Les libéraux Européens d’Algérie, retour sur quelques témoignages

Lahcène Zeghdar, enseignant chercheur à la Faculté des sciences politiques, Université Alger 3.


Introduction :

La nature de la colonisation imposée à l’Algérie et la réaction du peuple algérien en 1954 ne semblent pas laisser place à une tendance de juste milieu après le déclenchement du processus de libération. Or, des femmes et des hommes se démarquent de leur communauté d’appartenance objective – ici la communauté européenne – pour affirmer des principes et accepter l’idée de l’indépendance de l’Algérie sans pour autant rejoindre le FLN1. Ils sont connus sous le nom de Libéraux européens d’Algérie.

Ils sont, longtemps, confinés dans une espèce de mutisme, alors que les deux blocs, naguère opposés, le FLN victorieux et le bloc des « Ultras » nourrissent une abondante littérature. Mais des travaux de recherche sont venus peu à peu éclairer le cheminement de ce mouvement. Beaucoup de questions se posent : Qui sont-ils ? Quelle forme prend leur organisation/ ou groupement dans le conflit et enfin quelles sont leurs prises de position ?

Cette contribution est consacrée à une autre lecture de cette période, qui n’est, outre mesure, pas contradictoire par rapport à ce qui a été avancé dans le passé, ou à ce qui a été abordé par des collègues chercheurs/ ou acteurs apportant leurs témoignages (rencontre nécessaire de points de vue propre à la transversalité), mais qui s’appuie particulièrement sur la perception qu’avaient les Libéraux européens d’Algérie de la guerre et de son évolution, et ce à travers certains témoignages qui ont marqué d’une manière particulière l’évolution du conflit, afin de cerner, dans la mesure du possible, le type de projet que leur situation objective leur permettait d’exprimer jusqu’à la fin du conflit.

  1. Le cadre historique :
    1. La colonie de peuplement et ses contradictions.

Le grand problème qui était celui de l’Algérie durant la période coloniale résidait en grande partie dans la densité de la population européenne. C’est toute l’ambiguïté de la position des Français d’Algérie. La démographie était en leur faveur tout au long du XIXe siècle. En face, celle de la population autochtone périclitait. Alors que la propriété foncière des gros colons s’étendait, celle des petits propriétaires en difficulté ou en faillite ne faisait que reculer jusqu’à la crise de 1929. La Seconde Guerre mondiale provoque un reflux de certaines activités industrielles vers l’Algérie, où l’arrivée d’intellectuels et d’industriels, dont les préoccupations différent de celles des colons, provoque des divergences de vues et d’intérêts (capitalisme agraire/capitalisme industriel). La domination du monde agraire fait apparaître ses limites face à une autre rationalité industrielle, qui ira crescendo dans la mesure où les colons n’hésitent pas à s’élever, après la fin de la guerre, contre l’envoi d’émigrés en France dans le cadre de la reconstruction.

Or, l’histoire coloniale a forgé chez la minorité européenne d’Algérie une codification de la réalité algérienne. La lecture de cette réalité se fait en fonction de ce code et toute lecture en dehors de ce code est considérée comme une incompréhension et condamne son auteur, sinon à une exclusion de la communauté, du moins à être marginalisé. C’est toute l’ambiguïté qui entoure ce qui semble être l’objectif des libéraux et qui consiste à déconstruire ce bloc colonial, non pas avec une stratégie précise (cela est l’apanage d’un mouvement historique global), mais avec toute une multitude de facettes qui vont des personnalités aux groupements/coalitions constitués au gré des événements. Comment rendre compte de cet ensemble hétéroclite avec toutes ses nuances.

    1. Les sensibilités intellectuelles.

Bien avant André Mandouze, des intellectuels comme Jean Melia et Albert Trephemus attirent par leurs écrits l’attention sur la situation faite aux musulmans. Mais la figure de proue demeure, sans conteste, le professeur André Mandouze, qui se fait connaître par ses écrits hostiles au système colonial dès juillet 1947. Dans un article publié dans la revue Esprit, sans oublier ce qui s’est passé à Sétif et Guelma, il affirme que « l’on sait bien par expérience que l’Algérie n’est pas la France2 ».

Lorsque débute la guerre, le professeur A. Mandouze est expulsé en France, où il continue de publier ses prises de position : il ira ainsi plus loin en affirmant « qu’il ne suffit pas de détruire les mythes, il faut encore leur substituer le contenu objectif de la réalité3 ». Expulsé d’Algérie, mais poursuivi et inculpé en France, en novembre 1956, il est emprisonné quelques semaines à la Santé, pour accusation de complot contre la sécurité de l’État. Ce à quoi il répond :

Ce que l’on appelle aujourd’hui complot ou trahison et qu’on impute à des libéraux et des progressistes s’appellera demain négociation. J’ai la naïveté de proclamer que la trahison est le fait de misérables qui tentent en vain de s’opposer à la solution de justice. J’accepte quant à moi d’être inculpé d’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure du colonialisme.

  1. Les Libéraux dans la guerre.
    1. La Fédération des Libéraux d’Algérie : organisation laïque d’inspiration chrétienne.

En fait, le terme libéral dans le contexte colonial de l’époque renferme des nuances et ambiguïtés et même parfois des tensions entre les diverses tendances des « libéraux », dont certains n’étaient libéraux ni en politique ni en économie. La création de la Fédération des Libéraux européens n’est pas sans lien avec l’équipe de « Consciences maghrébines », ancêtre de « Consciences algériennes » dans les années 1950 et qui regroupait nombre d’associations.

André Mandouze, dans un témoignage recueilli en 1980, lorsque je travaillais sur cette question, définit le libéral comme suit: « Est libéral l’homme qui a pris position avec les Algériens pour que le libéralisme ne soit pas un mot, mais pour que la liberté de l’Algérie soit une réalité ». Il se définit clairement comme un « chrétien qui agit », et pour lui la fédération des libéraux ne doit « pas oublier dans son action les préoccupations spirituelles ». Au moins la moitié des associations qui adhérent à la F.L.A. lui sont proches.

Cela n’est pas sans conséquence sur l’évolution de ce regroupement, dans la mesure où le mot libéral a été dès le début contesté par les communistes présents aux réunions. Leur opposition à ce qualificatif décida des Algériens, et il y en avait parmi eux (M. Kaddache et M. Ferraoun), à appuyer les Français désireux d’adopter l’étiquette « Fédération des libéraux ». Mahfoud Kaddache en particulier expliqua le mot libéral en rapprochant son sens du mot anticolonialiste et le déclara meilleur pour le contexte4.

Le débat ne s’arrête pas là, car les communistes ne s’avouent pas vaincus, ils proposent un titre pour le journal qui devait porter le nom de l’Espoir Algérie. Or le journal du Parti communiste au Maroc s’appelait ainsi. Et c’est par opposition qu’il portera le nom d’Espoir Algérie. C’est ce qui explique que l’administration ait cru au début avoir affaire à un journal communiste.

La Fédération des libéraux préconise la cohabitation entre les communautés, le moyen étant le dialogue. Le journal Espoir Algérie sert de catalyseur entre les différents groupements constituant la Fédération. Mais la politique de pacification conduit au durcissement des positions. Elle entraîne après la bataille d’Alger l’effritement du mouvement, avec l’interdiction des groupements libéraux, en Février 1955, et les conséquences relatives à l’arrestation de certains libéraux en Mars 1957.

    1. Le dialogue et ses implications : sensibiliser l’opinion publique.

Les prises de position des libéraux connaissent une gradation. Elles sont nuancées au point de paraître parfois contradictoires, car elles suivent en cela l’évolution de la politique officielle française qui oscille entre plusieurs solutions. Leur objectif est la cohabitation des deux « communautés » dans la paix. Le moyen préconisé pour y parvenir est exprimé dans la déclaration constitutive de la F.L.A. : « le dialogue ouvert avec les responsables des mouvements insurrectionnels et politiques algériens en vue d’un cessez-le-feu ». Le dialogue étant conditionné par l’existence d’une presse libre, son inexistence en Algérie prouve l’absence de liberté. Or la violence est née de cette absence de liberté.

Ce sont les premiers numéros du journal libéral Espoir Algérie, qui donnent une connotation plus précise à la notion de dialogue utilisée par les libéraux, lesquels prennent clairement position pour la négociation. Les libéraux considèrent que l’information constitue l’axe central de toute action dans le conflit, car il s’agit de rétablir avant tout la confiance entre les populations.

C’est au nom de l’attachement au principe de la négociation que les libéraux s’opposent tour à tour à toutes les actions du gouvernement français et du ministre résident Robert Lacoste : contre la pacification, contre l’expédition de Suez, contre l’arraisonnement de l’avion transportant les chefs du F.L.N, contre la torture. Ainsi les libéraux dénoncent la pacification et la répression menée par le gouvernement car elle ne débouche que sur « la liquidation définitive de toute communauté franco-musulmane » et ne constitue nullement un remède pour des causes lointaines et immédiates du « drame algérien » est-il souligné dans Espoir-Algérie. La F.L.A. conclut à un échec de la politique de pacification : « Il faut trouver un autre moyen ou bien se résigner à un statut négocié ». Aussi la F.L.A. propose pour l’Algérie un statut fédéral et passe ensuite à l’association et refuse en cela un statut octroyé. L’arraisonnement de l’avion du 22 Octobre 1956 est considéré aussi comme une erreur politique. L’Espoir Algérie du 27 octobre présente un titre prémonitoire : « L’arrestation de Ben Bella ou les interlocuteurs de demain ». Contredisant les conclusions optimistes du gouvernement et de la presse algéroise, les libéraux en tirent une autre conclusion : « Ce qui est sûr, c’est qu’une fois rétablis les relais, reconstituées les liaisons, réorganisé le système, la résistance algérienne dont on n’a pas, par un kidnapping, supprimé les causes va reprendre plus durcie ». L’attitude des libéraux se radicalise avec « l’intervention » franco-britannique de Suez, car la politique suivie ne fait qu’accroître encore davantage les difficultés : « une politique qui, refusant ses responsabilités, va chercher à l’étranger un bouc émissaire qu’elle rend responsable de ses défaites et de ses lâchetés ». Cette situation fait apparaître une position plus subtile dans l’Espoir Algérie de Novembre 1956 : « Nous sommes engagés dans un combat : celui qui tend à faire admettre les légitimes aspirations du peuple algérien ». Cela ne signifie pas un engagement en faveur d’un camp aux dépens de l’autre, mais permet de nuancer la position libérale par rapport à des revendications légitimes ayant une dimension universelle.

    1. Du procès des libéraux à l’intégration inversée.

Mais la politique de pacification conduit au durcissement des positions et entraîne après la bataille d’Alger l’effritement du mouvement, avec l’interdiction des groupements libéraux en Février 1955 et les conséquences relatives à l’arrestation de certains libéraux en Mars 1957.

  • Le procès et sa dimension religieuse.

La bataille d’Alger, qui met à mal le FLN, révèle ce qui sera appelé « l’affaire des libéraux d’Alger » où 32 personnes sont arrêtées au motif « d’avoir donné asile à des chefs de la rébellion (..), d’avoir eu des contacts avec les membres du FLN et pour quelques-uns d’avoir collaboré à la rédaction et à la diffusion de tracts concernant la grève de janvier. »

La presse coloniale se saisit de l’affaire pour parler du complot « anti-français en Algérie ». Les libéraux sont qualifiés « d’ultra-chrétiens », de progressistes et de chrétiens progressistes et même de chrétiens de gauche. Le Journal d’Alger s’attaque à une catégorie de personnes : les intellectuels, afin de minimiser l’effet de l’événement. Mais il révèle au fond l’existence de volontés qui vont à l’encontre de la politique poursuivie.

Parmi les témoignages, je prends un exemple, car il est représentatif d’un cheminement militant où se rejoignent convictions spirituelles et action sociale. C’est le témoignage d’André Cruziat, président de Vie Nouvelle, fait devant le tribunal militaire d’Alger, au procès d’André Gallice. Il exprime, dans la construction du discours, le programme des libéraux.

Sans aller dans les détails, il rappelle l’histoire de la famille Gallice, père et fils, de foi catholique, une foi vécue. Ils s’engagent dans des tâches sociales, éducatives et de culture, tâches qui expriment une solidarité dans un monde empli de misère. Sans être progressistes, ils luttent contre les misères et les mécanismes qui les nourrissent. André Gallice s’éveille aux dimensions politiques des responsabilités et accepte un poste de conseiller municipal sur la liste de Jacques Chevallier et se charge avec d’autres élus du lourd dossier du logement. Il fait la connaissance des élus du MTLD et de l’UDMA sans nécessairement être d’accord sur tous les points de vue avec ceux avec lesquels il est engagé dans l’action. André Gallice était proche des choses et des hommes pour connaître le déroulement des événements, et comme honnête homme, il a vu, jour après jour, se dégrader la situation. Il était de ceux des Français, étiquetés libéraux ou non, qui ont toujours cru maintenir le contact.

« Car nous y voilà : que fallait-il faire et que souhaite-t-on ? Sur qui compter pour reconstituer le tissu gravement déchiré ? ». Il évoque l’engrenage dans lequel chacun frappe à la mesure de ses forces. Les situations étant ce qu’elles sont, il a cru maintenir un filet de dialogue. S’il est poursuivi, il faut déclarer dans les textes gouvernementaux « que nous voulons réduire à néant les forces qui luttent contre nous, (…) ne faut-il pas solennellement changer de vocabulaire et ne plus parler de pacification, sinon le mensonge et la confusion ajoutent encore à la tragédie. (…) Si Gallice est poursuivi alors nous sommes en guerre et il faut le dire. Son sort nousintéresse tous. Il est significatif du sens d’une politique : domination ou collaboration !5 ».

Les condamnations prononcées signifient la condamnation du dialogue. Il faut attendre la chute de la Quatrième République et le retour de De Gaulle au pouvoir pour voir réapparaître les libéraux à l’occasion de la reconnaissance du droit à l’autodétermination du peuple algérien.

  • Le projet libéral ou l’intégration inversée.

L’impasse politique dans laquelle se retrouvent les libéraux en raison de leurs positions sur le conflit les amène à s’orienter vers l’analyse du contexte économique, car ils considèrent que la juxtaposition de deux mondes économiques est la cause du drame. Ainsi faute de pouvoir réaliser une société inter-communautaire par les voies politiques, ils s’orientent vers d’autres possibilités perceptibles dans leurs écrits. La section de Vie Nouvelle de Constantine constate, dès le mois de Juin 1957, que « la sécurité des Français d’Algérie ne devra plus dépendre demain des forces de l’ordre de plus en plus importantes, mais de l’utilité qu’auront dans ce pays les Européens ». C’est pour cette raison que les libéraux, constatant que le Général De Gaulle évite de parler du statut de l’Algérie dans son discours du 3 Octobre 1958 et annonce le plan de Constantine, trouvent là le moyen susceptible de réaliser la cohabitation projetée par la F.L.A. à sa naissance. Les libéraux apportent ainsi leur appui au plan quinquennal.

L’évolution du conflit pousse les libéraux, débarrassés du statut de l’Algérie, à réfléchir sur les questions de la cohabitation. Leur journal y consacre plusieurs contributions. Deux idées-force apparaissent :

– Comment dissocier les éléments Européens, appelés à rester, des tenants des privilèges exorbitants ?

– La nécessité pour les Européens de se sentir libres dans l’Algérie de demain.

C’est dans ce contexte que Ferhat Abbas s’adresse dans une allocution aux Européens le 17 février 1960, offrant implicitement la nationalité algérienne.

En septembre 1960, le journal Espoir invite les Européens à jouer le jeu loyal : « Acceptez cette partie telle qu’elle est, ses hommes, son sol ».

Le groupe libéral amené à étudier « la situation de l’élément Européen et les garanties à lui assurer » après le référendum de l’autodétermination constate le retournement de la situation et estime qu’il est nécessaire d’obtenir des garanties dont une partie se retrouve dans les accords d’Evian.

Ces positions ne peuvent laisser insensibles ni le F.L.N. ni les «Ultras ». Le F.L.N. se présentant comme l’unique représentant du peuple algérien dénonce, dans la plate-forme de la Soummam, « l’erreur impardonnable de mettre dans le même sac tous les Algériens d’origine européenne ou juive » et exhorte les intellectuels et les professions libérales à prendre contact avec les libéraux. Les Ultras dénient par contre toute existence aux libéraux, considérés comme une simple émanation de la presse métropolitaine.

Conclusion :

L’attitude des Libéraux européens a été qualifiée d’une manière schématique d’idéaliste et de moraliste, pour dire que leurs tentatives ne sont pas dotées d’historicité. Il n’est pas exagéré, cependant, de dire que si socialement ils ne pouvaient constituer un mouvement historique cela n’enlève rien ni à leur place ni, à plus forte raison, à leur sens dans l’histoire.


Plan :

Introduction

  1. Rappel du cadre historique :

    1. La colonie de peuplement et ses contradictions.

    2. Le rôle des sensibilités intellectuelles.

  2. Les libéraux dans la guerre.

    1. La Fédération des Libéraux d’Algérie : organisation laïque d’inspiration chrétienne

    2. Le dialogue et ses implications : sensibiliser l’opinion publique

    3. Du procès des Libéraux à l’intégration inversée.


 Bibliographie :

  • André Mandouze, Ce que fut la Fédération des libéraux d’Algérie, document non daté, 18 p.
  • Catroux G, Dans la bataille de la méditerranée : Egypte, Levant, Afrique du Nord 1940-1944, Julliard, Paris, 1949.
  • Collection journal l’Espoir-Algérie du 9 juin 1956 au 29 juin 1962.
  • Déclaration constitutive de la Fédération des Libéraux d’Algérie du 27 mars 1956.
  • J. Chevallier, Nous Algériens, Calmann-Lévy, Paris, 1958.
  • Jean Robert Henri, « Consciences Algériennes et Consciences Maghrébines : de l’anticolonialisme à l’engagement national », RASJEP, vol. XII, N°4, Alger, Décembre 1978, pp745-765.
  • J. Sprecher, A contre-courant, Étudiants libéraux et progressistes à Alger,1954-1962, Editions Bouchène, Paris 2000, 197 p.
  • O. Aurenche et M. Sévegrand, André Mandouze : un chrétien dans son siècle, de résistance en résistances, Paris, Karthala, Coll. Signes des temps, 2007.
  • Témoignage d’André Mandouze, Paris, Février1981.
  • Témoignage de Charles Robert Ageron, Paris, Septembre 1980.

 1Cela ne veut pas dire que ceux qui décident de rejoindre le FLN et de lutter concrètement pour l’indépendance de l’Algérie n’existent pas. Cette contribution porte uniquement sur la tendance libérale.

2André Mandouze, « Prévenons la guerre d’Afrique du Nord, Impossibilités algériennes ou le mythe des trois départements », Esprit, juillet 1947, pp10-30.

3André Mandouze, « Dilemme algérien: suicide ou salut public », Esprit, octobre 1948, p535.

4D’après un témoignage de M. Kaddache, corroboré par Charles-André Ageron.

5Témoignage de André Cruziat, Président du groupe Vie-Nouvelle au procès de André Gallice, mars 1957.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *