’initiative, l’Appel a été porté, collectivement et à Alger même, par ce que la minorité européenne libérale, avec Jean de Maisonseul, Louis Miquel, Pierre-André Émery, Roland Simounet, Louis Bénisti, Évelyne et René Sintès, Emmanuel Roblès, Henri Cordreaux, comportait de meilleur au plan intellectuel et artistique. L’appel était par ailleurs publiquement soutenu par des religieux comme le père Cuoq et le pasteur Capieu.

* Avec Amar Ouzegane, Mohamed Lebjaoui, Maître  Aderrezak Chentouf, Boualem Moussaoui, Mouloud Amrane et le Docteur Abdelaziz Khaldi, sa préparation a été  partagée, à parité au moins, par des acteurs algériens, dont la plupart étaient déjà personnellement engagés, derrière Abane Ramdane, dans la préparation de ce qui deviendra pour le FLN la plate-forme de la Soummam (août 1956). La protection de la salle a été organisée par Arezki Bouzerina, dit Hedidouche, en liaison avec Omar Aïchoune et Mohamed Abdenour.

* La réunion s’est en outre tenue en présence de personnalités comme Ferhat Abbas et le cheikh Tayeb El-Okbi et elle a mobilisé de nombreux jeunes Européens sympathisants de l’aspiration nationale algérienne ou favorables à l’ouverture de négociations ;

* Enfin, si les défenseurs de l’Appel avançaient un objectif minimal de refus des victimes civiles sans demander aux deux belligérants d’abdiquer a priori leurs objectifs respectifs, ils visaient bien à créer, avant qu’il ne soit trop tard, les conditions d’une discussion loyale autour de l’avenir de l’Algérie ; d’autres discrètes tentatives comparables seront d’ailleurs conduites par la suite, notamment de la part de Germaine Tillion en liaison avec Yacef Saadi.


 

L’Appel pour une Trêve civile
Acteurs, contexte et prolongements d’une initiative franco-algérienne

 Sommaire

 Accueil
par le père Guillaume Michel, directeur du Centre d’études diocésain des Glycines

Introduction
par Farid Yaker, président du Forum France Algérie

*

Le « moment janvier 1956 », en France, en Algérie et dans le monde
(
Christian Phéline)

Le Nadi Etarraki ou Cercle du Progrès à Alger : origine, activités, rôle dans l’affirmation d’une identité algérienne (1927-1962)
(Nacim El Okbi)

Le comité d’initiative pour la Trêve civile :  membres algériens et membres français
(Agnès Spiquel)

Des idées libérales aux tentatives intégrationnistes (1956-1958)
(Todd Shepard)

De la Trêve civile au combat des Libéraux : L’Espoir-Algérie (1956-1960)
(
Barkahoum Ferhati)

 Le lait et le miel. Récit d’un participant aux réunions de 1956 et de 2016
Georges Timsit

Les lieux d’une initiative franco-algérienne
Notice de Christian Phéline sur une carte établie par Bernard Mahaséla

 *

Nacim El Okbi poursuit des recherches sur le Cercle du Progrès et le cheikh Tayeb El-Okbi, dont il est le petit-fils.

Barkahoum Ferhati, historienne et anthropologue, auteur de nombreuses publications notamment sur le rôle des femmes, est  directrice de recherche au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPA, Alger) et chercheure associée au Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen à l’EHESS (Paris).

Todd Shepard, historien, professeur associé à la John Hopkins University à Baltimore, étudie notamment l’interaction entre histoire de la colonisation et de la décolonisation, celle des nations colonisatrices et les relations interraciales ; il a publié 1962. Comment l’Algérie a transformé la France.

Christian Phéline, auteur de plusieurs études de micro-histoire de l’Algérie coloniale Les Insurgés de l’an 1, Margeritte (Aïn-Torki) 26 avril 1901 ; Un Guadeloupéen à Alger, Me Maurice l’Admiral (1864-1955).

Agnès Spiquel, professeur de littérature à l’université de Valenciennes, a préparé avec Christian Phéline l’édition du récit de Charles Poncet, Camus et l’impossible trêve civile.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *