Les associations d’aide sociale en Algérie et en France pendant la décolonisation : une analyse genrée

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 8 janvier 2015

Elise Franklin, Boston College – Etats-Unis


Cette communication traite l’histoire de la décolonisation du point de vue d’une histoire sociale et d’une histoire du genre. Si l’on aborde la décolonisation comme un processus plutôt qu’un évènement dont la temporalité déborde la séquence historique 1954-1962, comment cette approche modifie-t-elle le récit produit par les historiens ? Telle est la question qui sous-tend ma recherche. Je l’aborde par le prisme des associations d’aide sociales.

Qu’est-il advenu des gens qui n’étaient ni fonctionnaires ni administrateurs coloniaux, mais membres de la vie associative engagés dans les associations d’aide sociale ? J’étudie le devenir des associations d’aide sociale depuis 1954, début de la guerre de libération, jusqu’en 1979, sur une période que j’appelle « la longue période de la décolonisation ». L’étude de la vie associative est essentielle pour une compréhension nuancée du phénomène de la décolonisation que les historiens ont souvent interprété dans une perspective trop exclusivement politique et juridique. Les historiographies algériennes, américaines et françaises ne peuvent éluder la dimension sociale, culturelle et politique de la transition du colonial au postcolonial. Mon propos vise à comprendre la manière dont les discours et les pratiques relatifs à l’aide sociale ont « fait le pont » entre l’Algérie et la France et également entre l’empire colonial et la métropole postcoloniale.
Mon analyse est une analyse « genrée ». Je considère en effet que cette approche éclaire l’étude de la vie associative et son rôle dans le processus de décolonisation. L’étude du genre insiste sur la mutabilité des rapports entre les deux sexes et considère que la construction culturelle des discours au sujet du sexe repose sur le contexte historique plutôt que sur la biologie. J’examine la famille algérienne – mère, père et enfants, sous l’angle du genre pour expliciter la continuité des motivations et des actions des associations. Les assistantes sociales, les travailleuses familiales et les monitrices d’aide sociale ont toutes travaillé ensemble pour créer un système éducatif pour les femmes, incluant les cours de français, de cuisine et d’hygiène. Ce système qui avait pour objectif l’« émancipation » de la femme algérienne au moment où il est créé pendant la période coloniale, ne s’est pas arrêté avec la fin de l’empire colonial et l’avènement de l’indépendance de l’Algérie.
Les actions et les discours employés par les membres des associations nous montrent deux choses importantes qu’il faut souligner ici. Tout d’abord, l’on perçoit comment le dispositif colonial qui a soutenu les associations d’aide sociale avant 62 n’a pas disparu après la signature des Accords d’Evian. Le travail des associations d’aide sociale n’a pas changé immédiatement ; au contraire leur action et leur discours nous révèlent que les acteurs ont utilisé les mêmes méthodes auprès des familles algériennes avant et après l’indépendance. Ensuite, du point de vue du genre, il apparait clairement que les associations d’aide sociale n’ont pas cessé de fournir de l’aide après l’indépendance de l’Algérie, et cela selon le modèle qu’elles avaient développé pendant la guerre de libération. Il se peut donc que l’indépendance n’ait pas conduit à une refondation de la relation entre la France et l’Algérie, mais plutôt à la continuité d’un mode de penser hérité du modèle colonial sans les colonies. Nous constatons que les idées en vigueur au sujet du genre ont déterminé les interventions des associations auprès des femmes algériennes et ont justifié leurs attitudes. Ainsi, l’analyse par le genre permet de mettre en relief les continuités entre les deux périodes.

En dépit de la continuité des services sociaux et des cours dispensés, la décolonisation constitue une rupture politique : les Algériens sont désormais citoyens d’une Algérie indépendante et souveraine. Or comment se fait-il que le système d’aide sociale continue de fonctionner auprès des Algériens présents en France de la même manière qu’avant l’indépendance ? Pourquoi des subventions visant au maintien des services sociaux en Algérie sont-elles encore accordées ? Entre 1962 et 1979, des changements perceptibles se produisent dans le fonctionnement des associations, leurs objectifs et leurs actions. Sur la période 1962-1973, le taux important de migration entre l’Algérie et la France crée une demande élevée de l’aide sociale à la quelle répondent les associations. La récession due à la crise pétrolière de 1973 entraîne par la suite une diminution des subventions destinées aux associations d’aide sociales pour les immigrés. Cette tendance est concomitante avec la décision du Gouvernement algérien de limiter le flux migratoire vers la France. Les années soixante dix voient donc la fin de la grande époque de migration entre l’Algérie et la France, et par voie de conséquence le déclin de l’aide sociale associative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *