De Tlemcen à Tombouctou : La Médersa en Algérie et en Afrique occidentale 1850-1950

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 25 février 2016

Samuel Anderson,Université de Californie – Los Angeles

Entre 1850 et 1950, l’administration française en Algérie soutenait à Alger, à Constantine et à Tlemcen trois Médersas officielles délivrant un enseignement dit « franco-musulman » dont le but était de former des Algériens aux fonctions de cadi, d’imam et de mouderrès. Les medérsiens, étudiants des Médersas, constituaient un groupe particulier de l’élite colonisée par le fait même qu’ils recevaient une instruction dans une « double culture ».

L’institution de la Médersa française a été introduite également dans les pays musulmans de l’Afrique occidentale colonisés par la France – Sénégal, Soudan français et Mauritanie, et s’y est développée de manière différente.

En apportant un éclairage renouvelé sur les histoires croisées des Médersas et des medérsiens en Algérie et en Afrique occidentale, la conférence interrogera le concept de Médersa et son projet de « domestication » de l’islam algérien et ouest-africain.

Samuel Anderson est doctorant en histoire africaine à l’Université de Californie à Los Angeles, UCLA. Depuis 2013, il poursuit ses recherches dans les archives et bibliothèques en Algérie, en France, au Sénégal et en Mauritanie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.