Augustin d’Hippone, témoin des difficultés du pouvoir impérial en Afrique

Par Thomas Villey, professeur agrégé d’histoire, docteur en histoire ancienne de l’Université de Caen Normandie et membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM) (UMR 8584). Il collabore par ailleurs depuis 2017 à la Bibliographie analytique de l’Afrique antique.

La révolte de Gildon

Personnages historiques et auteurs anciens :
Gildon, Heraclianus, Boniface, Honorius, Valentinien III,  Firmus, Stilichon, Claudien, Théodose, Nebridius, Flacilla, Théodose Ier, Arcadius, Eutrope, Domitius Alexander, Mascezel, Optat de Timgad, Orose

Noms géographiques :
Milan, Ravenne, Ammaedara / Haidra, Théveste / Tebessa, Ardalio, Timgad

Mots latins et titres d‘oeuvre en latin :
comitatus, limitanei, limes, De Bello Gildonico, pars Orientis, Contra litteras Petiliani, Contra Cresconium, Contra epistulam Parmeniani, gildonianus, satelles, societas Gildoniana, invidia

Gesta cum Emerito, par. 9, éd. M. Petschenig / trad. G. Finaert, BA 32, p. 474-477 :

Coepit agi, ut damnati de basilicis pellerentur. interpellantur iudices, interpellantur proconsules, in iudicum allegatur episcopale Bagaiense concilium. Dicuntur haeretici, demonstrantur damnati, impetrantur iussiones. Auxilia congregantur, uenitur ad eiciendos de basilicis homines damnatos et in sua pertinacia constitutos. Illis condemnatis populi qui fauebant restiterunt, ubi non potuerunt uicti sunt, in locum eorum qui uicti sunt et expulsi alii ordinati sunt.

« […] On fit des démarches pour faire expulser les condamnés de leurs basiliques. On en appelle aux juges, on en appelle aux proconsuls, on invoque devant le tribunal le concile épiscopal de Bagaï comme preuve. On les dit hérétiques, on prouve qu’ils ont été condamnés, on demande des ordonnances, on rassemble des troupes de secours et on en vient à chasser de leurs basiliques ces hommes condamnés et ancrés dans leur obstination. Les fidèles qui tenaient là à leurs évêques condamnés, firent résistance. Là où ils étaient trop faibles, ils furent battus. A la place des évêques vaincus et expulsés on en ordonna d’autres. […]»

Contra Cresconium, III, 13,16, éd. M. Petschenig / trad. G. Finaert, BA 31, p. 298-299 :

Sed iam dixi, senti de Optato quod uis ; neque enim est, unde conuincamus eum, qui non apud acta commissit, quae tamen ita commisit, ut inter Gildonis satellites praecipuus haberetur teneretur moreretur.

« Eh bien ! je l’ai déjà dit, pense ce que tu veux d’Optat ! Nous n’avons pas le moyen de confondre un homme qui n’a pas commis de méfaits établis par des actes officiels, méfaits qu’il a néanmoins accomplis de manière à se faire tenir, détenir et à mourir comme principal satellite de Gildon. »

La révolte d‘Heraclianus

Personnages historiques et auteurs anciens :
Marinus, Hydace, martyrs scillitains, Cécilianus, Marcellinus, Apringius,

Noms géographiques :
Tibre, Utriculum / Otricoli, Sabine,

Mots latins et titres d‘oeuvre en latin :
Hostis, inimicus,

Orose, Histoire contre les païens, VII, 42, 13, éd. / trad. M.-P. Arnaud-Lindet, Paris, 1991, p. 126:

Nam habuisse tunc tria milia septingentas naues dicitur, quem numerum ne apud Xerxen quidem praeclarum illum persarum regem et Alexandrum Magnum, uel quemquam alium regum, fuisse historiae ferunt.

« On dit, en effet, qu’il eut trois mille sept cents navires, effectif que n’eurent même pas, d’après les chroniques, Xerxès, ce fameux roi des Perses et Alexandre le Grand, ou encore quelque autre roi.»

Augustin, Sermo 299 D (= Sermo Denis 16), 1 :

Omni homini proximus est omnis homo. Interroga naturam. Ignotus est ? homo est. Inimicus est ? homo est. Hostis est ? homo est. Amicus est ? maneat amicus. Inimicus est? fiat amicus.

« Tout homme est le prochain de tout homme. Interroge la nature. C‘est un inconnu ? C‘est un homme. C‘est un ennemi personnel ? C‘est un homme. C‘est un ennemi public ? C‘est un homme. C‘est un ami ? Qu‘il demeure un ami. C‘est un ennemi personnel ? Qu‘il devienne un ami. »

La révolte de Boniface

Personnages historiques et auteurs anciens :
Galla Placidia, Constance III, Flavius Felix, Aetius, Prosper, Darius

Noms géographiques :
Tubunae / Tobna,

Mots latins et titres  d‘oeuvre en latin :
limes Tubuniensis, in periculis tuis, in tanta necessitate,

Augustin, Epistula 220, 6, éd. A. Goldbacher :

De quibus ut unum aliquid dicam, quis non uideat quod multi homines tibi cohaereant ad tuendam tuam potentiam uel salutem, qui, etiamsi tibi omnes fideles sint nec ab aliquo eorum ullae timeantur insidiae, nempe tamen ad ea bona quae ipsi quoque non secundum deum sed secumdum saeculum diligunt, per te cupiunt peruenire, ac per hos, qui refrenare et compescere debuisti cupiditates tuas, explere cogeris alienas ? […] Quando ergo poteris tot hominum armatorum, quorum fouenda est cupiditas, timetur atrocitas; quando, inquam, poteris eorum concupiscentiam, qui diligunt mundum, non dico satiare, quod fieri nullo modo potest, sed aliqua ex parte pascere, ne uniuersa plus pereant, nisi tu facias quae Deus prohibet et facientibus comminatur ? Propter quod uides tam multa contrita, ut iam vile aliquid quod rapiatur, uix inueniatur.

  « Pour n’en dire qu’un mot, qui ne voit que beaucoup de gens attachés à la défense de ton pouvoir ou de ta personne, quelles que soient leur fidélité envers toi et la sûreté de leurs services, désirent, par toi, arriver à ces biens qu’ils n’aiment pas, eux aussi, selon Dieu, mais qu’ils aiment selon le monde ? Car toi, qui devrais dompter et modérer tes cupidités, tu es obligé de rassasier celles d’autrui. […] Pourrais-tu donc, sans faire ce que Dieu défend en menaçant ceux qui le font, pourrais-tu, je ne dis pas rassasier, ce qui ne se peut, mais contenter de quelque manière, en vue d’épargner d’autres maux, la concupiscence d’hommes armés, dont la cupidité est excitée et la cruauté redoutable ? Car tu vois combien de débris se sont amoncelés, au point qu’il n’y a quasiment plus rien, même de peu de valeur, qui puisse être volé ! »

L‘effondrement de la sécurité publique et l‘invasion vandale

Personnages historiques et auteurs anciens :
Alypius, Julien d‘Éclane, Hésychius de Salone, Hadrianus, Genséric, Possidius de Calama, Honoratus.

Noms géographiques :
Numidie, Maurétanie Sitifienne, Sitifis / Sétif, Tobna, Gibraltar, Thiava.

Mots latins et titres d‘oeuvre en latin :
mangones, limes Tubuniensis.

Augustin, Epistula 220, 7, éd. A. Goldbacher / trad. Y. Modéran :

  Quid autem dicam de vastatione Africae, quam faciunt Afri barbari, resistente nullo, dum tu talibus tuis necessitatibus occuparis, nec aliquid ordinas unde ista calamitas avertatur ? Quis autem crederet, quis autem timeret, Bonifacio domesticorum et Africae comite in Africa constituto cum tam magno exercitu et potestate, qui tribunus cum paucis foederatis omnes ipsas gentes expugnando et terrendo pacaverat, nunc tantum fuisse barbaros ausuros, tantum progressuros, tanta vastaturos, tanta rapturos, tanto loca quae plena populis fuerant, deserta facturos ?

  « Mais que dirai-je [maintenant] de la dévastation de l’Afrique effectuée par des barbares africains sans aucune résistance, tandis que toi, tellement absorbé par tes propres affaires, tu n’ordonnes rien pour détourner cette calamité ? Qui aurait cru, qui aurait craint qu’avec Boniface nommé comte des domestiques et comte d’Afrique avec une si grande armée et un si grand pouvoir en Afrique, Boniface qui [autrefois] en tant que tribun, avec un petit nombre de fédérés, avait pacifié en les soumettant et en les chassant toutes ces tribus, l’on puisse voir maintenant les barbares aussi audacieux, avancer autant, détruire autant, piller autant et rendre déserts tant de lieux qui avaient été si peuplés. »

L‘invasion vandale

Possidius de Calama, Vita Augustini, XXX :

Quid est ergo quod in epistola tua priore posuisti? dicis enim, Si in Ecclesiis persistendum est, quid simus nobis vel populo profuturi non video, nisi ut ante oculos nostros viri cadant, feminae constuprentur, incendantur ecclesiae, nos ipsi in tormentis deficiamus, cum de nobis quaeritur quod non habemus. Potens est quidem Deus audire preces familiae suae, et haec, quae formidantur, avertere; nec ideo tamen propter ista, quae incerta sunt, debet nostri officii esse certa desertio, sine quo est plebi certa pernicies, non in rebus vitae hujus, sed alterius incomparabiliter diligentius sollicitiusque curandae. Nam si certa essent ista mala, quae timentur ne in locis in quibus sumus, forte contingant, prius inde fugerent omnes propter quos ibi manendum est, et nos a manendi necessitate liberos redderent: non enim quisquam est qui dicat ministros manere oportere, ubi jam non fuerint, quibus necesse sit ministrare

« Or que dites-vous dans votre précédente lettre ? – je vous cite – : « S’il faut demeurer dans nos Églises, je ne vois pas en quoi nous pouvons être utiles au peuple ou à nous-mêmes, sauf à voir des hommes tomber sous nos yeux, des femmes violées, des églises incendiées et nous-mêmes nous évanouissant dans les tortures lorsqu’on cherche à nous faire donner ce que nous n’avons pas. » Mais c’est que Dieu est puissant pour entendre les prières de sa maisonnée et détourner ce dont on a peur. Et d’ailleurs il ne doit pas y avoir, à cause de suites incertaines, un abandon certain de notre poste, sans lequel c’est pour la communauté une perte certaine, non pas tant pour les biens de cette vie mais de l’autre, dont il faut nous soucier avec un soin et une attention incomparablement plus grands. De fait, si ces malheurs, dont on craint qu’ils ne se produisent aux endroits où nous nous trouvons, étaient certains, tous ceux en faveur de qui il faut ici rester seraient les premiers à s’enfuir, et ils nous libéreraient de l’obligation de rester ; car il n’est personne pour affirmer que les serviteurs doivent rester alors même que ceux qu’ils doivent servir ne sont plus là ! »

Possidius de Calama, Vita Augustini, 30 (= Epistula 228) :

  Quid est ergo quod in epistola tua priore posuisti? dicis enim, Si in Ecclesiis persistendum est, quid simus nobis vel populo profuturi non video, nisi ut ante oculos nostros viri cadant, feminae constuprentur, incendantur ecclesiae, nos ipsi in tormentis deficiamus, cum de nobis quaeritur quod non habemus. Potens est quidem Deus audire preces familiae suae, et haec, quae formidantur, avertere; nec ideo tamen propter ista, quae incerta sunt, debet nostri officii esse certa desertio, sine quo est plebi certa pernicies, non in rebus vitae hujus, sed alterius incomparabiliter diligentius sollicitiusque curandae. Nam si certa essent ista mala, quae timentur ne in locis in quibus sumus, forte contingant, prius inde fugerent omnes propter quos ibi manendum est, et nos a manendi necessitate liberos redderent: non enim quisquam est qui dicat ministros manere oportere, ubi jam non fuerint, quibus necesse sit ministrare

  « Dans la brève période qui suit, par l’effet de la puissante volonté divine, une immense troupe, armée de divers traits et entraînée aux combats, où se mêlaient Alains et Vandales, ces ennemis monstrueux, accompagnés du peuple des Goths et d’individus de divers autres peuples, déferlèrent en Afrique avec leurs vaisseaux venus des régions outre-mer d’Espagne, se ruèrent sur elle et, traversant toutes les terres de Mauritanie en direction des autres régions et provinces qui sont les nôtres, sévissant de toute sa cruauté et sa férocité, dévasta tout ce qu’elle put par pillage, massacres, supplices divers, incendies et autres horreurs inombrables et indicibles, n’épargnant aucun sexe, aucun âge, ni même les prêtres ou autres ministres de Dieu, ni même les ornements des églises, édifices ou instruments du culte.

Possidius de Calama, Vita Augustini, XXX (texte latin)

Videbat enim ille homo Dei civitates excidio perditas, pariterque cum aedificiis villarum habitatores, alios hostili nece exstinctos, alios effugatos atque dispersos; Ecclesias sacerdotibus ac ministris destitutas, virginesque sacras et quosque continentes ubique dissipatos; et in his alios tormentis defecisse, alios gladio interemptos esse, alios in captivitate, perdita animi et corporis integritate ac fidei, malo more ac duro hostibus deservire; hymnos Dei et laudes de ecclesiis deperisse, aedificia ecclesiarum quam plurimis locis ignibus concremata, solemnia quae Deo debentur de propriis locis desiisse sacrificia, sacramenta divina vel non quaeri. vel quaerenti qui tradat non facile reperiri; in ipsas montium silvas et cavernas petrarum et speluncas confugientes, vel ad quasque munitiones, alios fuisse expugnatos et interfectos , alios ita necessariis sustentaculis evolutos atque privatos, ut fame contabescerent; ipsosque Ecclesiarum praepositos et clericos, qui forte Dei beneficio vel eos non incurrerant, vel incurrentes evaserant, rebus omnibus exspoliatos atque nudatos egentissimos mendicare, nec eis omnibus ad omnia quibus fulciendi essent subveniri posse […]. Et se inter haec mala cujusdam sapientis sententia consolabatur, dicentis: Non erit magnus magnum putans, quod cadunt ligna et lapides, et moriuntur mortales.

Possidius de Calama, Vita Augustini, XXX (traduction française) :

« Car cet « homme de Dieu » avait sous les yeux des cités se mourant dans leur ruine, les fermes saccagées en même temps que leurs habitants, les uns subissant le sort réservé aux ennemis, les autres mis en fuite et dispersés, les Églises privées de leurs prêtres et ministres, les vierges consacrées et toutes personnes vouées à la continence partout dispersées, et, parmi elles, les unes expirant dans les supplices, d’autres passées au fil de l’épée, d’autres captives, asservies sous la dure et méchante loi de leurs ennemis, après la perte de l’intégrité de leur âme et de leur corps en même temps que de leur foi ; les hymnes et louanges à Dieu évanouies des Églises, les lieux de culte anéantis par les flammes dans de très nombreux endroits, les sacrifices solennels dus à Dieu abandonnés aux lieux où ils se célébraient, les sacrements délaissés ou difficiles à trouver pour qui cherchait quelqu’un qui pût les administrer ; les gens réfugiés jusque dans les forêts sur les montagnes et les cavernes et grottes de pierre ou n’importe quel lieu protégé, ou bien toutes les places fortes dont les uns avaient été chassés et tués et les autres si bien écartés et privés de l’indispensable subsistance qu’ils s’en consumaient de famine ; quant aux responsables des Églises et aux clercs qui, par la grâce de Dieu, ou bien ne les avaient pas rencontrés ou bien, s’y étant trouvés, leur avaient échappé, ils étaient spoliés de tous leurs biens et mendiaient, nus et complétement démunis sans que l’on pût leur accorder à tous tous les secours dont il fallait les soutenir. […] Au milieu de ces malheurs, [Augustin] se consolait avec la sentence de ce sage qui affirmait : « Ce n’est pas être grand que de regarder comme grand un écroulement de bois et de pierre et la mort de mortels !»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.