Lire à nouveau le 410 à travers des sources littéraires et juridiques

Par Angelo di Berardino, professeur de patrologie à l’Institut de patristique augustinien (Augustinianum) à Rome

La situation italienne est vraiment désastreuse à partir des années 401-402, au moment où Alaric fait son apparition sur le sol de la vallée du Pô.

Nous pouvons reconstruire l’histoire des événements de ces années, mais ce qui est difficile à reconstruire, c’est la panique, les inquiétudes, les angoisses, les questions religieuses, la vie vécue par les célibataires, les familles, les villes, les groupes. Petite expérience enfant: à l’automne 1943, les Allemands ont également voyagé vers le nord en direction de mon pays; terrible expérience: ils ont tout réquisitionné, les gens, les animaux, le blé; nous vivions à la campagne en grande compagnie, mais la vie était difficile. On peut imaginer lorsqu’une très grande population hétérogène (enfants, femmes, aînés, guerriers, esclaves fugitifs, etc.) s’est déplacée d’un endroit à un autre et n’a rien d’autre à manger et à s’habiller, sinon ce qu’ils ont pillé sur place, alors seulement on réalise l’infinie souffrance de la population locale. C’était un peuple qui ne travaillait pas, il ne semait pas, il ne récoltait pas, mais il devait se nourrir. Ce qu’il ne pouvait faire qu’en pillant et en tuant ceux qui défendaient ses propres affaires. Comme nous le savons, les guerriers, même de nos jours, lorsqu’il existe des contrôles de la presse et des conventions internationales, commettent tant d’abus de toutes sortes ; alors ils étaient absolument impunis.

Pour mieux comprendre le sac de Rome de 410, trois observations préliminaires.

a). «Les Wisigoths de Fritigern et Alaviv organisent un grand déplacement dans l’Empire romain car en 376, ils tentent d’échapper à la menace des Huns ». Bataille de Adrianople (Edirne, Tourqie) 378. Les Romains signent un traité de fédération qui installe les Wisigoths en Mésie, 382

 b). La guerre entre Théodose et Eugène, et la bataille de la rivière froide ou bataille du Frigidus a eu lieu du 5 au 6 septembre 394. Quelques mois après la victoire, Théodose mourut à Milan. Les armées romaines occidentale et orientale se détruisent et la défense de l’empire est affaiblie. Les conséquences seront terribles.

De plus, la victoire de Théodose du 6 septembre 394 sur Eugène, dans la bataille de Frigidus, était vue par les chrétiens comme une conséquence d’une intervention divine en faveur de l’empereur chrétien. Ce qui était une bataille normale entre un usurpateur et l’empereur légitime a rapidement pris la connotation de guerre de religion. Ambroise commence à répandre l’idée que Théodose était victorieux pour l’aide divine.

c). Alaric, roi des Wisigoths (395) et première invasion de l’Italie (400-403)

Les Wisigoths, commandés par Gainas, avaient participé à la bataille de Frigidus; aussi Alaric; où beaucoup de Wisigoths étaient morts. Stilicon renvoya les Wisigoths sur leur territoire sans remplir les promesses de Théodose. Les Wisigoths se rebellent et Alaric est choisi comme chef et occupent la Grèce. Alaric est Dux per Illyricum.

401.18 novembre – Les Wisigoths, conduits par le roi Alaric Ier, traversent les Alpes et envahissent le nord de l’Italie. «Alaric marche sur l’Italie et en dévaste toute la partie nord, avant d’être arrêté de nouveau par Stilicon, le 6 avril 402 (Pollentia). Stilicon n’extermine pas les troupes d’Alaric, espérant peut-être en faire des mercenaires.

403 Après une autre défaite à la bataille de Vérone, June 403, Alaric quitte l’Italie pour revenir en Illyrie.. À cause de son invasion, l’empereur quitte Rome en 402 et la capitale de l’empire d’Occident passe de Milan à Ravenne.

Alaric, magister militum per Illyricum, un général de l’armée romaine

d). 406 Les Goths de Radagaise proviennent de l’ouest des Carpates, au nord du Danube, à l’est de la province romaine de Pannonie. Forcés à la promiscuité par la présence des Huns près de fleuve, ils préférèrent risquer une migration dans les frontières de Rome que d’affronter la horde d’Uldin. Cependant, pour vaincre Radagaise, Stilicon avait du dégarnir une partie des frontières rhénanes de ses troupes. Radagaise est obligé de se retirer dans les collines de Fiesole. Là, il tente de s’échapper, mais est capturé par les Romains. 23 août – Radagaisus est exécuté. 12 000 “barbares” sont incorporés dans l’armée romaine ou vendus comme esclaves.

« Le 31 décembre 405 ou 406 ap. J.-C., une forte gelée prend dans les eaux du Rhin, permettant à un large contingent de Vandales, Alains, Suèves, de le franchir et d’envahir les provinces des Gaules, sans trouver de fait aucune opposition jusqu’à l’Hispanie »

408 Une politique anti-barbare se répand contre les barbares de l’armée et contre Stilicon. Le promoteur de la rébellion contre Stilicon était Olimpius, qu’il avait protégé. Olimpius est ensuite devenu magister officiorum, à la tête de nombreuses activités judiciaires, puis a été déposé et renommé pour quelques mois. Stilicon était allé à Ravenne, avait été arrêté et tué le 22 août 408 par ordre de Olumpius.

À la mort de Stilicon, un mouvement anti-barbare s’est déclaré : les soldats romains présents dans les villes ont tué les femmes et les enfants des barbares ; ils pillent leurs biens.

 Tous les hauts fonctionnaires ont été changés. Il ne s’agissait pas seulement de tuer un personnage, mais aussi de changer de politique, celle qui a été célébrée par le poète Claudien. De plus, il y a eu un changement de politique religieuse en Occident, qui est devenu plus rigoureux contre les hérétiques et les païens.

En conséquence, les soldats barbares décident de s’associer à Alaric, qui se trouvait alors encore dans le Noricum (Autriche). Le roi Goth demande ensuite de conclure un traité de paix moyennant le versement d’une somme : deux otages (y compris Aèce); il serait resté à Pannonia et à Noricum (Alaric a toujours eu l’idée de vouloir une haute position romaine; un territoire pour son peuple; Aèce était déjà un otage; il devait maintenant avoir 18 ans en 408). Selon Zosime, deux solutions: a) faire la paix; b) faire la guerre en organisant l’armée dirigée par Sarus, un général habile qui avait aussi des barbares.

Le parti anti-barbare était alors trop fort pour accepter toute solution impliquant des personnes d’origine barbare. Après la mort de Stilicon, les communications entre les autorités impériales et le monde barbare ont été rapides. Alaric, entre fin septembre et début octobre, entra en Italie avec une population très composite et se dirigea rapidement vers Rome, alors que tout le stock de céréales n’était pas encore dans la ville, sans s’attarder et sans trouver Une sérieuse résistance jusqu’à Rome.

Ici, Alaric a bloqué le Portus Augusti (Porto), où il y avait des granges, pour affamer Rome. Honorius n’a pas pris les mesures nécessaires pour éviter ce qui se passait. La population romaine souffrait maintenant d’une terrible faim, accompagnée de l’épidémie de peste, de la volonté de manger n’importe quoi (voir Jérôme, Ep. 127.12). Alaric a fait des demandes exorbitantes pour lever le siège. Finalement, un accord a été conclu pour que la somme soit payée (Jérôme Ep. 123,16,1), en prenant également les bijoux des statues et quelques statues. Des otages de la famille impériale ont également été livrés.

À la fin de 408, Alaric se retira en Étrurie. L’’évêque de Rome, le pape Innocent, était membre de la deuxième ambassade du sénat romain à Honorius pour demander de respecter les engagements pris avec Alaric. Peut-être y a-t-il eu des critiques sur ce voyage de l’évêque romain, qui n’était pas présent au moment du pillage de Rome, mais il était bien protégé à Ravenne. Orose se charge de le défendre de ces accusations, considérant son départ et son absence comme un fait providentiel (Historiae 7,39,2). Après une tentative infructueuse de solution à Rimini entre Jovius et Alaric, ceci se dirigea de nouveau vers Rome, envoyant également des évêques comme ambassadeurs auprès de l’empereur pour rechercher un accord. Quand cette nouvelle tentative échoua, Alaric assiégea de nouveau Rome à l’automne 409, en répétant le stratagème du siège de 408. Maintenant, les Romains, espérant ne pas être sauvés de Ravenne, s’empressèrent de traiter directement avec Alaric, qui tentait de les prendre à son côté contre Honorius. À Rome, à la fin de l’année 409, Priscus Attalus fut acclamé empereur, alors préfet de la ville, avec l’accord d’Alaric, qui fut à son tour nommé magister militum. Attale a été baptisé par un évêque goth et arien sur l’ordre d’Alaric (Sozomen 9,9,1) et a procédé à la nomination de hauts fonctionnaires, dont le païen Lampadius, préfet du prétoire et favorable aux païens et aux chrétiens. Alaric s’installe dans le nord de l’Italie et demande à Attalus d’envoyer une armée en Afrique pour vaincre Eraclianus, fidèle à Honorius. Quand il a refusé, Alaric l’a déposé au cours de l’été 410 et est resté son otage. «Mais aucun accord n’est conclu, bien que les prétentions d’Alaric se bornent désormais à la possibilité pour son peuple de stationner entre l’Autriche et la Carinthie». Attaqué par Sarus, il est retourné à Rome, qu’il a assiégée et facilement conquise et laissé filer pendant trois jours (24h25, 26 août 410).

Des sources littéraires et surtout des sources archéologiques permettent de reconstituer le chemin destructeur traversé par l’armée d’Alaric : incendies, pièces de monnaie fondues au sol et reconstructions postérieures.

Le 24 août 410, les Wisigoths d’Alaric ont facilement pénétré dans la porte Salaria. Peut-être que quelqu’un a ouvert la porte. Ils ont commencé le pillage qui a duré trois jours (24-27 août): ils ont traversé Horti Sallustiani; le Collis Quirinalis; Thermes de Constantin (Quirinalis); Temple de la paix; ils sont arrivés à Trastevere; ils ont notamment pillé le Forum romain et l’Aventin; le Celius; ils sont partis pour Porta San Sebastiano sur l’Appia. Dans ces quartiers de Rome, ils ont pillé autant qu’ils le pouvaient. Même dans certaines églises, comme à San Giovanni in Laterano. «il y a eu des prises d’otages, parmi lesquels on trouve même la sœur d’Honorius, Galla Placidia; il y a eu des viols; il y a eu plusieurs incendies, et de grandes spoliations dues surtout aux esclaves qui s’étaient échappés de Rome après le premier siège et s’étaient unis par milliers à Alaric ». Une inscription célèbre rappelle un diacre médical qui avait été kidnappé et s’était occupé des ravisseurs ; puis il est retourné à Rome.

Alaric avait donné l’ordre de respecter les basiliques et les personnes qui s’y étaient réfugiées. L’ordre n’était pas toujours observé : l’armée d’Alaric n’était pas compacte – tous n’étaient pas Wisigoths ou tous Ariens – mais elle était composée de non-chrétiens, d’esclaves fugitifs cherchant à se venger, etc. elle était une armée non bien réglementée et organisée. Orose écrit : Athaulf «quand une abondante expérience lui eut démontré que les Goths ne pouvaient en aucune manière obéir à des lois à cause de leur barbarie effrénée, et qu’il ne convenait pas à un état de supprimer les lois, los sans lesquelles un état n’est un état » (Historiae 7,436).

Jérôme, qui connaissait quelques-uns fugitifs de Rome et était donc bien informé, écrit que les côtes africaines étaient encore plus cruelles, à cause de Eraclianus, le comes Africae, qui était avare et vraiment cruel, qui aimait le vin et l’argent. Un vrai tyran qui a vendu des filles africaines syriennes à des marchands (voir Ep. 130.7). Proba, poursuivant la générosité familiale, protégeait les vierges et les veuves de iniqua mammona.  Le jugement de Jérôme sur Eraclianus est très sévère, car il a profité des fugitifs et des naufragés. La ville de Rome – et on peut aussi penser à d’autres villes italiennes – a subi une importante diminution de la population suite à l’invasion d’Alaric, en raison de la mort et de la fuite. Après son départ définitif d’Italie, une partie de celle-ci est revenue à Rome, qui a maintenant besoin d’importations alimentaires supplémentaires. 

Augustin: «Dans l’ultime défaite de Rome, toutes les ruines, tous les meurtres, les saccages, les incendies, les désolations ont été produits par ce qui arrive habituellement en guerre, mais ce qui est advenu de nouveau, d’inhabituel, c’est que la barbarie la plus féroce est apparue débonnaire, au point qu’ont été choisies et désignées de très vastes basiliques pour être remplies par des gens qu’il fallait sauver; et là, dans ces basiliques, personne ne pouvait être tué, personne ne pouvait être capturé; là, des ennemis compatissants pouvaient amener un grand nombre de gens pour qu’ils soient libérés; là, dans ces basiliques, personne ne pouvait être capturé et fait prisonnier, fût-ce par des ennemis cruels. Et cela, nul n’ignore qu’il faut l’attribuer au nom du Christ […]; c’est Lui qui a admirablement attendri, freiné, apaisé des âmes si farouches et si cruelles, Lui qui avait prédit, il y a très longtemps, par la bouche du Prophète: “Je punirai leurs iniquités par la verge et leurs péchés par la trique, mais je ne les priverai pas de ma miséricorde”» ( De civitate Dei I, 7).

Troisième partie.

Tvetan Teodorov, La Peur des barbares : Au-delà du choc des civilisations, Il écrit: “La peur des barbares est ce qui menace de faire de nous des barbares. Et le mal que nous ferons sera plus grand que ce que nous craignions de souffrir. L’histoire enseigne : le remède peut être pire que la maladie. Les totalitarismes se sont présentés comme un moyen de guérir la société bourgeoise de ses vices, mais ils ont donné vie à un monde plus dangereux qu’ils n’ont combattu “.

a). La perspective religieuse de l’interprétation de l’événement.

Le pillage de Rome par Alaric déclenche la guerre des interprétations des causes du désastre.

Laissant de côté le récit historique, il ressort des sources qu’il y avait aussi une autre bataille, non sanglante au sens strict, mais non moins animée et généralisée. Nous n’avons que des échos de ce contraste, qui devait être quotidien parmi les interlocuteurs et non seulement parmi les intellectuels et les fidèles à la religion traditionnelle. Une bataille religieuse entre les différentes composantes de cette société, à présent majoritairement chrétienne. Les auteurs contemporains ont recherché les causes des catastrophes et des invasions dans le domaine religieux. Tout d’abord entre les païens et les chrétiens, qui n’ont pas enquêté autant sur les explications politiques, économiques et militaires que les événements religieux et surtout le pillage de Rome en 410. Les païens ont accusé la faute des chrétiens, qui, avec l’abandon du culte traditionnels, ils avaient causé la colère des dieux.

Dans la tradition romaine, les lecteurs de l’Énéide pouvaient se rappeler la destruction de Troie, due au fait que les dieux étaient partis: Virgile, 2,351-352: excessere omnes, adytis arisque relictis, di, quibus imperium hoc steterat; ils ont tous déserté les autels et quitté les sanctuaires, les dieux qui avaient maintenu notre empire ;

Les dieux avaient été négligés dans les cultes publics financés par l’argent public, et maintenant leur indignation était déchaînée. Comme la grandeur de Rome dépendait de sa religiosité, sa ruine avait maintenant une origine religieuse. Solution: il fallait retourner au culte public pour éviter les catastrophes. Pour les chrétiens, en revanche, il s’agissait d’une punition divine assortie d’un objectif correctif: une invitation pressante à se convertir et à changer les coutumes.

« Augustin lui-même le dit (De civitate Dei 1,1) et l’explique dans les Retractationes: «Rome fu détruite sous le coups de l’invasion des Goths que conduisait le roi Alaric: ce fut un grand désastre. Les adorateurs d’une multitude de faux dieux, que nous appelons ordinairement les païens, s’efforcèrent de faire retomber ce désastre sur la religion chrétienne et se mire à blasphémer le vrai Dieu avec plus d’âpreté et d’amertume que d’habitude. C’est pourquoi, brûlé du ‘zèle de la maison de Dieu’ je décidai d’écrire contre leurs blasphèmes ou leur erreurs les livres de La Cité di Dieu » (2,43) ».

En bref, les deux courants de pensée ont attribué la situation à une punition divine. De plus, le genre d’accusations était très traditionnel dans un environnement païen. L’apologétique chrétienne, à partir du deuxième siècle, s’est engagée à apporter des réponses.

Dans le nouveau contexte de la fin du quatrième siècle, les objections traditionnelles venaient des païens, mais beaucoup de chrétiens normaux avaient des doutes et des difficultés. Les païens et les chrétiens se sont retournés. Certains accusaient les chrétiens de leur méchanceté et considéraient que les païens étaient responsables des catastrophes causées par leurs vices et leur idolâtrie. Le Dieu chrétien protégeait ses fidèles. Cipriano avait déjà écrit dans Ad Demetrianum, au milieu du troisième siècle, que les catastrophes étaient un avertissement divin et une invitation à changer de vie. Il en va de même pour Eusèbe de Césarée, à la suite d’un tremblement de terre survenu dans la ville, conséquence de la colère divine qui a mis en garde et invité à la conversion.

Même le clergé était gêné, surtout les moins instruits. L’interprétation religieuse païenne était traditionnelle dans l’accusation des chrétiens de tous les malheurs survenus. Même le clergé ne savait parfois pas quoi dire aux païens et aux fidèles. Le porte-parole de cette sensibilité est la lettre qu’un certain prêtre de l’époque, Victorianus, a écrite à Augustin. La lettre n’est pas conservée, mais la réponse d’Augustin (Ep. 111). Le pauvre Victorianus ne savait pas quoi répondre aux objections des autres chrétiens concernant les catastrophes, les meurtres et les dévastations. La lettre d’Agostino date de 409, juste avant le sac de Rome. Mais les mauvaises nouvelles de la péninsule balkanique, de la Gaule et de l’Italie ont également atteint l’Afrique avec les fugitifs, qui pourraient être sauvés. Augustin écrit: “Le monde entier est affligé par tant de fléaux, qu’il n’existe pratiquement aucun pays où des dévastations telles que celles que vous avez exposées dans votre lettre ne se sont pas accomplies et ne se sont pas plaint.

  1. b) L’émergence de l’asile dans les églises, même s’il a parfois été violé.

Asile dans les églises. Le refuge dans l’église (ad ecclesiam confugere), pour échapper à la police et à une autre situation dangereuse, s’affirmait lentement au cours du quatrième siècle. L’asile consistait à accueillir et à protéger quelqu’un dans un lieu considéré comme sacré : c’était la qualité particulière de cet endroit qui devait garantir la sécurité de ceux qui le souhaitaient. Mais parce que cette qualité spéciale était respectée par les autorités civiles ou militaires, elle devait être reçue par la conscience des personnes impliquées et sa transgression entraînait diverses conséquences, telles que la peur de commettre un sacrilège pour le caractère sacré du lieu.

Le caractère sacré des bâtiments n’a été reconnu pour la première fois par les autorités impériales qu’en 395 (CTh 16,2,29, voir 16,2,31, sur la violation des églises en tant que telles, Sirmondiana 14: crime de sacrilège).

Durant ces années, l’asile dans l’église est très répandu et pratiqué, même s’il n’est pas toujours observé. Au cours de ces années d’invasions et de luttes civiles, les malheureux, chrétiens et païens, ont eu recours en dernier recours aux églises chrétiennes comme lieu de salut et de protection. Les informations sur l’asile ne proviennent pas seulement de sources chrétiennes, mais également de sources païennes. Maintenant, les sources en parlent quand de grandes personnes sont impliquées, très peu dans le cas de personnes normales. Dans les événements liés au sac de Rome, nous parlons souvent de la pratique consistant à se réfugier dans l’église, dans l’espoir du salut, par des personnages célèbres ou même des gens ordinaires.

  1. c) Une nouvelle vision de la virginité, du viol et du suicide.

Les chrétiens se sont demandé comment les barbares pouvaient abuser des vierges sacrées et des veuves. Ne sont-ils pas protégés par le Dieu chrétien ? Augustin également l’intention de consoler et d’aider ces personnes : « Je l’ai fait surtout pour consoler les saintes femmes, chastes et pieuses, victimes de la part de l’ennemi d’un attentat qui a mis à une douloureuse épreuve leur pudeur, sans leur enlever leur inébranlable pureté. Il fallait leur éviter d’avoir des remords de vivre, puisqu’elles ne pouvaient pas avoir le remords d’une faute » (De Civ. Dei 2,2).

Le viol était un abus profond pour les femmes mariées et honnêtes, et une grande honte, irréparable. Ce n’est pas, comme on le considère aujourd’hui, un abus de la dignité de la femme en tant que personne humaine, mais une atteinte à l’honneur du civis romain. L’abus d’une fille esclave n’avait pas la même gravité. Pendant le pillage, les matrones romaines avaient été maltraitées ; leur honneur a été détruit. Ce qui restait pour le sauver en quelque sorte sinon du suicide. Le viol de femmes avait non seulement eu lieu à Rome et dans ce cas seulement, mais c’était un fait habituel à cette époque du mouvement continu des populations barbares.

L’approche chrétienne n’était traditionnellement pas très différente. Augustin connaît bien la situation et les plaintes et solutions qui ont circulé pour surmonter l’angoisse personnelle, le déshonneur public et la culpabilité des chrétiens et des chrétiens, qui pensaient avoir commis un péché très grave et irréparable. Surtout ceux qui ont investi tout leur engagement ascétique dans la virginité ou le veuvage, comme un grand mérite devant la communauté chrétienne et devant Dieu. L’angoisse et la détresse personnelles étaient très fortes dans ce contexte de valeurs, alors que la pastorale chrétienne, la spiritualité et l’exaltation de la virginité physique étaient au centre de l’enseignement épiscopal. Ils étaient une valeur énorme et une gloire et une splendeur de corps et d’esprit.

Des femmes, après avoir été violées lors du pillage, ont pensé se suicider pour honte, déshonneur et péché. Le suicide comme geste pour prouver son innocence. Augustin revient plusieurs fois sur le sujet, mais aborde en particulier dans le premier livre de la Cité de Dieu une réflexion subtile et rigoureuse qui influera sur la doctrine à venir. La solution augustinienne a marqué un changement de doctrine par rapport au passé et a influencé l’histoire future de l’Occident. Le principe fondamental est comme il écrit “est donc fermement établi que la vertu morale de la conscience règne dans les membres du corps et que le corps devient saint à cause de l’attitude d’une volonté sacrée. Si la volonté reste inflexible en permanence, toute action qu’un autre accomplit au moyen du corps ou dans le corps, si elle ne peut être évitée sans péché, ne peut être imputée à celui qui la subit. Mais dans le corps d’un autre, on peut accomplir un acte qui produit non seulement de la douleur mais aussi du plaisir. Chaque acte de cette espèce, bien qu’il ne détache pas la modestie s’il est conservé avec une âme inébranlable, frappe néanmoins la modestie. Mais ne croyons pas que ce qui aurait pu se passer sans la volupté de la chair se produisit aussi avec la volonté de l’esprit” (De civ. Dei 1,16).

La vertu est donc un bien spirituel et non une impureté corporelle contractée d’une manière ou d’une autre et indépendante de la volonté. Chaque péché est un acte volontaire. le consentement personnel est requis.

Ceux qui avaient tendance à se suicider avaient de leur côté une tradition de saints martyrs, qui avaient préféré se donner la mort, au lieu de subir la honte du viol. Même sans les mentionner, Augustin le sait (De civ. Dei 1,26); Pour lui, le martyre est un don de Dieu. C’est pourquoi tout suicide doit être rejeté (De patientia 13.10). Mourir n’est autorisé ni par peur du martyre, ni pour laver un déshonneur, car le péché n’existe que dans l’âme (De civ. Dei 1,19 et 28), ni par peur du péché (De civ. Dieux 1,25 et 27), ni pour la peur de ne pas atteindre le salut. Si le suicide est interdit même après avoir subi des violences, a fortiori par crainte d’une possible violence non certaine (De civ. Dei 1,18; De morib. Etc. 17,55).

Ambroise et Chrysostome ont tous deux une conception trop physique de la virginité, qui doit être défendue à tout prix; sous-tend l’idée traditionnelle de l’honneur et sa valeur suprême. Sa conservation est préférable à une mort volontaire. Plusieurs pères, comme Eusebius de Césarée et Eusebius d’Emesa, approuvent la mort souhaitée au lieu de subir le déshonneur. Carlo Nardi affirme que “le concept de martyre volontaire est un conditionnement culturel du stoïcisme, une transcription chrétienne du suicide stoïcien”.

d) L’enterrement des morts lors du siège de 408/409. Il y a eu beaucoup de décès dus à la maladie, à la faim et à des raisons naturelles. Il était interdit d’enterrer les morts dans l’enceinte de la ville ; il était impossible de transporter le corps des morts hors des murs et ils sont donc enterrés à l’intérieur des murs auréliens. De cette manière, la séparation traditionnelle entre la ville des vivants et la ville des morts est surmontée.

c). Beaucoup de citoyens romains ont fui de Rome; certains sont de retour; d’autres étaient des prisonniers. Le dépeuplement progressif de l’Urbe commence. En un siècle, Rome devient une ville de quelques dizaines de milliers d’habitants.

Alaric s’est dirigé vers le sud. Il mourut près de Cosenza et fut enterré dans la rivière Busento. Il fut remplacé par Ataulfo, qui garda Attalus et Galla Placidia, sœur de l’empereur Honorius, en otages et les conduisit en Gaule.

Conclusion. Le jugement sur les deux personnages qui, dans ces années-là, mettent l’Italie au feu, Radagaise et Alaric, est différent dans l’historiographie chrétienne contemporaine. En commençant par Orosius, qui s’exprime ainsi: “deux peuples des Goths qui sévissaient dans les provinces romaines avec leurs rois les plus puissants: dont un (Alaric), chrétien et plus semblable à un Romain et, comme les faits enseignés, doux dans le massacre de la peur de Dieu; l’autre, païen barbare et vraiment scythe, qui n’aimait pas tant la gloire et la proie que la cruauté insatiable du massacre “(Histoires 7,37,8s). La différence religieuse affecte l’évaluation historique de ce qu’ils ont fait et l’interprétation de leurs actes. Le sac de Rome en 410 et les événements presque contemporains nous font comprendre l’évolution du rapport de forces dans le contexte politique, les ambitions, les haines, les souffrances immenses causées aux populations lors des raids de nombreuses tribus errant dans des régions riches et pacifiques de l’Empire romain, mais il y a aussi d’autres changements sociaux et religieux auxquels nous sommes confrontés. Des valeurs qui se dégradent et des valeurs qui prennent place même dans la continuité d’une certaine mentalité. Le providentialisme chrétien est étroitement lié au païen, même s’il présente une autre perspective : les deux côtés d’une conception des malheurs et des victoires. Les chrétiens vont au-delà de la civitas terrena, à la fois parce qu’ils se tournent vers la civitas éternelle et qu’ils accordent une attention particulière à l’individu placé à une certaine temps et dans un certain espace. La valeur religieuse de l’édification du culte est affirmée dans la conscience commune et est largement utilisée, parfois inutile et inefficace, comme refuge du salut, mais elle est en même temps violée, même avec des serments non tenus: parjure et fausses promesses. Agostino élabore avec le grand travail de la Cité de Dieu une théologie de l’histoire à laquelle le christianisme occidental est resté débiteur: une valeur, même marginale, est la transformation du concept d’honneur, qui est intériorisé et spiritualisé. Le péché n’est pas un caporal mais une tache spirituelle. Le suicide, également commis pour affirmer de grandes valeurs, n’est jamais justifié et, sur le plan spirituel, il s’agit d’un grave péché. Ce n’est que plus tard qu’il est transformé en crimen et donc punissable par l’État.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.