Production du sel solaire chez les saliniers de Feraoun – Béjaïa

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le lundi 21 décembre 2015

Farida Bakouri, Archéologue

La caractéristique principale de l’économie en Kabylie est la mise en valeur du sol.Du fait que celui-ci est pauvre, les paysans de cette région ont développé des stratégies leur permettant d’assurer une diversification des ressources en dehors de l’arboriculture, l’agro-pastoralisme et le jardinage. Souvent dans les villages de montagne, des opportunités se présentent grâce à la présence d’une ressource permettant une production agricole qu’on peut qualifier de non conventionnelle, à l’exemple de l’activité salicole dont il est question dans ce travail.

La saliculture a été possible en raison de l’existence de sources d’eau salée résurgentes dans deux villages, Ichekabène et Ait Ounir de la tribu des Ihedjajdène, relevant de la commune de Feraoun, situées au sud de la wilaya de Béjaïa. Les Imellahène, une communauté réunissant trois villages ont en fait leur spécialité, d’ailleurs le nom par lequel ils sont désignés à l’échelle régionale signifie « les producteurs de sel, ou saliniers ».

C’est de cette filière qu’il sera question. Ses aspects techniques et son cadre d’intervention spatial et temporel saisonnier seront abordés ; on suivra son déroulement telle qu’elle est conduite par ses agents, « les agriculteurs du sel – ifelahène e lemlèh ».

La relance de la production saisonnière est soutenue par deux dispositifs tant festifs qu’organisationnels, à savoir la thiwizi et l’ouzi3a, des mécanismes incontournables que la communauté sollicite en prévision de la conduite de toute œuvre collective en Kabylie, actionnant l’entraide et le partage collectif, sans déroger à l’obligation de référer à la protection des saints locaux.

L’activité est pénible et sollicite la force physique. En parallèle le matériel technique utilisé est rudimentaire, façonné localement par les artisans vanniers, les techniques de production sont toutes aussi élémentaires. Le sel issu de la saumure est tributaire des éléments atmosphériques (soleil et énergie éolienne) nécessaires à l’évaporation, la matière première exposée au soleil se concentre dans des bassins de décantation puis précipite lors d’un processus d’une durée de trois jours, les cristaux de sel se forment et sont levés en tant que produit prêt à la consommation; immédiatement la récolte suivante est lancée de la même façon: en déversant de la saumure puisée du bassin réservoir dans les cristallisoirs.

Farida Bakouri, archéologue de formation, occupe le poste de Conservateur du patrimoine culturel au Musée National du Bardo d’Alger. Elle est chargée des collections ethnographiques du monde rural et saharien.

Illustration : Tas de sel – a3eramu- après la récolte sur la saline de Ait Ounir. Photo services de l’APC de Feraoun; wilaya de Béjaïa. 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.