Un « lac » français : La navigation à vapeur, l’Algérie et la Méditerranée, 1830-1930

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le 25 septembre 2014

John Perry, Doctorant – Ohio State University

Au cours du premier siècle de la colonisation française en Algérie, la navigation à vapeur a mis le joyau de l’empire colonial français à un jour de voyage seulement de la métropole. En 1830, la flotte navale à voile a fait la traversée de 700 kilomètres en trois semaines, retardée par les orages.

Dans les années 1840, le premier service postal à vapeur a traversé la Méditerranée en 48 heures. En 1888, le premier paquebot a fait le trajet Marseille-Alger en 24 heures. Grâce à la navigation à vapeur et la proximité de l’Algérie avec la France, la Méditerranée n’est plus considérée comme une mer qui sépare l’Europe des pays « Barbaresques », mais comme un « lac » qui rattache la France à l’Afrique du Nord.

Les paquebots méditerranéens des compagnies de navigation comme la Transat (French Line), la Navigation Mixte (CNM) et les Transports Maritimes (SGTM)[1] constituent l’objet de ma thèse de doctorat. Le remplacement de la voile par la vapeur a transformé la navigation maritime au long du 19e siècle. Les ports agrandis, les dépôts de charbon, les compagnies de navigation et les interconnexions avec les chemins de fer ont formé un réseau méditerranéen connecté par la technique et centré autour du paquebot comme instrument de la domination coloniale. Les coûts des paquebots et du charbon ont réorganisé la navigation maritime au profit de l’émergence de compagnies de navigation subventionnées par les conventions postales signées avec l’État. Ces conventions ont déterminé les itinéraires, les vitesses et les fréquences entre la France et l’Algérie. Grâce à ces subventions, les paquebots et les compagnies de navigation ont combiné les missions de service public à leurs fonctions commerciales.

Sur cette base technologique, les paquebots ont contribué à créer l’imaginaire d’un lac français en Méditerranée, anticipé en 1832 par l’ouvrage de Michel Chevalier, Système de la Méditerranée et prolongé au milieu du 20e siècle, avec la publication de La Méditerranée de Fernand Braudel. Cet imaginaire de l’époque coloniale revêt toujours une grande importance. Les itinéraires empruntés par tous ceux qui transitent aujourd’hui entre l’Algérie et la France ont leurs racines dans l’univers des paquebots du 19e siècle et l’héritage colonial français.

Doctorant à Ohio State University, John Perry s’intéresse à l’histoire des technologies dans l’empire colonial français et particulièrement en Algérie. Son mémoire de licence, Schemes to Develop French Africa : The Transsaharan Railway, présenté en 2009 à l’University of Delaware, étudie le projet ferroviaire du Transsaharien. Il rédige son mémoire de master en 2011 à Ohio State University sous le titre Marrying the Orient and the Occident : Shipping and Commerce between France and Algeria, 1830-1914. Inscrit en doctorat dans la même institution, il poursuit ses recherches sur l’histoire de la navigation à vapeur en Méditerranée. Sa thèse de doctorat, From Sea to Lake : Steamships, French Algeria, and the Mediterranean, 1830-1930, examine les connexions entre la navigation et l’histoire de l’Algérie coloniale et la création d’un « lac français » en Méditerranée. Alice Conklin et Christopher Otter sont ses directeurs de recherche.

[1] La Transat – Compagnie générale transatlantique ; CNM – Compagnie de navigation mixte ; SGTM – Société générale des transports maritimes à vapeur

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *