La musique andalouse comme formation sociale : Étude d’anthropologie historique

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mardi 10 juin 2014

Jonathan Glasser, Anthropologue – College of William and Mary – USA

« Dans cet exposé, j’entends montrer l’utilité et les défis de l’étude de la musique andalouse maghrébine en tant que phénomène social, en particulier dans sa dimension algérienne depuis la deuxième moitié du 19ème siècle jusqu’à nos jours.

Par l’exploration du milieu de ses maîtres et des mélomanes dans les villes d’Alger, de Tlemcen, et de leurs satellites musicaux en Algérie et au Maroc, il s’agit de comprendre les bases sociales de la musique andalouse, resituée dans ses divers genres d’expression. Nous nous intéressons également à la logique du projet dit de « rénovation » de cette musique autour du centenaire.

Penser la musique andalouse sous un tel angle nous permet d’aborder la question de sa production et de son public sans perdre de vue les débats relatifs à son identité, débats inhérents à sa pratique sociale ».

Anthropologue, historien et musicien, Jonathan Glasser est actuellement professeur-assistant d’anthropologie au College of William and Mary à Williamsburg en Virginie (USA).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *