Témoignage Chrétien et le dossier Jean Muller

Malika El Korso, professeure Département d’Histoire,
Bouzeréah Université Alger 2.

 

  1. Présentation de Témoignage Chrétien.

Fondé en novembre 1941, par le père Chaillet, à Lyon, T.C. est un journal de la Résistance1. Il porte la marque de ses origines et demeure fidèle à son idéal des premiers jours : condamnation du nazisme et du racisme, mais aussi du colonialisme, de l’impérialisme, et de l’oppression sous toutes ses formes.

Cet hebdomadaire catholique, n’est ni un porte-parole de l’Église, ni un journal paroissial.

Il se définit comme un journal d’information et d’opinion, se réclamant ouvertement du catholicisme, rendant compte de l’actualité et jugeant les événements en fonction des préceptes de l’Église et de la morale chrétienne.

Plus qu’un journal, T.C. se voulait un véritable mouvement nourrissant la pensée de militants qui prônaient l’anticolonialisme, la justice sociale et la participation des laïcs à la vie de l’Église. C’est ainsi que la mission que s’était fixée T.C. ne devait pas prendre fin avec la chute du nazisme et donc du gouvernement de Vichy. Il se voulait à « l’avant garde pour la défense de l’homme2 ».

Avant d’écrire sur l’Algérie en guerre pour son indépendance, il a écrit sur le combat que les Indochinois livraient au colonialisme français3 et à leur suite les Tunisiens et les Marocains. C’est donc tout naturellement et dans la continuité de sa mission que cet hebdomadaire chrétien, va prendre part à cette nouvelle bataille de l’homme en Algérie.

Cette posture sera qualifiée de « trahison » par ses détracteurs. En pleine Assemblée Nationale, Jacques Soustelle déclarait en février 1957, que « Témoignage Chrétien était avec Le Monde, France Observateur et l’Express, un des quatre grands de la contre propagande française ». C’est dire la place politique occupée par cet hebdomadaire, qui tirait à 100000 exemplaires à l’aube du 1er. novembre 1954. T.C. s’est singularisé par la spécificité de ses prises de position tout au long de la Guerre de Libération nationale. Chaque semaine et sur toute la durée de la guerre, un éditorial auxquels s’ajoutaient des articles, des reportages, des commentaires, des analyses, des prises de position remplissaient les colonnes du journal.

Il a fallu reconstituer l’historique de cet hebdomadaire qui remonte à l’occupation de la France pour saisir le sens et la profondeur de l’action de T.C. La morale, l’engagement et la liberté étaient mis au service du respect de l’homme, de son intégrité physique, morale et de sa dignité. La ligne du journal ne souffre d’aucun embarras, ni sectarisme religieux, culturel ou éthique. Lu par des catholiques engagés qui se recrutent parmi un lectorat de jeunes adultes (25-40 ans) composé surtout de classes moyennes salariées avec de fortes influences ouvrières et de nettes orientations syndicalistes (C.F.T.C.) mais où les universitaires occupent une grande place, cet hebdomadaire est surtout une équipe rédactionnelle et des journalistes convaincus de leur mission, des journalistes talentueux autour du directeur Georges Montaron : André Mandouze (cofondateur de T.C. pendant la Résistance, puis rédacteur en chef jusqu’en 1946, année où il part s’installer à Alger), Robert Barrat, Georges Suffert, Jacques Duquesne (journaliste à la Croix et qui signait ses articles sous le pseudonyme de Jacques Ribbes), Joseph Folliet et plus tard Hervé Bourges… mais aussi des signatures prestigieuses : Charles André Julien, Louis Massignon, Jacques Berque, Kateb Yacine… Rares sont les journaux français qui peuvent se flatter d’avoir eu des collaborateurs aussi engagés et talentueux. Toutes ces plumes prestigieuses, engagés, au service d’un catholicisme ouvert et tolérant ont participé de près ou de loin à l’ouverture de T.C. Cette ouverture synonyme de fidélité aux valeurs de la Résistance sera mise au service d’une autre cause, baptisée « la bataille de la décolonisation ».

« Vérité et justice quoiqu’il en coûte » telle était la devise de ce titre emblématique du militantisme catholique français, qui a lutté par la plume afin de briser les murailles du silence et de l’oppression4 pendant l’Occupation.

Un autre espace de « vérité et justice » allait s’ouvrir en Algérie avec le déclenchement de la lutte armée. La réponse de Paris et d’Alger à la déclaration du 1er novembre 1954 replongera l’équipe de T.C. dans l’ambiance de Paris occupée : état d’urgence, camps de concentration, torture, bombardements, etc… La similitude entre les comportements de la Gestapo envers les résistants français et ceux de la police et de l’armée française envers les nationalistes algériens était telle, que Robert Barrat, n’hésitera pas à parler de « Gestapo française », de « camps de concentration ». Ce parallèle justifiait-il à lui seul l’engagement de T.C. aux côtés des Algériens ? Ce serait occulter la dimension religieuse et morale de l’hebdomadaire qui figure dans la seconde partie de sa devise : « Justice quoi qu’il en coûte ».

Au cœur de la problématique : un organe de presse qui se détache par son approche et ses analyses sur la Guerre de Libération nationale, du paysage médiatique métropolitain. Plus au moins isolé au sein de sa propre famille médiatique, discrètement surveillé par l’Église, combattu par les militaires et les différents gouvernements de la quatrième et cinquième République5, T.C. va faire la guerre à la guerre que menait la France en Algérie. Ses armes : un travail d’enquêtes grâce à un réseau d’informateurs, la dénonciation de la guerre et la mobilisation des Français. Il se battra contre les préjugés avant de chercher à convaincre de la justesse de sa démarche, sinon l’opinion publique française, du moins celle qui lui est toute proche, c’est-à-dire son propre lectorat.

Plus que tout autre thème durant les sept années de guerre, c’est bien la torture qui a provoqué et suscité les débats les plus passionnés, les plus controversés et les plus douloureux. C’est la torture qui a de loin le plus constitué un problème de conscience morale, religieuse et politique pour une large partie de l’opinion française et plus particulièrement pour les chrétiens pour lesquels toute cette période fut un véritable drame de conscience.

Elle a servi de révélateur, écrira Fr. Bédarida, et de test opérant des fractures, suscitant des clivages nouveaux, amorçant des inflexions politiques autant que spirituelles6.

Effectivement on peut se demander si les autres guerres de libération ont suscité autant de questionnements, de rebondissements, de remises en questions, de divisions au sein des catholiques et de l’Église ?

Devant le silence des voix officielles, les réticences des partis politiques et le mutisme de la radio, c’est la presse métropolitaine qui ouvrira le débat avant qu’il ne se transformera assez vite en combat.

Dès le 8 novembre 1954, L’Humanité titre : « Des tortures dignes de la Gestapo7. » L’Express, France-Observateur, Le Monde et T.C. lui emboîtent le pas. Très vite de médiatique, puis de morale, la bataille se transforme en bataille politique.

Pourtant la question des exactions et de la torture a été posée dès les premières semaines de la guerre devant l’Assemblée nationale où a lieu, du 2 au 5 février 1955, un débat sur le « problème algérien ». Beaucoup de faits relevant de la torture pratiquée sur les militants messalistes furent portés à la connaissance de l’Assemblée.

La publication simultanée à partir du printemps 19578 des premiers témoignages de rappelés sur la « pacification » et la torture, les prises de position des autorités religieuses, de certaines personnalités parmi lesquelles des écrivains, des juristes, des politiques et même de hauts gradés dans l’armée alimentent cette campagne médiatico-politique qui prend chaque jour l’allure d’un front anti-guerre d’Algérie. La torture s’impose comme objet de débat. Plus question de la nier, de l’ignorer ou de faire comme si elle n’existait pas.

L’historique de cette campagne ne peut être ici, esquissé. Mais les premiers témoignages datés de la fin de l’année 1956 sont ceux des rappelés qui rentrent chez eux. Le premier témoignage accusatoire qui joua un rôle de catalyseur de la campagne contre les tortures fut celui de Jean Muller, un des dirigeants du scoutisme français, mort dans une embuscade en octobre 1956.

Publié en février 1957 par T.C., ce témoignage constitue, l’une des pièces centrale de la dénonciation de la torture.

  1. Dossier Jean Muller : un catalyseur contre la torture.

La torture en Algérie, une réalité.

T.C. a été l’avant-garde dans la dénonciation de la torture en Algérie. Tout au long de ses huit années de lutte, ses colonnes porteront l’empreinte d’une dénonciation sans cesse renouvelée des méthodes employées par le gouvernement français aussi bien dans la conduite de la guerre que vis-à-vis des prisonniers et de la population algérienne.

Dès le 12 décembre 1954, Robert Barrat dénonce les « ratissages et exécutions sommaires », « les camps de regroupements », « la terreur policière »…

    1. Jean Muller : un témoignage posthume.

Bien que destinataire d’un abandon courrier de dénonciation de la torture (lettres et témoignages de rappelés, d’officiers, de séminaristes, de catholiques ou de non catholiques), le « dossier Jean Muller » est pour T.C. le témoignage le plus bouleversant qui lui soit parvenu sur la guerre d’Algérie : 

Il n’est en aucune façon, précise le journal, une prise de position politique mais tout simplement la démarche intérieure d’un homme jeté dans l’univers de la violence et qui tente de garder cette violence dans des limites raisonnables, si ce mot peut avoir un sens.

Le 15 février 1957, l’hebdomadaire crée l’événement en publiant les lettres posthumes de Jean Muller avec en titre à la une, en gros caractères : « Témoignage Chrétien ouvre le dossier Jean Muller ». En avant-propos, Georges Montaron expliquait pourquoi son journal s’était résolu à faire connaître ce dossier explosif : 

Les mois passent, les faits s’accumulent, les témoignages se multiplient : tous concourent à affirmer l’extrême violence de ce que l’on appelle la guerre d’Algérie. Par respect pour l’honneur de notre pays, nous continuons à nous taire, prenant en face de nous-mêmes la responsabilité de ce silence […]. On nous accusera une fois de plus de nous désolidariser du drame national. Pas plus qu’hier cette accusation n’a de fondement. Devant les faits d’une telle gravité, dire la vérité, c’est rester fidèle à l’honneur de son pays. Si nous avions refusé de publier le témoignage de notre ami, nous aurions tout simplement failli à notre devoir. Nous sommes donc prêts à en assumer les conséquences9.

A vrai dire l’équipe du journal avait hésité à publier ces lettres. Georges Suffert, l’un des rédacteurs de T.C., explique qu’un jour Paul Rendu, responsable de la branche Route-scout vient le trouver à Témoignage Chrétien et dépose sur son bureau le dossier complet des lettres de Jean Muller. Paul Rendu estime qu’elles doivent être rendues publiques afin que l’opinion française soit au courant de ce qui se passe en Algérie.

Le Comité de direction du journal hésitera plusieurs semaines ; personne jusqu’alors n’a officiellement parlé de tortures ; les mots de « corvée de bois », de « baignoire », de « magnéto », font leur apparition dans notre univers mental.

Finalement, pour ne pas livrer d’un seul coup de tels faits à un grand public, le comité de direction décide d’agir en deux temps : publier des extraits choisis dans son hebdomadaire suivis de la publication de l’ensemble du dossier dans les Cahiers du Témoignage Chrétien à tirage restreint. Contre toute attente la publication du Dossier Jean Muller dans une brochure publiée dans les Cahiers du Témoignage Chrétien (n°XXXVIII) a l’effet d’une « véritable bombe médiatique », nous dira G. Montaron.

Trente-quatre mille (34000) exemplaires seront vendus en quelques semaines. Un succès qui dépassait toutes les attentes du comité de rédaction obligé de recourir à d’autres tirages pour satisfaire la forte demande d’un lectorat en apparence secoué par de telles révélations et avide de connaître la vérité.

Quatre fois, nous ferons réimprimer le document Jean Muller, parce que jamais nous n’en aurons assez pour satisfaire aux demandes […]. Dans les années qui suivirent, d’autres documents bien plus atroces devaient voir le jour. Muller n’avait pas vu le quart de la vérité ; mais ce témoignage d’un chef scout, moralement incontestable, constituait la première révélation10.

Des années plus tard, G. Montaron reste encore surpris que ce numéro de T.C. n’ait pas été saisi, alors que, L’Humanité, qui en a publié quelques « bonnes feuilles », le 26 février 1957, le sera. La brochure, elle, continuait à circuler sous le manteau, avec des ventes à succès à la sortie des facultés et des églises11.

    1. Qui est Jean Muller ?

Né à Metz en 1931, dans une famille de la petite bourgeoisie catholique, il entre dans le scoutisme à l’âge de 13 ans. Après des études moyennes, il effectue son service militaire entre 1951-1952 puis sera représentant de commerce jusqu’en octobre 1955, date à laquelle il est recruté en tant que permanent au sein de l’équipe nationale Route des Scouts de France12. Ceux qui l’ont connu le décrivent comme un homme sportif, courageux, sensible et chaleureux.

Partir pour témoigner ?

L’Algérie étant considérée comme une province française, une partie du contingent métropolitain y était affecté pour effectuer son service militaire. Au lendemain du 20 août 1955, le président du Conseil Edgar Faure décide le maintien sous les drapeaux du contingent 1954-1 qui devait être libéré à partir du 1er novembre 1955, et le rappel du contingent 1953-2. Ces décrets provoquent des mécontentements. Dans les casernes les maintenus sous les drapeaux s’agitent et manifestent leur refus de partir. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans différentes gares de France (5, 11 septembre, et 8 octobre 1955) mais ils seront rapidement repris en main par l’autorité militaire.

En réponses aux mesures prises en avril et mai 1956 par le gouvernement Guy Mollet de rappel et de maintien sous les drapeaux, d’autres manifestations éclatent un peu partout en France. Les rappels d’avril et de mai 1956 concernaient environ 200 000 disponibles, parmi lesquels Jean Muller qui avait envisagé l’insoumission. A la suite d’une discussion avec le commissaire national Route-Scoute, Paul Rendu, il décide de rejoindre son lieu d’affectation en Algérie.

J. Muller était parmi les premiers « Routiers » de Metz à partir pour la guerre en Algérie. Sergent, il est affecté le 14 juin 1956 au 146e Régiment d’Infanterie.

Que se passe-t-il dans la tête de ce jeune appelé qui s’est laissé convaincre par son chef hiérarchique scout ? Quel comportement adoptera-t-il face à la mort ? Scout et catholique, quelle attitude aura-t-il une fois confronté à la torture, une fois mis en présence des tortionnaires et des torturés ? Supportera-t-il le regard des uns et des autres ou bien se révoltera-t-il lui qui a promis à son chef scout de ne rien laisser passer ? Quelle(s) forme(s) prendra sa révolte ? Pourra-t-il résister à l’engrenage de la violence sous toutes ses formes ? Celle de la toute-puissance du chef ou plus encore celle de la force attractive et écrasante du groupe dominant qui fait de la violence son arme et son métier.

J. Muller qui est affecté en tant que permanent au Service des soldats, structure commune créée par l’Association Catholique de la Jeunesse de France et les Scouts de France, destinée à fournir aide spirituelle et matérielle aux soldats, choisit de s’exprimer à travers des lettres qu’il adresse à ses amis de La Route et principalement à son frère. Il est en proie à une profonde crise intérieure. « C’est le début d’un long cheminement spirituel qui conduira pas à pas Jean Muller à une inquiétude chaque jour plus dramatique13. »

L’écriture de lettres de plus en plus longues, à intervalles de plus en plus rapprochés, jusqu’à deux à trois lettres par jour en disent long sur les enjeux éthiques, spirituels et idéologiques de cette présence algérienne.

Écrire devient un acte réfléchi, un engagement, peu importe le support. J. Muller ne s’est pas contenté de la parole silencieuse portée par des lettres qui tout compte fait auraient pu rester confidentielles. Il a témoigné sous les drapeaux et clamé son indignation et sa révolte de l’injustice. Ses lettres contiennent une réflexion de nature morale, éthique sur le rapport à la guerre, à la torture, à l’Algérie. Il est l’un des premiers rappelés (ses lettres datent de 1956) à utiliser le terme de « corvée de bois » et à évoquer la « magnéto ».

A la suite de sa mort, intervenue au cours d’une embuscade le 27 octobre 1956 à Tablat14, le frère de J. Muller, ses proches et amis rassembleront ses correspondances qui donneront naissance au « Dossier Jean Muller » publié par T.C.

Le « Dossier Jean Muller », comprend deux parties. La première est intitulée : « Le Dossier Jean Muller ; extraits des lettres de Jean Muller tombé fin octobre 1956 en Algérie, lors d’une embuscade ». La seconde partie de la brochure est consacrée, à la description des camps d’internement en Algérie où se trouvent plusieurs milliers de détenus algériens juste parce qu’ils sont suspects, vivant dans des conditions matérielles et physiques intolérables. Ces documents ont été ajoutés par T.C. pour enrichir et illustrer les lettres de J. Muller qui raconte sur dix-neuf pages et selon une démarche chronologique, les quatre mois et demi qu’il passa en Algérie.

Il y raconte d’abord sa rencontre avec le racisme. Il demandera naïvement à une serveuse dans l’un des bars d’Oran, de lui préparer « un sandwich pour un petit cireur de bottes, arabe ». La réponse de la serveuse, laissa le métropolitain pantois. « Laissez les tous crever, c’est de la mauvaise graine. Si vous voulez vraiment un sandwich, j’y mettrai du poison ».

J. Muller découvrait de jour en jour la face cachée de l’autre Algérie. Celle des Algériens exclus, exploités, humiliés et sans droits. Le jeune appelé n’était pas au bout de ses peines ; la culture raciste avait pris racine jusque parmi les parachutistes.

Même état d’esprit chez la buraliste qui refusa de lui servir des journaux de Paris : « Allez en face chez les Arabes. Si je ne les prends pas », ajoutait la buraliste, « c’est pour ne pas avoir un défilé continuel d’Arabes».

Ce racisme primaire faisait-il partie de la culture de l’Européen de la rue ? J. Muller qui se déplaçait de temps en temps avec d’autres militaires en stop, rapporte dans ses correspondances, l’anecdote suivante, haute en couleurs :

Un ménage français qui nous transportait nous dit : « Tuez-en beaucoup, un chacun ». Réponse ironique de J. Muller: « Mais c’est qu’il y a beaucoup de rebelles, car nous sommes 400 000 soldats ». Commentaire du ménage français : « Oh ! Ils sont tous des fellagas, tuez-en chacun douze ».

En somme, c’est la banalisation de la mort. J. Muller constate avec amertume que le racisme avait tendance à s’installer même parmi les rappelés pourtant hostiles dans leur ensemble à la guerre.

Rencontre avec la torture :

Les lettres de J. Muller sont plus qu’un simple récit sur la torture. Le lecteur est introduit à son insu dans le monde terrible des interrogatoires sans fin, des sévices en tous genres avec un descriptif méthodique des lieux de torture, des moyens et méthodes sordides auxquelles l’armée française avait recours pour « pacifier » l’Algérie.

Nous sommes loin de la pacification pour laquelle nous avons été rappelés ; nous sommes désespérés de voir jusqu’à quel point peut s’abaisser la nature humaine et de voir des Français employer des procédés qui relèvent de la barbarie nazie, écrit J. Muller dans l’une de ses lettres à un ami.

L’horreur, un mot qui traverse toutes les lettres de J. Muller et de bien d’autres qui ont eu à dénoncer ou simplement à écrire sur la torture. Laissons le parler :

Il faut que je vous parle longuement des tortures. Quatre sous-officiers et dix officiers avec une section de rappelés s’en chargent ; motif, c’est le seul moyen d’obtenir des renseignements. Au camp de Tablat, il y a en moyenne cent cinquante suspects internés que l’on questionne : courant de magnéto aux parties et aux oreilles, station au soleil dans une cage grillagée15, station nue, à cheval sur un bâton pieds et mains liées, coups de nerfs de bœuf, « coup » de la porte : on pince la main et on appuie.

Un suspect qui devait être emmené à Alger est resté à Tablat toute une nuit. Les pieds liés à un arbre et le dos reposant sur des rouleaux de barbelés ; comme boisson, on lui a donné de l’eau où on avait trempé du linge sale. D’autre part, deux de mes meilleurs amis restés à Sériet ont vu le colonel et deux commandants du 14e. R.C.P. qui questionnaient, assistés de deux paras, les arabes qu’on leur amenait et qui étaient classés « suspects » : courant de magnéto sur un homme que l’on arrose pour que « cela prenne », coups de bâton de 20 cm de diamètre sur tout le corps, couteau que l’on enfonce petit à petit dans la chair, un prisonnier ensanglanté est resté étendu nu un jour et une nuit sur la terre, un suspect balancé dans le vide depuis un hélicoptère (200m de haut). Tous les « suspects » torturés ont été emmenés par les paras qui les ont liquidés.

J. Muller, révolté par ce qu’il voit, éprouve une grande crainte qui a pour nom, engrenage : « Ce que je voudrais simplement te dire », écrit-il à son ami, « c’est te mettre en garde contre les entraînements collectifs auxquels beaucoup ici se laissent prendre. »

Les exécutions sommaires camouflées en « tentatives d’évasion », communément appelées « corvée de bois », sont un autre sujet des correspondances de J. Muller. A un ami il raconte que « les exécutions sommaires sont nombreuses », à un autre, il décrit avec beaucoup de détails comment les autorités miliaires procédaient.

Le 29 août [1956] la troisième compagnie partait en corvée de bois avec vingt suspects et les abattait au col du Bekkar, lieu de l’embuscade qui avait coûté treize morts au deuxième bataillon du 11e Régiment d’Infanterie. Ils étaient achevés de balles dans la tête et laissés sur place sans sépulture. On a alerté la gendarmerie pour constater le décès de vingt « fuyards » qui avaient été abattus. Le commandant dit en conclusion : « Voilà, vos camarades du 117e R.I. sont vengés. Ce sont ces arabes qui ont tué vos camarades. D’ailleurs, si ce n’est pas eux, ceux-là ont payé pour les autres »16.

J. Muller conclut sa lettre en écrivant qu’il a pris le parti des plus déshérités des fils de Dieu, d’autant que sa religion lui a appris à ne pas faire de différence entre les hommes. Il pria beaucoup pour « qu’enfin la paix, la justice et l’amour aient droit de cité sur cette terre ensanglantée d’Algérie »17.

Dans une de ses correspondances, il se plaint des pressions, du chantage, des menaces dont il était l’objet :

On a essayé de me posséder. Comme je me moquais des honneurs (grades etc.), on a voulu m’avoir par les menaces sous les prétextes les plus divers ; on a essayé par trois fois de me casser, puis on m’a muté dans une autre compagnie18. Le commandant et mes officiers connaissent mes opinions, mais jusqu’à présent personne, n’a osé m’attaquer de front, car je me suis toujours présenté comme chrétien, jamais comme faisant de la politique.

Ces lettres ne sont pas de simples écrits, ni des complaintes. Les messages qu’il adresse à ses amis ont une autre fonction : mobiliser ceux qui sont appelés à rejoindre les rangs de l’armée française en Algérie et assurer la continuité de l’action catholique.

    1. Impact et conséquences du dossier Jean Muller :

Le témoignage de J. Muller est l’exemple type de ces militants isolés que leur conscience politique ou religieuse pousse à réagir. Le témoignage, une fois le service accompli, compensait le faible impact sur le terrain, c’est à dire au sein même de l’armée. Cela se comprend aisément du moment que les « perturbateurs » étaient muselés, isolés puis mutés dans des zones à risques. C’était le cas de J. Muller muté au douar Mihoub, en pleine montagne.

Qui pouvait mettre en doute le témoignage de ce jeune scout catholique, apolitique, qui racontait au jour le jour la « pacification » et ses horreurs ? Sa formation, son statut, sa présence quotidienne sur le terrain des opérations, étaient sa crédibilité.

La publication à titre posthume de ses lettres, n’était en rien comparable aux écrits ou reportages journalistiques. En publiant les lettres de J. Muller, l’équipe de T.C. était consciente qu’elle allait être la source d’un événement médiatique et politique majeur.

Pour mesurer le retentissement du dossier J. Muller, il suffit de citer un chiffre : 34 000 exemplaires furent tirés sur les rotatives de T.C. qui réalisera sa meilleure opération médiatique durant toute la guerre. Michel Winock, historien mais aussi témoin et acteur de cette période, écrira plus tard que ce témoignage fut le plus bouleversant parmi les nombreux écrits relatifs à la « pacification » qui avaient pu exister jusque-là19.

Le Monde s’empare du dossier le 23 février 1957, puis c’est L’Humanité qui reproduit des extraits le 26 février dans un article au titre détonant : « La pacification, vue du côté de la mitraillette ». Le journal est immédiatement saisi et accusé d’atteinte à la sûreté de l’État. L’hebdomadaire France-Observateur titre le 28 février : « Le dossier Jean Muller est ouvert ». Ce journal affirme que « ces lettres constituent le plus bouleversant “ dossier ” qui ait été présenté sur la répression en Afrique du Nord ». Il est significatif de relever que T.C. ne fut pas saisi.

A ce titre, Résistance Algérienne, exploitera au maximum ce dossier en publiant des extraits qui se terminent par un commentaire sous forme d’appel aux Français :

Tous les Français n’ont pas perdu le sens moral, le courage réfléchi de crier la vérité. La France authentique se retrouve de temps en temps en certains de ses fils20

Les conséquences : la crise de la Route-Scout

Comment a réagi la grande famille, Scouts de France, à la publication des lettres de Muller ? La Route Scout décide en mai 1957, d’insérer un encart à l’attention de ses lecteurs. « As-tu lu les extraits des lettres de Jean ? Tu peux les demander à Témoignage Chrétien ». Il faut dire que c’est la première fois que La Route s’engage dans la politique. Jamais elle n’est allée aussi loin dans la dénonciation de la guerre ce qui va provoquer un conflit qui dépassera le cadre même des Scouts de France. L’objet du conflit, l’encart qui sera censuré par le Commissaire général des scouts, Michel Rigal. C’est la crise. Paul Rendu, le Commissaire national de la branche Route et son équipe au complet démissionnent le 9 mai 1957.

En plus de l’encart qui a été saisi, les deux revues, La Route et Le Chef, pratiquèrent l’autocensure en ne publiant pas les lettres d’un des leurs. Michel Rigal craignait que les lettres de J. Muller divisent le mouvement Scouts de France. Il estimait qu’il n’avait pas le droit d’entraîner dans des prises de positions politiques un mouvement d’éducation chrétienne qui se voulait apolitique, tout comme il voulait éviter l’intervention de la hiérarchie catholique dans les affaires des scouts. Les lettres de J. Muller, et par extension la guerre d’Algérie, ont provoqué une grave scission au sein des Scouts de France.

Les débats au sein des Scouts de France, la crise de La Route, la démission des dirigeants de l’Association Catholique de la Jeunesse de France et de la Jeunesse Étudiante Chrétienne, illustrent à souhait le drame qu’a constitué pour la jeunesse catholique et l’Église la guerre d’Algérie.


1Malika El Korso, La Guerre de Libération nationale algérienne dans la presse catholique métropolitaine. Le cas de Témoignage Chrétien : Etude monographique et thématique 1954-1962., Thèse de Doctorat d’État (ancien régime) soutenue à l’université d’Oran-Sénia, décembre 2007, 2 volumes, 780 p., sous la direction des professeurs René Gallissot et Ménouar Sam.

2Jean-Pierre Gault, Histoire d’une fidélité : Témoignage Chrétien 1944-1956, Paris, Ed. Témoignage Chrétien, 1963.

3Dés 1945, alors que les pratiques nazies sont encore présentes dans tous les esprits, la presse se fait l’écho de méthodes détestables. En 1949, éclate une affaire qui fera beaucoup de bruit : Jacques Chegaray, journaliste, envoyé spécial en Indochine a recueilli le témoignage de tortionnaires français qui lui ont décrit diverses méthodes de torture. Son article est publié dans T.C. le 29 juillet 1949 sous le titre : « A côté de la machine à écrire, le mobilier d’un poste comprend une machine à faire parler ».

4 François et Renée Bédarida, La Résistance spirituelle 1941-1944. Les Cahiers clandestins du Témoignage Chrétien, Paris, Albin Michel, 2001.

5Dans sa livraison du 7 mars 1958, Montaron nous apprend que pour la 68iéme fois, Témoignage Chrétien est saisi en Algérie. En juillet 1958, il dépassera sa 80iéme saisie. Le général De Gaulle ne se montrera pas plus libéral que ses prédécesseurs. G. Montaron a comptabilisé plus de 96 saisies entre 1954 et 1962.

6La guerre d’Algérie et les chrétiens, in Les Cahiers de l’I.H.T.P., n°9, octobre 1988, p.7.

7L’Humanité, 8 novembre 1954 : « Des tortures dignes de la Gestapo (lavages d’estomac supplices électriques etc.) sont infligées à des Algériens détenus à Batna par la police ».

8Il est à signaler que dès la première année de la guerre, des révélations sur la torture sont régulièrement portées à la connaissance des députés et du gouvernement. Dans la société civile, les plus conscients réagissent et s’organisent, comme par exemple la constitution, le 5 novembre 1955, d’un Comité d’Action des intellectuels contre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord qui regroupe plus de « 300 universitaires, scientifiques, écrivains, journalistes, artistes dont Roger Martin du Gard, François Mauriac, Irène et Frédéric Joliot-Curie, Jean-Paul Sartre, Charles-André Julien, Robert Barrat, André Mandouze etc…. ». Attaqué publiquement par Soustelle, alors gouverneur général d’Algérie, le Comité passe à l’offensive en portant le 3 décembre 1955 de lourdes accusations contre la politique française en Algérie :

Nous pouvons dès aujourd’hui affirmer solennellement :

  1. Il existe des camps de concentration pour civils non délinquants en Algérie.

  2. La torture policière, un moment suspendue ou freinée, a repris en Algérie.

  3. Des civils et des militaires français se sont rendus coupables d’assassinats collectifs de populations civiles en Algérie. Il s’agit là, non de phénomènes isolés, mais d’actes systématiques.

Cité par Patrick Kessel, Guerre d’Algérie, écrits censurés, saisis, refusés 1956-1960-1961, Paris, l’Harmattan 2002, p.97.

9T. C. 15 février 1957 n°618 : « L’affaire Jean Muller ».

10Georges Suffert, Les catholiques et la gauche., Paris, Maspero, 1960, p.115.

11Entretien avec G . Montaron, Paris, 1990.

12Valentine Gauchotte, Les catholiques en Loraine et la guerre d’Algérie., Paris, L’Harmattan, 1999, pp.28-30. Jean-Jacques Gauthé, « Jean Muller, un rappelé témoin à charge. », Histoire du Christianisme Magazine , mars 2001, n°6.

13« De la pacification à la répression, le dossier Jean Muller », Cahiers du Témoignage Chrétien, XXXVIII, p.5

14Sa mort a donné lieu à certaines spéculations. Le bruit avait couru que J. Muller aurait été « exécuté sur ordre de ses chefs parce qu’il était un témoin embarrassant », op. cit., p. 144.

15« A El Esnam, sur la route d’Alger à Constantine, où sont cantonnés un escadron du 5e Chasseurs d’Afrique, puis un autre du 19e Chasseurs, « il existe une “cage” pour suspects. Il s’agit d’un trou creusé dans le sol, de 5 à 6 mètres de profondeurs sur 4 mètres de large et 8 à 10 mètres de long. Le dessus est grillagé avec du fil barbelé, avec un endroit libre pour permettre aux suspects d’être descendus par une échelle dans ce trou. Les effectifs varient suivant le résultat des opérations locales, de 10 à 60 hommes. Il n’existe aucune protection contre le soleil ou les intempéries. Dans la journée, les suspects sont employés à divers travaux et redescendus le soir, dans ce trou ». Henri Alleg, La guerre d’Algérie, T. 2, Paris, Temps actuels, 1981, p.161.

16Cahiers de Témoignage Chrétien, XXXVIII, op. cit., pp. 14-15.

17Idem.

18Ce qu’a écrit H. Alleg, à propos des rappelés communistes, s’appliquait à tout initiateur d’une action contraire à la logique de la guerre. « Tout d’abord, ils sont éparpillés et se retrouvent assez nombreux pour s’entraider. Quand l’un a la volonté de faire « faire quelque chose », il doit déployer, avec beaucoup de précautions, des efforts immenses pour vaincre l’hostilité, les préjugés, ou seulement l’indifférence, le conformisme de ses compagnons. Et la hiérarchie militaire, à tous les échelons, veille. Le militant identifié est isolé, menacé, brisé par des brimades, voire froidement exposé à la mort… ». Henri Alleg, idem., p 266.

19Michel Winock, La République se meurt, Seuil, Paris, 1978, p. 156.

20Résistance Algérienne , du 10 au 31 mars 1957, n° 24-25.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *