Le cardinal Léon-Etienne Duval vu par les Algériens

Denis Gonzalez, ancien vicaire général du cardinal Duval.


Les citations sont extraites des ouvrages : Denis Gonzalez, Cardinal Léon-Etienne Duval, la voix d’un juste, ENAG Editions, Alger, 2008 ; Denis Gonzalez, Léon-Etienne Duval, une grande conscience morale de son temps, Riveneuve éditions, Paris, 2012

« Point n’’est besoin d’’avoir connu Mgr Duval, observe Me Mouloud Brahimi1, pour savoir qu’il s’’agit d’’un personnage populaire, très respecté dans notre pays, fondamentalement à cause de ses prises de position pendant la guerre de libération nationale ».

Et Mohamed El Korso2 d’’ajouter : « Mgr Duval intéresse notre mémoire nationale, aussi est-il devenu de notre devoir, en tant qu’historiens, de revisiter ce personnage en partie méconnu… mais il faut l’’admettre, sans aucun parti pris, cette recherche ne fait pas partie de nos préoccupations premières. Nous sommes sollicités par tant d’’autres priorités qui nous permettraient de retracer le cours de notre histoire… ».

Mon propre passé –- natif d’Algérie et proche collaborateur de Mgr Duval – me fait aujourd’hui le devoir d’’apporter ma contribution à cette recherche, dans le but de le faire mieux connaître.

Nul ne peut ignorer, qu’en son temps, Mgr Duval a été très diversement apprécié par ses contemporains. Si, confrontés aux tragiques épreuves de la guerre de libération nationale, certains ont vu en lui une « conscience », un repère qui les aidait à orienter leurs conduites ; d’’autres, par contre, l’’ont violemment contesté et vilipendé avec des pamphlets, des tracts infamants, et même des bombes jusque dans son jardin et dans des églises.

Les chroniques qui relatent ce passé sont nombreuses, mais si contradictoires entre elles, qu’elles obligent à de la prudence dans leurs interprétations. Je ne suis pas un historien professionnel. Cependant, de la lecture d’’un ouvrage d’’Henri Marrou, intitulé De la connaissance historique3, j’’ai cru devoir retenir trois observations, qui m’ont été utiles pour la réalisation de mon projet.

La première est que, l’’histoire, reconstitution du passé des hommes par un homme, peut être d’’une vérité réelle, certes, mais toujours, parcellaire. Le passé ne fait que répondre aux questions que l’’historien a voulu et su lui poser, à partir des documents dont il disposait ; quant au passé, il reste bien plus riche que ce que l’’on peut en dire ; ce qui oblige, évidemment, à une certaine humilité.

Seconde observation : la vérité de l’’histoire est double : d’’une part elle révèle le passé, et, de l’’autre, la personnalité même de l’’historien. Ce dernier, qu’il le veuille ou pas, laisse toujours des traces de son ADN sur le résultat de ses recherches. Dernière observation : le mot-clé de la connaissance historique est la compréhension ; or, cette compréhension est conditionnée par l’’amitié. Citant Saint Augustin, son maître, Henri Marrou avance : « On ne peut connaître personne, sinon par l’’amitié ». Pour lui, l’’amitié fonde l’’objectivité. Elle « cherche à découvrir l’’autre en tant que tel, et tel qu’il se montre… jusqu’à comprendre même la part de vérité, du faux ».

Si l’’objectivité est ainsi conditionnée par un préalable de sympathie, cette dernière ne peut pas, pour autant, exclure tout discernement critique. La vérité de l’’histoire, ai-je rappelé – révélant aussi bien le passé, que la personnalité de l’’historien – il arrive que cette personnalité surplombe par trop, la vérité de sa chronique. D’’où la légitime interrogation de Daho Djerbal4, historien lui-même : « Comment faire une histoire, demande-t-il, qui ne serait plus vue qu’’à travers un « prisme », celui de l’’Administrateur ou du Commandant militaire ? »

Un « prisme », voilà un élément essentiel ! En cet instant, où nous nous apprêtons, nous-mêmes, à « revisiter » – comme on nous y invite -– le personnage de Mgr Duval, à travers quel « prisme » porterons-nous sur lui, nos regards ? Eh bien, conscient et déterminé : il sera constitué de témoignages – tous, écrits et certifiés, comme il se doit – portés uniquement par des citoyens algériens. Nul doute que le résultat de notre vision sera parcellaire, du moins pouvons-nous déjà ajouter, qu’en soi, ’il sera authentique…

Le quotidien national El Moudhahid, daté des 23-24 octobre 1999, relatant des paroles du Président Bouteflika, à propos de Mgr Duval, écrivait : « Inébranlable dans ses convictions, constamment aux côtés de son peuple, le peuple algérien, sans compromis ni compromission, ni avec sa foi, ni avec son idéal de liberté et de paix, il a vécu parmi nous, toujours égal à lui-même, pendant la période coloniale, durant la guerre de libération, au lendemain de l’’indépendance, où il s’’est fait partout, le chantre des humbles et des opprimés »5.

Cette déclaration du Président – en plus de l’’intérêt qu’elle comporte en elle-même – nous permet de sérier des étapes pour notre observation des engagements de Mgr Duval : la période coloniale, le temps de la guerre de libération, et l’’après indépendance. Place, ensuite, sera faite au discernement des valeurs qui l’’ont animé, ainsi qu’à son positionnement, en tant que chef religieux chrétien, face à l’’Islam. Au terme, interviendront de courtes réflexions concernant la place qu’il pourrait occuper dans notre histoire.

1ère étape : La période coloniale…

« Nous, jeunes Algériens de l’’époque, témoigne Me Amar Bentoumi6, – jeune avocat au début de la Révolution – avons perçu un frémissement lorsque Mgr Duval a commencé à agir en sa qualité d’’évêque de Constantine (1947). Nous avons eu des échos de ce prêtre qui ne correspondait pas du tout à l’’image que nous nous faisions des prêtres catholiques et encore moins, des prélats ».

Même étonnement expectatif de la part de Pierre Chaulet7, alors étudiant en médecine : « Les prises de position de Mgr Duval, lorsqu’il était évêque de Constantine, sur la justice sociale et la nécessité d’’établir des contacts entre les diverses composantes de la société à l’’époque, avaient retenu notre attention : c’’était pour nous un langage peu habituel venant de la part d’’un évêque ».

Avec le recul du temps, Daho Djerbal observe, en historien : « Les lignes de démarcation, tracées depuis un siècle et plus, entre une minorité privilégiée, généralement européenne et catholique, et une majorité algérienne, généralement musulmane, sont effacées par les appels de Mgr Duval à ‘la fraternité universelle’ ».

2ème étape : La guerre de libération

« Dès décembre 1954-janvier 1955 », note, à nouveau, Daho Ddjerbal, « Mgr Duval interpelle les autorités politiques et militaires. Son opposition, et plus encore sa dénonciation des arrestations massives de « suspects », les atteintes systématiques à la dignité humaine, l’’usage de la torture, les exécutions sommaires, ne font que grandir. En pleine « bataille d’’Alger », il déclare dans un texte à lire dans toutes les églises : « Au nom de la fidélité à Dieu, il n’’est jamais permis, même pour défendre une cause que l’’on croit juste de prendre des moyens défendus par Dieu. » – « Pour lui, le blocage entre le spirituel et le temporel représentent un danger non seulement pour les Chrétiens en Algérie, mais aussi pour l’’Église, dans le présent et l’’avenir. » – « Il exprimait clairement l’’idée qu’il fallait assurer la libre expression des aspirations légitimes de tous les éléments de la population (en 1955) et donner satisfaction à la volonté d’’autodétermination, dans le respect des droits des personnes et des communautés (en 1956) ».

Et Abdelhamid Mehri8, – haut-personnage politique, d’’ajouter : « Mgr Duval a tenu une place éminente à un moment où la classe politique française – exception faite d’’une minorité – s’’acharnait à lutter contre les aspirations à la liberté du peuple algérien. Ses prises de position furent remarquables… Peu impressionné par les apparences : celles des paroles et celles des actes, il a su que la société algérienne, luttant au nom de l’’Islam et élevant le drapeau de l’’Islam, ne manifestait pas son hostilité à l’’égard du christianisme, mais s’’insurgeait en fait, contre le colonialisme ».

Toujours, en historien, Mohamed El Korso évoque le « devoir qui s’’impose, de mentionner l’’appel à la clémence de Mgr Duval en faveur de Zabana et Faradj, incarcérés à la prison de Barberousse, et qui ont été exécutés ». Il relate, par ailleurs: « C’’est parce qu’il a œœuvré avec intelligence, courage et constance en faveur de la liberté, que le nom de Mgr Duval a été immortalisé par un texte de la plateforme de la Soummam9 ».

Quant au Commandant Azzedine10, de la Wilaya IV, il « se prend parfois à imaginer ce qui se serait passé si, au lieu de cet homme flamboyant d’’humanisme, le destin avait mis sur le chemin difficile de l’’histoire de l’’Algérie, un quelconque illuminé d’’orgueil qui aurait attisé les haines qui consumaient les cœurs ».

3ème étape : Les lendemains de l’’indépendance.

« Il est remarquable », observe Redha Malek11, « que la voix de Mgr Duval se soit régulièrement élevée, en Algérie et hors d’’Algérie, en faveur de la justice et du droit des peuples à l’’autodétermination, notamment celui du peuple palestinien, ainsi que le droit au développement des peuples, condition de toute paix véritable. L’’enseignement de Léon-Etienne Duval est resté vivant tant chez les chrétiens que chez les musulmans, partageant les uns et les autres, au-delà de leurs confessions respectives, les mêmes valeurs de justice, de compréhension et d’’humanité pour le plus grand bien de tous les enfants de cette nation qui y a tant sacrifié ».

Et Mohammed Bedjaoui12, – juriste, ayant assumé de multiples hautes fonctions, dont celle de Président de la Cour Internationale de Justice – d’’ajouter : « Mgr Duval savait que les libertés ne peuvent perdurer que là où les humains jouissent d’’un minimum vital, d’’où la nécessité du développement. Il a été de ceux qui ont porté sur les fonds baptismaux cette doctrine du droit au développement. Chaque être, proclame-t-il, a le droit de partager avec tous les autres humains, créatures du même Dieu, ce que la planète contient de richesses ».

Quelles convictions  animaient Mgr Duval ?

« Ce n’’était pas un missionnaire qui faisait du prosélytisme » déclare Mohammed El Korso. « Sa mission consistait à se mettre au service de l’’homme. Ses engagements s’’inspiraient dans cette ligne, de l’’idéal de charité chrétienne. C’est en ce sens que Mgr Duval nous intéresse, qu’il intéresse notre mémoire nationale ».

Même appréciation, de la part d’’Amine Lotfi13 : « Homme d’’Église, il donnait de lui l’’image de quelqu’un qui, en servant Dieu, avait l’’intime conviction de servir les hommes. C’est en cela que le cardinal Duval n’’était pas seulement de son siècle, mais qu’il avait atteint une forme d’’intemporalité ».

Et Me Nadir Bekkat14 d’’insister : « Il croyait en la valeur inaliénable de toute personne humaine, quelle qu’elle soit. C’’est ainsi qu’il souffrait lorsqu’un soldat français était tué durant la guerre, et qu’il souffrait peut-être tout autant lorsqu’on torturait un Arabe, un Algérien, lorsqu’il était porté atteinte à sa dignité d’’homme ». De plus, ajoute-t-il, « la particularité de ce grand homme d’’Église, par rapport à bon nombre d’’autres personnes qui souffraient peut-être tout autant que lui, est que lui était actif. Il protestait auprès de tel ou tel général français, condamnait publiquement telle ou telle situation néfaste ».

Et le Professeur Saïd Chibane15, d’’écrire : « Le Cardinal a conquis le cœur des Algériens ; ils ont reconnu la grande bonté qui l’’a conduit à aimer les pauvres, les déshérités, les handicapés et les abandonnés ».

Quant à Mahfoud Keddache16, doyen des historiens algériens, il confie : « Ce qui nous impressionnait en lui, c’’est son ouverture d’’esprit, son souci de nous comprendre, nous, Musulmans, et surtout de comprendre nos aspirations à bâtir une Algérie nouvelle. A la vérité, à l’’époque, cette Algérie, nous voulions la bâtir sans les Français. Et ce sont nos contacts avec les scouts et routiers catholiques qui nous ont amenés à nous préoccuper de l’’existence de l’’autre communauté…… Moi-même, j’’ai eu la vie sauve, après avoir été retrouvé grâce à lui ; j’ai été libéré de l’’emprise des parachutistes. Ces interventions de Mgr Duval étaient souvent anonymes. Bien que, ne faisant pas beaucoup de bruit, elles nous ont fortement impressionnés, et donné une autre image de l’’Église. Elles ont également fait réfléchir pas mal de nationalistes au sujet d’’une cohabitation nécessaire entre Musulmans et Chrétiens. Ce qui nous a aussi marqués, en 1962, donc après l’’indépendance, c’’est le fait que Mgr Duval ait opté pour la nationalité algérienne. Dans son esprit, il optait pour la présence d’’une Église algérienne. C’était un pas remarquable qui nous a beaucoup frappés… …Il a compris que l’’Algérie avait droit à sa personnalité et à son indépendance. Il est parti, mais ses idées restent. En tant que précurseur, il a marqué son temps. L’’histoire s’’en souviendra ».

Mgr Duval était-il un homme seul, sans références ni soutiens ?

C’’est le Professeur Saïd Chibane, qui répond : « Le cardinal Duval a œœuvré avec constance, en faveur d’’une orientation selon la justice et d’’un renversement de situation, aidé en cela par sa lecture assidue de Saint Augustin, et par sa rencontre avec l’’ambassadeur du Vatican à Paris, le nonce Roncalli, futur pape Jean XXIII, inspirateur du Concile Vatican II. Ce nonce a effectué une visite de trois semaines en Algérie, en 1950, et il est resté une semaine entière à Constantine avec Mgr Duval. Ils partageaient une même vision politique, surtout en ce qui concerne la situation coloniale».

Mais quelle fut l’’attitude de Mgr Duval vis-à-vis de l’’Islam ?

Le capitaine de l’’ALN, Ali Lounissi17, l’’affirme : « Tout en ayant la charge de sauvegarder la religion du Christ, Mgr Duval avait un respect absolu de la religion d’’autrui, un respect absolu de l’’Islam. Et son respect était sincère. Il m’’a été très rarement donné de rencontrer quelqu’un d’’aussi respectueux de l’’Islam, en tant que religion, en tant que foi ».

Autre jugement, celui de Saïd Maouche18, scout, issu du petit peuple de la Casbah : « Mgr Duval était très humain. Il a même reçu de violentes menaces de la part de certains Européens. Malgré cela, il continuait à faire un travail humain. Il n’’a rien négligé, si bien que l’’on se disait : « Peut-être

qu’il est devenu musulman ». Ou encore : « Ça y est, il est devenu musulman ! ». Alors que lui, il appartenait aux gens du Livre. Il avait la foi des gens du Livre, de même que les Éthiopiens qui, dans l’’ancien temps, ont accueilli les premiers musulmans ».

Plus élaborée est la réflexion de Me Mohamed Lakhdar Lakhdari19 : « Il n’’est pas banal, dit-il, qu’une personne soit à ce point fidèle à ses convictions concernant la défense de la personne humaine, une dignité qui transcende toutes les frontières et tous les courants de pensées traditionnels. Dans la pratique de sa foi, Mgr Duval était plus attaché à l’’esprit qu’à la lettre. Il pratiquait l’’« ijtihad »20 (l’’effort de réinterprétation). Il pouvait émettre des avis personnels, sans se référer à l’’opinion de ses prédécesseurs. Voilà ce que je retiens de Mgr Duval. C’’est sa fidélité à la transcendance d’’Allah le Très Haut, qui a fait que Mgr Duval a dépassé les limites restreintes de l’’Eglise ou encore de la politique, elles-mêmes commandées par des intérêts étrangers. Si, dépassant les contingences de ce monde, on tient compte de la transcendance d’’Allah, qu’’Il soit loué ! alors on découvre que l’’être humain a été honoré par Lui. Dans le Coran, il est dit : « Nous avons honoré les fils d’’Adam » (Sourate XVII, v. 70). Il n’’est pas précisé du chrétien, du musulman ou du bouddhiste, mais des « fils d’Adam », c’’est-à-dire, de l’’être humain. De ce fait, attenter à la dignité de cet être qu’’Allah a honoré, c’’est attenter à ses droits. Sur ce respect dû à la dignité de la personne humaine, les religions se rejoignent ».

Quant au Professeur Hocine Asselah21 – qui eut à assister médicalement le Cardinal, jusqu’à sa dernière heure – il avance : « Ses formules transcendaient le cadre strictement religieux et atteignaient la source originelle de la morale universelle, le point initiatique de toute religion. C’’est pour cela que ses discours atteignaient le cœur de tous les hommes de bonne volonté, qu’ils soient chrétiens ou non chrétiens. Je dirais simplement que par son infatigable recherche, ou plutôt son questionnement évangélique, il s’’est élevé à une véritable sainteté, tout court ».

Un parallèle est fréquemment fait entre Mgr Duval et l’’émir Abdelkader

Plusieurs témoignages mentionnent ce parallèle. Je ne retiendrai à ce sujet, que le point de vue de Me Nadir Bekkat : « Chacun d’’eux, en effet, a été animé d’’une foi profonde, l’’un venant du Christianisme, et l’’autre, de l’’Islam. Ils ont eu des comportements identiques, face à des situations périlleuses » – « Répondant à un haut dignitaire français qui le remerciait pour son intervention en faveur des chrétiens, l’’Émir a répondu qu’il avait agi pour la défense des « houkouk el insanïa » (les droits de l’’humanité). Ces « droits de l’’humanité » défendus par l’’Émir, en faveur des chrétiens de l’’époque, victimes des abus des musulmans, ont pour pendant les « droits de l’’homme » défendus par Mgr Duval, durant l’’ère coloniale, en faveur des musulmans, victimes de dépassements de la part des autorités.»

Pour finir quelle place devrait être réservée au cardinal Duval, dans notre histoire ?

Le 20 octobre 1999, dans son discours prononcé lors du Forum de Formator, dans les Baléares, le Président Bouteflika, déclarait : « Permettrez-vous à un Algérien, musulman comme l’’ensemble de ses compatriotes, venu pourtant du pays de St Augustin… de suggérer humblement mais solennellement devant vous, qu’il soit demandé aux instances autorisées, la sanctification de notre ami et frère Mgr Duval ? Je voudrais le faire non seulement pour le caractère exemplaire de sa vie spirituelle et active, mais aussi, pour tout ce que, au-delà des barrières idéologiques, éthiques, raciales et religieuses, il a eu le courage d’’incarner, en affirmant l’’unité du genre humain devant l’’adversité qui frappe les uns au profit des autres ».

Et Me Farouk Ksentini22 d’’ajouter : « Je ne suis pas habilité dans la question, mais je m’’étonne que l’’on n’’ait pas encore songé à canoniser Mgr Duval. La vie de sainteté qui a été la sienne, sa vie d’’ascète, doivent tôt ou tard conduire à sa canonisation. Ce serait un motif de fierté supplémentaire pour les Algériens que nous sommes ».

Autre vœux, d’’un autre ordre, émis par Me Hocine Zahouane23 : « Il faudrait travailler, avance-t-il, à ce que l’’Algérie se réapproprie l’’image de cet homme, afin qu’il fasse partie de notre patrimoine culturel, religieux et humaniste. Dans le contexte actuel, plein de confusions dues aux monolithismes religieux, le fait pour notre pays de s’’approprier un tel personnage, lui permettrait de démontrer combien il peut être pluriel, combien il est pluriel, et combien sa diversité est pour lui une richesse. C’’est à partir de tous ses enfants, leurs diversités et leurs originalités, que l’’Algérie peut s’’édifier en tant que nation moderne, tolérante et attachée à toutes les valeurs sur lesquelles est fondée la dignité de l’’homme ».

« Revisiter » le personnage de Mgr Duval pour le faire mieux connaître, tel aura été le but de ma démarche. Pour ce faire, c’’est à travers un « prisme » particulier que j’ai invité à porter nos regards… Le résultat peut être jugé parcellaire, j’en suis conscient. D’’autres témoignages, différents – y compris sous d’’autres cieux – ont été et pourront être encore portés. Les nôtres –- tous attestés, comme il se doit – n’’en sont pas moins vérifiables et vrais.

Dans l’’un de ses Propos, le philosophe Emile-Auguste Chartier, alias Alain24, recommande de « ressusciter l’’histoire, dans ce qu’elle a de vivant et d’’utile aujourd’hui ». Y suis-je parvenu ? C’est à chacune et à chacun d’’entre vous, que, maintenant, il appartient d’’en juger…


 1Mouloud Brahimi : Avocat à la cour. Président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (1987-2000)

2Mohamed El Korso : Professeur universitaire d’histoire. Ancien Président de la Fondation du 8 mai 1945. Ancien sénateur.

3Henri-Amédée Marrou (1904-1977) : Philosophe de l’histoire, fondateur des Études augustiniennes. Avec Mandouze, Massignon, et Mauriac, dénonce la torture durant la guerre d’Algérie. Ouvrage consulté : Henri-Amédée Marrou, De la connaissance historique, Editions du Seuil, Paris, 1954.

4Daho Djerbal : Maître de conférence, Université Alger 2, Rédacteur en chef de la Revue d’Études et de Critique Sociale NAQD.

5Président Bouteflika, discours prononcé lors du Forum de Formator, Baléares, 1999.

6Amar Bentoumi : Avocat, membre du collectif chargé de la défense des militants du FLN, lui-même incarcéré pendant le guerre. Premier ministre de la Justice, Garde des Sceaux 1962-1963, Bâtonnier de l’Ordre des avocats 1971.

7Pierre Chaulet : Professeur phtisiologue. Ancien scout. Milite avec son épouse Claudine, en faveur de l’indépendance. Exilé en Tunisie, il s’emploie dans les Services de l’Information du FLN.

8Abdelhamid Mehri : Ministre de l’Information et de la Culture (1979), Ambassadeur dans différentes capitales, Secrétaire général du FLN (1988-1996), Secrétaire général du Congrès pan-arabe en 2000.

9Plateforme de la Soummam : Congrès fondateur de l’État algérien, tenu le 20 août 1956.

10Commandant Azzedine : Rabah Zerari, Officier de la Wilaya IV, Zone autonome d’Alger en 1962.

11Redha Malek : Premier directeur du journal El Moujahid (1957-1962), participe aux pourparlers d’Evian, Ambassadeur dans plusieurs capitales, Ministre de l’Information et de la Culture en 1967, des Affaires étrangères, puis, Chef de gouvernement (1993-1994). Auteur de plusieurs ouvrages.

12Mohammed Bedjaoui : Juriste, participe aux négociations d’Evian, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux (1964-1971), Ambassadeur à Paris, puis à l’ONU. Président de la Cour Internationale de Justice en 1993, Ministre des Affaires étrangères en 2004.

13Amine Lotfi : Éditorialiste au quotidien El Watan

14Nadir Bekkat : Avocat agréé à la haute cour de justice d’Alger

15Saïd Chibane : Professeur en ophtalmologie. Ancien Ministre des Affaires religieuses.

16Mahfoud Keddache : Secrétaire des S.M.A. (Scouts Musulmans Algériens) en 1953, Professeur d’histoire à l’Université d’Alger. Auteur de plusieurs ouvrages.

17Ali Lounissi : Capitaine de l’ALN, Wilaya IV, affecté à la Zone Autonome d’Alger, en 1962.

18Saïd Maouche : Ancien scout de la troupe El Falah (Casbah) 1935

19Mohamed Lakhdar Lakhdari : Avocat agréé à la Cour suprême,– membre fondateur de la Ligue des Droits de l’’Homme.

20Ijtihad : efforts d’interprétation des textes religieux et de leurs prescriptions.

21Hocine Asselah : Professeur en gastro-entérologie. Proche du Cardinal, il l’aura suivi jusque dans ses derniers moments.

22Farouk Ksentini : Avocat. Président de la Commission nationale consultative des droits de l’’Homme.

23Hocine Zahouane : Président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme.

24Alain, Propos, NRF Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1956, p108. De son vrai nom : Emile-Auguste Chartier (1868-1951), philosophe, journaliste.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *