La fin du cycle des Etats-nations, conséquences pour le Maghreb et l’Europe

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 1er juin 2015

Jean Dufourcq, Institut de stratégie comparée – Paris

Nous vivons des temps sans ressemblance stratégique. Depuis la fin de la guerre froide, il y a 25 ans, l’ancien ordre du monde se déconstruit et ce phénomène semble s’emballer. Les puissances anciennes se relativisent et peinent à maintenir les règles du jeu international établies à la fin de la Seconde guerre mondiale ; des puissances nouvelles réclament une plus grande part de la gouvernance mondiale.

Le phénomène de globalisation a facilité l’apparition de nouveaux acteurs, médias, marchés et criminalité organisée qui contestent aux Etats la conduite des affaires nationales et régionales et leur imposent peu à peu leurs règles. Un nouvel âge historique se dessine qui se stabilisera dans une à deux décennies et qui invite les Etats à mieux définir leurs intérêts communs pour consolider leur existence menacée et tirer bénéfice de la nouvelle situation qui se profile. Maghreb et la l’Europe qui partagent une histoire commune, que la géographie humaine, physique et économique rapproche sont bien placées pour valoriser leurs atouts communs et complémentaires, anticiper le reclassement en cours et répondre aux aspirations de peuples en demande de stabilité et de prospérité.

Ancien élève du Prytanée militaire et de l’Ecole navale (EN 69), contre amiral (2ème S), Jean Dufourcq est chercheur associé à l’Ecole militaire, (Institut de stratégie comparée et RDN, Paris). Il anime depuis fin 2014 la lettre bimensuelle d’analyse stratégique, La Vigie (www.lettrevigie.com).

Auditeur du Centre des Hautes Etudes Militaires et de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, il a été conseiller auprès des Ministères français de la Défense et des Affaires Etrangères. Il a dirigé la recherche académique du collège de défense de l’OTAN à Rome, été directeur d’études à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire et rédacteur en chef de la Revue Défense nationale ; il a été également enseignant vacataire à Paris II, Paris XI, Bordeaux IV.

Docteur en science politiques, analyste en relations internationales et stratégiste, membre honoraire de l’Académie de marine et de l’académie royale de défense suédoise, il prend part aux débats de sécurité par ses publications académiques et les séminaires qu’il tient dans ces disciplines.

Parmi ses dernières publications : « Le débat stratégique» revue La Baille, janvier 2015 ; « L’Europe stratégique au défi de l’Asie » Site de l’Université Paris Dauphine, avril 2014 ; « L’ordre nucléaire a canalisé les tensions » Revue Réforme n°3553, mars 2014 ; « La sécurité des Etats à façade sahélienne », RDN Tribune 482, février 2014.

Illustration : Alfred Manessier, Soir d’été dans la baie de Somme, huile sur toile, 1947. Collection privée.

________________________________________

Plan de la communication

Introduction : Des temps sans ressemblance

  • Les 3 défis du début du XXIe siècle : la révolution démographique, l’exigence écologique, la financiarisation des marchés globalisés
  • Les 4 inconnues structurantes : surchauffe de puissance américaine, surchauffe institutionnelle européenne, surchauffe de développement chinoise, surchauffe démographique africaine.
  • L’Etat soumis à une oscillation stratégique qui l’affaiblit voire le disqualifie.

Que nous apprend l’histoire ?

  • Les cycles historiques : de l’ordre de Westphalie à l’ordre de Yalta
  • La déconstruction actuelle depuis la fin de la guerre froide
  • Valeur et durée des intermèdes historiques ; l’actuelle transition de l’organisation du monde

Que nous apprennent la géopolitique et la géo économie ?

  • Les continuités géoculturelles, les proximités marchandes : le rugueux
  • Les transversales de la globalisation et les solidarités distantes : le fluide
  • La faillite ou l’impuissance relative des Etats

Esquisse d’un nouvel âge historique

  • Fin de l’unicité du système du monde et péremption des modèles étatiques
  • Des coexistences coopératives et des compétitions conflictuelles
  • Nouveaux acteurs, nouvelles combinaisons de pouvoir

Conclusion : La solidarité des intérêts communs régionaux, Europe, Méditerranée, Maghreb.

Une responsabilité euromaghrébine : la Méditerranée occidentale, laboratoire coopératif de la mondialisation.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.