Les Services sociaux comme moyen de guerre. Les Foyers sportifs de l’armée française dans la guerre d’indépendance algérienne, 1957-1962

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 5 juin 2014

Terrence Peterson, Doctorant en histoire – University of Wisconsin-Madison

Face à un conflit révolutionnaire grandissant en Algérie, l’armée française a cherché des outils de type révolutionnaire pour prendre en main la population civile.

Pour la jeunesse algérienne, ce dispositif était le Foyer Sportif : un centre encadré par des moniteurs militaires avec pour but d’entraîner, d’encadrer et d’éduquer la jeunesse non-scolarisée d’Algérie. Si les activités des foyers semblaient à priori apolitiques, leur but ne l’était pas. Inquiet du fait que le manque d’emploi et d’éducation civique conduisent les jeunes musulmans à l’oisiveté, à une morale décadente, ou pire, à un engagement dans la lutte nationaliste, les chefs du Bureau du Combat Psychologique de l’armée espéraient pouvoir utiliser le sport comme un outil qui façonnerait physiquement, socialement, et culturellement les jeunes Algériens. Ces dirigeants estimèrent qu’en inculquant aux jeunes Algériens des valeurs telles que le fairplay et le travail d’équipe, et en leur donnant une éducation civique, les Foyers Sportifs transmettraient un enseignement autrement plus important : une fidélité inconditionnelle à l’Etat français.

Elément des programmes de guerre psychologique en Algérie, les Foyers Sportifs essayaient de réduire les différences entre ‘Musulmans’ et ‘Européens’ par l’enseignement de comportements et de normes sociales françaises. Ainsi, selon les officiers du bureau psychologique, l’armée pouvait résoudre définitivement le défi nationaliste en créant un rapprochement entre les populations colonisatrices et colonisées et fonder une « Algérie Nouvelle » égalitaire et utopique.

Cette intervention explore les activités des Foyers Sportifs, l’un des moyens de l’armée pour maintenir l’état colonial en Algérie. L’aide à la population, les terrains de sport, et les services sociaux de l’armée française – agiraient comme un champ de bataille.

Terrence Peterson est doctorant en histoire à l’Université de Wisconsin-Madison, aux Etats-Unis, où il écrit une thèse intitulée « Le Corps musulman pacifié: guerre psychologique et action sociale dans la guerre d’Algérie ». Boursier Fulbright en France pour l’année 2012-2013 et enseignant dans le Département d’histoire, ses recherches portent sur le rôle du corps dans la construction des identités nationales, et le rôle joué par les institutions de l’armée française dans le processus de décolonisation en Algérie. Parmi ses prochaines publications, un article sous le titre « La question juive et le péril italien : Vichy, Italie, et les juifs de Tunisie, 1940-1942 » sera publié dans le Journal of Contemporary History à l’automne 2014.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *