Ma rencontre avec Mohand Tazerout : Itinéraire d’un intellectuel algérien

Conférence donnée aux Glycines le mardi 1 décembre 2015

Par Jacques Fournier, Ecrivain

Je suis heureux de me retrouver dans ce centre de rencontres des glycines, dont on m’a dit beaucoup de bien, en cette ville d’Alger, qui m’est chère, pour y parler d’un homme, Mohand Tazerout, dont j’ai été très proche.

Je voudrais d’abord vous dire, en introduction, ce qui m’autorise à évoquer sa mémoire.

J’évoquerai ensuite les trois périodes de sa vie :

  • 1893-1919, les années de formation, avec leurs certitudes et leurs interrogations ;
  • 1919-1949, les années de l’intégration, familiale et professionnelle, dans la société française ;
  • 1949-1973, les années du retour aux sources, celles de son engagement progressif dans le conflit algérien et de sa retraite à Tanger.

Ce qui me permet de parler de lui, ce sont d’une part des souvenirs personnels, d’autre part les recherches auxquelles je me suis livré.

Souvenirs

J’ai décrit mon parcours personnel dans mon livre, « L’algérie retrouvée 1929-2014 », paru en 2014 aux éditions Bouchène à Paris et en 2015 aux éditions Media-plus à Constantine.

Je suis issu d’une famille pied-noir. Du côté maternel ce sont des colons venus d’Allemagne dans les années 1850. Du côté paternel, des médecins installés depuis les années 1880. Les uns et les autres sont dans le constantinois.

J’ai passé toute mon enfance en Algérie, dans le village de Sidi Ali, alors dénommé Cassaigne, dans le Dahra, où mon père exerçait sa profession de médecin de colonisation. J’ai fait mes études primaires en ce village, mes études secondaires et une année d’université à Oran et à Alger.

Mais, contrairement à la plupart des jeunes français d’Algérie de ma génération, je suis reparti pour la métropole, où mon père avait décidé de prendre sa retraite et où j’allais poursuivre mes études de droit et de sciences politiques, dés 1947.

Mon itinéraire personnel me ramenait donc en France, apparemment sans esprit de retour, car je ne m’étais pas vraiment senti à l’aise dans la situation coloniale.

C’est alors que l’Algérie est venue en quelque sorte me rattraper. Dans la file d’attente du secrétariat de sciences po à Paris je rencontre une jeune femme qui va devenir mon épouse et la mère de mes enfants. Il se se trouve qu’elle s’appelle Jacqueline Tazerout et qu’elle est la fille de Mohand Tazerout.

A partir de ce moment, et jusqu’à son décés en 1973, mon histoire et celle de Mohand Tazerout seront étroitement imbriquées. Nous nous voyons souvent, car il garde d’excellentes relations avec sa fille et il aime beaucoup ses petits enfants. Nous discutons de beaucoup de choses et notamment de ce qui se passe en Algérie. Il nous dédicace ses livres. Nous nous portons une affection et une estime réciproques.

Recherches

C’est avec plaisir que j’ai pu constater, à l’occasion des séjours fréquents que je fais à nouveau en Algérie depuis une quinzaine d’années, que l’itinéraire de Mohand Tazerout suscite désormais un grand intérêt dans votre pays. Professeurs et chercheurs sont nombreux à évoquer son parcours et ses écrits. L’un de ses livres est réédité ( Histoire politique de l’Afrique du nord aux éditions Alem el Afkar en 2012). Une manifestation est organisée en son honneur en 2015 à la bibliothèque nationale d’Alger.

Tous ceci va me pousser à entreprendre moi aussi des recherches. Je lis tout ce qui a paru sur lui. Je consulte les livres et inventorie les papiers qu’il a laissés. Je me rend aux archives de Nanterre pour y retrouver une lettre manuscrite dont je parlerai tout à l’heure. Cela me met en mesure de lui consacrer un chapitre entier de mon livre (chapitre III, Alliance kabyle). On y trouvera, en note de la page 48, la liste des sources que j’ai consultées pour le rédiger.

I – Le temps de la formation 1893-1919

Il existe pour cette période des certitudes et des interrogations.

Les certitudes

Il n’y a aucun doute sur le parcours de Mohand Tazerout jusqu’en 1913.

Il nait en 1893, au village des Aghribs, près d’Azazga, en Kabylie. Il reçoit, de son père ou de son oncle, une formation coranique. Dans le même temps il fait des études primaires avec un couple d’instituteurs français, Adrien et Antoinette Janin, dont il nous parlait souvent et avec lesquels il est resté toujours lié. L’un de ses livres sera dédicacé à leur fils, Henri, « mort pour la France ».

Mohand Tazerout fait ensuite des études primaires supérieures à Alger. Il passe son brevet élémentaire en juin 1912. Il passe un an à l’école normale supérieure de garçons de la Bouzaréha et il est nommé en mai 1913 instituteur adjoint à Theniet el Haad. Il y termine l’année scolaire mais il ne reparait pas à la rentrée. Aurait-il été en conflit avec son directeur ? Ce n’est pas impossible.

Les interrogations

C’est à partir de là que l’on trouve les interrogations et que s’opposent la légende et la réalité.

La légende, reprise par beaucoup de commentateurs et toujours vivace – on la trouve encore rapportée dans les articles de presse annonçant ma conférence de ce jour – est celle d’un voyage autour du monde qui aurait conduit Mohand Tazerout en Egypte, où il aurait suivi les cours de l’université el Azhar, puis en Iran, en Russie et en Chine où il aurait trouvé le temps d’apprendre le perse, le russe et le mandarin. Il ne serait revenu en Europe, en Belgique, qu’en 1917, pour y participer à la guerre de 14. C’est ce récit que l’on trouve encore aujourd’hui sur le net, en consultant l’encyclopédie wikipedia.

La réalité est différente, car ce récit ne résiste malheureusement pas à l’examen des faits.

Je me réfère ici à l’étude extrêmement fouillée de Mme Nedjma Abdelfettah Lalmi, publiée sous le titre « Mohand Tazerout ou l’impossibilité d’une voie tierce » qui a paru dans un ouvrage collectif « Savoirs d’Allemagne en Afrique du nord XVIII – XXème siècle » publié en 2012 aux éditions Bouchène. Mme Lalmi est allée aux sources, elle a consulté les archives, les faits qu’elle expose sont avérés.

Sa recherche montre qu’il y a effectivement un trou, dans l’histoire connue de Mohand Tazerout, entre l’été 2013 et le début de l’année 2014. Mais l’on retrouve bientôt ses traces puisqu’il s’engage en janvier 1914, à Blida, dans le 1er régiment de tirailleurs algériens, avant de participer, dés son début, à la guerre de 14.

Que s’est-il passé durant ces quelques mois?

Il est fort possible qu’il ait fait alors un voyage à l’étranger, peut-être en Egypte. Il nous racontait effectivement avoir parcouru le monde en qualité de secrétaire d’un personnage important. S’agissait-il de l’ethnologue allemand Léo Frobenius ? C’est l’hypothèse formulée par Alain Messaoudi qui a finalisé l’article de Mme Lalmi. Rien à ma connaissance ne permet de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que, quels que fussent ses dons, ce jeune algérien de vingt ans, qui n’avait pas encore entamé ses études supérieures, n’a pas pu, en ce court laps de temps, aller dans trois pays lointains, assimiler leurs civilisations et apprendre leurs langues.

Les faits relevés par Mme Lalmi nous révèlent un parcours fort différent de celui du globe trotter qui ne serait revenu en Europe qu’en 1917. Mohand Tazerout acquiert le statut de citoyen français par un Décret de naturalisation du 1er juin 1914, publié au Bulletin officiel du gouvernement général de l’Algérie p 1570. Il participe, dés son début, à la guerre de 14. Il est gravement blessé, au bout d’un mois, à Charleroi. Il est fait prisonnier et sera en captivité, d’abord en Allemagne, puis en Suisse, avant d’être libéré et affecté au Maroc jusqu’à la fin du premier conflit mondial.

Comment à pu naître la légende ? Je pense qu’elle trouve sa source dans l’article de Rachid Ben Aissa annonçant son décès qui a paru dans le journal El Moujahid du 23 novembre 1973. Ben Aissa avait rencontré Tazerout à Tanger peu avant son décès. Il n’est pas impossible que, du récit de mon beau père, à qui il arrivait d’enjoliver ses faits et gestes, il ait pu tirer cette version quelque peu mythique qui a été reprise par la suite dans divers ouvrages mais qui, rétrospectivement, ne résiste pas à l’examen.

Plus vraisemblable me paraît être, concernant cette période, un autre épisode, évoqué dans l’article de Mme Lalmi. C’est celui du différend qui aurait opposé Mohand Tazerout à sa famille restée en Kabylie, celle-ci lui reprochant l’abandon  de son statut personnel et le choix qu’il a alors fait de l’assimilation à la culture du colonisateur. Un poème resté oral garderait la trace de ce conflit.

Nous approchons de la fin de la guerre. Mohand Tazerout est entré en contact avec sa marraine de guerre, Angèle Foucher, institutrice vendéenne. A la faveur d’une permission, il se marie avec elle, à La Roche sur Yon, le 3 octobre 1917. Il sera démobilisé en août 1919. Commence alors une nouvelle étape de son existence.

II – Le temps de l’intégration dans la société française 1919-1949

Je n’ai pas connu directement cette période de la vie de Mohand Tazerout. Mais j’en ai souvent entendu parler puiqu’elle a été vécue par mon épouse. J’évoquerai successivement sa vie familiale, sa vie professionnelle et sa production intellectuelle.

Vie familiale

Le couple Tazerout-Foucher constitué en 1917 va se maintenir jusqu’au décès brutal (par leucémie) d’Angèle Foucher en 1949, le jour même où il était prévu que je fasse sa connaissance.Ils ont eu trois enfants, tous décédés aujourd’hui :

  • Germaine, Elisabeth, née en 1920, qui sera professeur d’éducation physique puis enseignante de la danse ;
  • Henri, né en 1925, qui, sorti de l’école polytechnique, sera ingénieur des télécommunications ;
  • Jacqueline, mon épouse, née en 1928, qui sera psychologue.

Les deux époux ont une activité professionnelle, Mohand comme professeur dans le secondaire, Angèle comme institutrice puis directrice d’école. Une servante vendéenne, Henriette, « Yéyette » pour les enfants, tient la maison et sera considérée comme membre de la famille.

Lorsque j’ai connu Mohand Tazerout il résidait dans un pavillon dont il était propriétaire à Villemomble, dans la banlieue est de Paris, juste en face de l’église où je me suis marié un peu plus tard avec Jacqueline.

Mon beau père, tel que je l’ai connu, avait une forte personnalité. Pendant la guerre, quand les bombardements alliés obligeaient tout un chacun à descendre à la cave, il préfèrait monter sur la terrasse pour observer la bataille aérienne. Il incarnait l’autorité au sein de la famille et, lorsqu’il arrivait qu’elle soit tenue en échec, il pouvait rester plusieurs semaines sans prononcer une parole.

Je reproduis ci-dessous deux photos.

La première a été prise dans les premiers temps de son mariage. Il est entouré de son épouse et de sa belle sœur et il tient sur ses genoux sa fille ainée, Elisabeth.

La seconde est celle de mon mariage. On y voit autour de lui, sur la partie droite de la photo, ses trois enfants et sa seconde épouse.

Doc1

Doc1-2

Vie professionnelle

Mohand Tazerout s’oriente après la guerre vers l’enseignement de la langue allemande, qu’il a sans doute apprise durant sa captivité. Il passe son baccalauréat, option philosophie, et poursuit ses études supérieures jusqu’à l’agrégation, dont il passe l’écrit. Il fait des stages en Allemagne et va rapidement s’imposer comme un germaniste reconnu.

Le couple va connaître des affectations successives, lui au lycée, elle à l’école élémentaire, d’abord dans l’ouest de la France (successivement, Angoulême, La Rochelle et Nantes) puis, à partir de 1936, dans la région parisienne, où il enseignera d’abord au lycée Chaptal à Paris puis dans l’annexe du lycée Charlemagne située au Raincy, juste à côté de Villemomble.

Les rapports d’inspection montrent qu’il est bien noté.. Sa classe est vivante et intéressante. Il s’impose à ses élèves. « Il exige et obtient ». Le souvenir que je garde de lui est effectivement celui d’un pédagogue respecté, un brin autoritaire.

Production intellectuelle

La production intellectuelle de Mohand Tazerout sera dés cette époque considérable. C’est la partie de son œuvre, celle du germaniste, qui est la moins connue en Algérie. Elle est présentée d’une façon très complète dans l’étude de Mme Lalmi.

Il faut citer en premier lieu l’énorme travail qu’a représenté la traduction de l’ouvrage monumental de l’historien et philosophe allemand Oswald Spengler, « Le déclin de l’occident » : cinq épais volumes de quelques 300 pages chacun. Elle paraît en 1931 à la NRF, chez Gallimard. C’est la seule traduction en français à ce jour. Elle a été rééditée en 1948. Une autre traduction viendra plus tard, celle du livre de Brockelmann, « Histoire des peuples et des Etats islamiques : depuis les origines jusqu’à nos jours » Paris Payot 1949.

En second lieu Mohand Tazerout collabore régulièrement, depuis 1926, à la « Revue internationale de sociologie ». Mme Lalmi a recensé 8 articles, 8 notes et 80 comptes rendus signés par lui au cours de cette période, sur des sujets historiques et sociaux. Mohand Tazerout y fait connaître les travaux de la sociologie allemande, il commente, il polémique, par exemple avec Raymond Aron.

Enfin Mohand Tazerout écrit un ouvrage important sur « les éducateurs sociaux de l’Allemagne moderne » dont le premier volume sera publié chez Sorlot en 1943 et les deux suivants aux nouvelles éditions latines en 1946. C’est à propos de cet ouvrage que se produit un incident à la libération : Sorlot est accusé d’avoir publié des livres favorables à la collaboration, dans la liste desquels on fait figurer l’œuvre de Tazerout. Celui-ci proteste et obtient qu’on retire son livre de la liste. J’ai retrouvé dans ses papiers le témoignage, signé par une vingtaine de ses collègues du Front national universitaire, qui atteste de son comportement exemplaire sous l’occupation.

Doc1-3

III – Les années du retour aux sources 1949-1973

C’est la période au cours de laquelle j’ai personnellement connu Mohand Tazerout.

Un changement s’est produit dans sa vie familiale. Son épouse est décédée. Il va se remarier avec Marie Henriette Richard qui l’accompagnera jusqu’à son décès.

Ses enfants ont quitté le domicile familial. Il n’est plus en relation avec son fils Henri. Sa fille ainée Elisabeth est en poste à l’étranger. Il garde en revanche une relation suivie avec Jacqueline et moi, qui serons les seuls à lui avoir donné des petits enfants.

C’est aussi la période où ayant pris sa retraite il peut se consacrer entièrement à ses écrits.

Je le vois toujours comme une sorte de bénédictin, le plus souvent avec ses livres dans son cabinet de travail au haut de l’étroit escalier qui mène au 1er étage du pavillon de Villemomble. J’ai conservé et j’utilise toujours son bureau et ses rayonnages.

Au congrès des civilisés

Mohand Tazerout va se lancer pendant cette période dans une entreprise monumentale, une histoire des civilisations, intitulée « Au congrès des civilisés » qu’il publie de 1955 à 1959 chez Subervie, un ami éditeur du sud ouest qui édite à cette époque des livres engagés sur la guerre d’Algérie. La présentation de l’ouvrage est inspirée de Spengler. Tazerout y développe, comme il le faisait déjà dans sa préface au « déclin de l’occident », une conception de l’histoire vue non comme une simple succession d’évènements qui s’enchainent les uns aux autres mais comme juxtaposition de civilisations distinctes entre lesquelles un dialogue peut s’instaurer.

On voit ainsi, au congrès des civilisés, intervenir successivement le mandarin chinois, le pandit hindou,l’éphèbe grec, le clergyman et pour finir le camarade communiste, chacun décrivant son univers, de la méétaphysique intellectuelle d’extrême orient au capitalisme mondial et au communisme soviétique, en passant par la foi religieuse du proche orient et la philosophie amoureuse de l’antiquité, le tout débouchant sur la conclusion d’un accord de coexistence pacifique.

L’ouvrage est publié à compte d’auteur, sur la base d’une souscription. Je découvre, glissé dans le dernier volume, un appel émouvant à la critique et à l’aide des souscripteurs qui l’ont soutenu dans cette entreprise.

Doc1-4

La remontée vers les origines

C’est à ce moment là, et à ce moment seulement, dans la décennie 50, alors que se déclenche la guerre d’Algérie, que Mohand Tazerout va progressivement se tourner vers ses origines.

Il fait un voyage en Algérie en 1954. C’est l’occasion de prendre ou reprendre certains contacts, qui ont été évoqués lors de la rencontre du printemps dernier à la bibliothèque nationale. Il se lie en particulier avec la famille Aberkane, que fréquentera à Alger quelques années plus tard sa fille Elisabeth alors affectée dans un établissement de cette ville et dont il recevra souvent à Villemomble le fils Hassen, qui sera par la suite mon collègue au Conseil d’Etat.

Mohand Tazerout va prendre alors un parti de plus en plus affirmé en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Son évolution est pour moi comparable à celle d’un homme comme Ferhat Abbbas et d’autres intellectuels algériens, qui ont cru à l’intégration, en ont constaté l’irréalisabilité, et, qui, à partir de là, vont se réclamer progressivement de l’identité algérienne et soutenir la lutte armée conduisant à l’indépendance.

Cette évolution apparaît clairement à travers la comparaison que l’on peut faire entre les deux documents que j’ai reproduits en annexe au chapitre III de mon livre.

Le premier est la lettre qu’il a écrite au général Tubert en 1945. Tubert était député à l’assemblée consultative alors installée à Alger. Proche du parti communiste il avait été chargé d’un rapport sur les émeutes du 8 mai 1945 et la répression qui a suivi. Dans ce rapport publié sous le titre « L’algérie vivra française et heureuse » il reproduit de très larges extraits de la lettre que lui a alors adressée Mohand Tazerout. J’ai retrouvé aux archives de Nanterre le texte manuscrit complet de cette lettre, dans laquelle il prend encore position très clairement en faveur d’une politique d’assimilation. Tous français, avec les mêmes droits, telle est alors sa position de principe.

Quinze ans plus tard, dans le prologue reproduit plus loin du livre qu’il publie sous le pseudonyme de Moutawakkil, la tonalité sera très différente : c’est, sous la forme d’un petit poème à la versification simple mais efficace, un appel émouvant au peuple algérien qu’il appelle à prendre en main son destin.

Entre temps Mohand Tazerout n’a pas pu ne pas voir la persistance du régime colonial et des répressions qu’il entraine, l’insuffisance du statut de 1947 et le trucage systématique des élections qui a été alors pratiqué. La guerre de libération a été déclenchée, et, même si l’on n’en pressent pas aussitôt l’ampleur et les perspectives, elle introduit un élément fondamentalement nouveau dans le processus de décolonisation. Mohand Tazerout a une réaction comparable à celle des 61 élus du second collège qui démandent, le 26 septembre 1955, la reconnaissance de l’identité nationale algérienne.

Il va publier, à partir de ce moment là, une série d’ouvrages qui sont de facture nouvelle dans son œuvre : textes plus courts, plus incisifs, plus engagés. Ce seront successivement :

  • 1959, Essai génétique sur la race, les peuples, les nations, la démocratie ;
  • 1960, Les problèmes de la coexistence pacifique ;
  • 1961, Histoire politique de l’Afrique du nord, récemment rééditée en Algérie avec une introduction de Sadek Sellam ;
  • 1963, Manifeste contre le racisme.

Tous ces livres sont signés. Ce ne sera pas le cas de « L’Algérie de demain » publié en 1960 sous le pseudonyme de Moutawakkil aux éditions Regain à Monte Carlo. Son attribution à Mohand Tazerout, qui me l’a remis en mains propres, ne fait aucun doute. J’étais une des rares personnes à en détenir un exemplaire et il va très prochainement être réédité à Paris, aux éditions Riveneuve, avec la courte préface qui m’a été demandée et une introduction de Sadek Sellam.

On trouvera dans ce livre, sur le nouveau rapport de force qui doit s’établir entre les deux éléments de la population, sur l’éducation nationale des algériens, sur l’état politique égalitaire, l’économie sociale de coopération, le droit politique des partis nationaux, la démocratie internationale, la vision que pouvait avoir alors un homme revenu à ses origines et qu’exprime avec beaucoup de fraicheur le poème qui figure en prologue.

(FATIHAT)

Algérien,
Qui n’es rien,
Tu n’es pas un vaurien,
Je veux que tu sois demain
Le maître et non le vilain
De ton corps, de ta main,
De ton esprit altier,
De ton âme en entier,
Si tu sais défier
Les tortures des juges,
Les pièges des transfuges,
Les ruses sataniques de Gallus,
Les fraternisations de Massus.
Ils ne peuvent rien contre toi,
Ne peuvent rien contre la loi
Du peuple fier qui seul est roi,
Peuple oranais, peuple algérois,
Et peuple du constantinois.

 Amen !

Les dernières années

J’en arrive ainsi à la dernière période de la vie de Mohand Tazerout.

L’Algérie est devenue indépendante. Il n’y retournera pas. Pour quelles raisons ? Attendait-il qu’on l’y appelle ? Cela reste pour moi un grand sujet d’interrogation.

Je suis à ce moment là conseiller juridique à l’ambassade de France au Maroc. Il vient nous voir, avec son épouse, au cours de l’été 1962 ou 1963. Il est heureux de retrouver sa fille et ses petits enfants . Nous lui faisons parcourir le pays. Entre autres lieux, nous passons par Tanger .

Est-ce à ce moment qu’il décide de venir y prendre sa retraite ? Ce n’est pas impossible. De fait, revenu à Paris, il va bientôt liquider ses affaires et il vient, à la fin des années 70, s’installer à Tanger. Il a choisi de vivre dans un hôtel où il a ses habitudes. C’est là que nous le verrons pour la dernière fois, à l’occasion d’un voyage que nous faisons au Maroc, au cours de l’été 1971. C’est là qu’il décèdera, deux ans plus tard, en 1973.

Mohand Tazerout laisse derrière lui une dernière œuvre : il s’agit d’une traduction du Coran en français, restée manuscrite. Jacqueline et moi nous ne savons qu’en faire. Nous décidons d’en faire don à son pays.

Il se trouve qu’au cours de l’été 1975, profitant d’une période de rémission dans le mal qui va emporter Jacqueline trois ans plus tard, nous faisons un voyage en Algérie. Je fais découvrir à Jacqueline le pays de son père, que nous avions traversé une première fois en 1964, et qu’elle va pouvoir mieux connaître.

Nous rencontrons à Alger une personne qui avait été en relation avec Mohand et qui travaille au cabinet du ministre de la culture. Il nous reçoit dans son appartement de la rue Didouche Mourad. Nous lui remettons le manuscrit, sans malheureusement avoir l’idée de garder la trace de cette transmission.

Le temps a passé. L’état de santé de Jacqueline s’est détérioré jusqu’à son décès en 1978. J’ai eu d’autres soucis que celui de retrouver la trace de ce manuscrit. Je suis incapable d’indiquer aujourd’hui le nom de la personne à qui il a été remis, non plus que le lieu où il se trouve.

La dernière œuvre de Mohand Tazerout est ainsi revenue dans son pays mais il reste, si elle existe encore, à la localiser.

C’est une nouvelle interrogation qui s’ajoute à toutes celles que j’ai évoquées

J’ai été heureux de pouvoir apporter aujourd’hui ma contribution à ce travail de mémorisation et je vous remercie de votre attention.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *