Le Génie militaire français et la production des villes coloniales

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 24 avril 2014

Boufenara Khedidja, Architecte Urbaniste – Université de Annaba

La thèse de Mme Boufenara, intitulée Le rôle du génie militaire dans la production des villes coloniales en Algérie, s’inscrit dans le récent regain d’intérêt pour le patrimoine architectural et urbain colonial et sa revalorisation dont témoignent un certain nombre de publications universitaires.

Ce travail trouve son fondement dans la recherche historique relative aux armées, aux militaires et à leur rôle dans les implantations urbaines, notamment dans le pourtour méditerranéen. Ainsi l’étude de l’Empire romain révèle-t-elle une stratégie de peuplement et d’urbanisation de l’Afrique du nord qui inspire les Français pour leur établissement en Algérie dès 1830 en matière d’architecture et d’urbanisme.

L’armée française dispose en Algérie d’une arme très efficace : le Génie militaire. Dès la conquête, l’édification de places fortes s’impose. Et sitôt la décision prise d’implanter une colonie de peuplement, ces implantations prennent de l’ampleur ; elles concernent dans un premier temps les casernements puis les établissements sanitaires, qui par leur caractère monumental, constituent des éléments architecturaux imposants dont l’impact est considérable sur les villes de Annaba et de Constantine, lesquelles relèvent ici de notre champ d’étude. L’édifice architectural et sa fonction ont ainsi des effets structurants sur les villes par les percements, les alignements, les ouvertures, les portes, les extensions, …

Défense et protection contre les maladies ont été le leitmotiv des militaires français pour installer et accompagner la colonisation. Il en ressort des stratégies d’occupation et une stratégie d’acteurs dont les militaires avaient la maîtrise et qui ont grandement contribué à la production des villes algériennes telles qu’on les connait aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *