« Ils ont des droits sur nous » La primauté de l’ancien combattant et le système colonial dans l’Algérie de l’entre-deux-guerres

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le lundi 5 mai 2014

Dónal Hassett, Institut Européen Universitaire – Florence

« Ces Français que nous fûmes contraints de jeter dans la bataille, ils ont des droits sur nous ». Les paroles du Président du Conseil, Georges Clemenceau, prononcées devant l’Assemblée Nationale le 20 novembre 1917, deviennent emblématiques de la relation d’obligation qui liait les anciens combattants et l’État dans l’entre-deux-guerres.

En France métropolitaine, les débats autour de la définition et la démarcation de ces droits sont longs et acharnés. En Algérie, juridiquement une partie intégrale de la France, le contexte colonial sert à rendre le débat autour des droits des anciens combattants encore plus compliqué.

Ma présentation aborde l’histoire d’un mouvement trans-communautaire, l’Amicale des Mutilés et Anciens Combattants du Département d’Alger, qui regroupait des anciens combattants Européens et indigènes dans une seule organisation revendicative. Elle se focalise sur les efforts des cadres (presque tous d’origine européenne) qui tentent de réconcilier leur soutien pour la revendication principale du mouvement des anciens combattants, la primauté de l’ancien combattant, avec la réalité du système colonial, fondée sur la primauté raciale de l’Européen. De plus, elle considère la façon dont les contradictions qui sous-tendent le discours des dirigeants de l’Amicale créent un espace dans lequel des acteurs indigènes peuvent articuler leur propre discours revendicatif et politique. Dans cette année du centenaire de la Grande Guerre, cette présentation veut offrir un point de départ pour une discussion plus vaste des séquelles de ce conflit mondial en Algérie.

Dónal Hassett est un chercheur irlandais qui prépare une thèse à l’Institut Européen Universitaire sous la direction du Professeur Ann Thomson (ancien maître de conférences à l’Université d’Alger). Sa recherche est centrée sur l’évocation de la Grande Guerre dans les débats politiques de l’Algérie de l’entre-deux-guerres. Il a reçu sa licence et sa maîtrise en Etudes Européennes au Trinity College de Dublin où il était « scholar ». Ses travaux recouvrent l’histoire coloniale, la décolonisation et l’Extrême Droite en France.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *