Quand les Algériens lisent Camus

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le lundi 14 avril 2014

Amina Azza Bekkat, Université de Blida
Afifa Bererhi, Université Alger 2
Christiane Chaulet Achour, Université de Cergy-Pontoise
Bouba Mohammedi Tabti, Université Alger 2

Certains y ont sans doute pensé… mais elles, elles l’ont fait ! Elles ont choisi de concrétiser l’idée : faire le recensement le plus exhaustif possible de ce que les Algériens ont écrit sur Camus. Avec ces plus de deux cent noms recensés et près d’un millier de contributions diverses, ce livre a l’ambition de sortir la fameuse association, « Camus et l’Algérie », de l’amateurisme ou de certitudes au pays et hors du pays : véritable dossier qui permet de retrouver mais aussi de découvrir.

Ce recensement, presque toujours commenté et avec plus d’une dizaine de textes reproduits intégralement, est suivi de lectures des principaux textes de Camus : l’enquête en Kabylie, le 8 mai 45, La peine de mort, la question du terrorisme, le « premier » homme, etc.

Et en écrin précieux à l’ouvrage publié chez Casbah Editions, le magnifique portrait de Camus par Denis Martinez, à lui seul, une lecture algérienne de l’écrivain, né à Mondovi en 1913. Professeurs d’université, en exercice ou à la retraire, Amina Azza-Bekkat, Afifa Bererhi, Christiane Chaulet Achour et Bouba Mohammedi-Tabti, ont toutes étudié et enseigné l’œuvre de Camus. Elles vous feront part, lors de cette conférence, de l’aventure passionnante que fut la confection de cet ouvrage et les prolongements qu’il peut avoir.

Amina Azza Bekkat est professeure de littérature à l’Université de Blida. Sa recherche est essentiellement axée sur les littératures africaines. Elle est l’auteure de Clefs pour la lecture des récits en collaboration avec Christiane Achour aux Editions du Tell en 2003, d’une étude de critique littéraire sur l’œuvre de Mohammed Dib, avec Afifa Bererhi en 2004. Elle a publié plusieurs ouvrages sur les littératures africaines, dont Regards sur les littératures d’Afrique à l’OPU en 2006, l’anthologie Lire l’Afrique aux Editions du Tell en 2009 et en janvier 2014, l’étude critique du roman de Tierno Monenembo, L’ainé des orphelins, aux éditions Honoré Champion. Elle prépare la publication du Dictionnaire des auteurs algériens de 1990 à 2010 chez Chihab Editions.

Afifa Bererhi est docteur honoris causa de l’Université de Valencienne et professeur de littérature française et francophone à l’Université Alger 2. Ses centres d’intérêts recouvrent le domaine des contacts de cultures. Elle a collaboré à de nombreux projets de recherche internationaux suivis de publications, dont l’ouvrage collectif Albert Camus et les lettres algériennes : l’espace de l’interdiscours, publié par l’Université d’Alger en 2007. Outre ses fonctions pédagogique et scientifique, elle est directrice de rédaction de la revue de l’Université Alger 2, ’’Réflexions et perspectives’’ / ‘’Kalim’’ nouvelle série, après avoir dirigé la collection Auteurs d’hier et d’aujourd’hui aux éditions du Tell.

Christiane Chaulet Achour est actuellement professeur de littérature comparée et francophone et chercheuse au Centre de Recherche Textes et Francophonies qu’elle a dirigé de 2002 à 2009, à l’Université de Cergy-Pontoise. Elle a enseigné à l’Université d’Alger de 1967 à 1994. Elle a publié de nombreuses études sur les littératures du Maghreb et sur celles de la Caraïbe. Ses recherches portent en particulier sur les écritures des femmes. Elle s’est aussi intéressée aux écrivains de l’Algérie coloniale, de l’Indochine et de l’Afrique sub-saharienne. Dans ce cadre, elle a beaucoup travaillé sur Albert Camus dont elle sonde, depuis sa thèse, son rapport à l’Algérie et aux écrivains algériens.

www.christianeachour.net

Bouba Mohammedi Tabti est professeure au Département de Français de l’Université Alger 2. Elle a enseigné la littérature française, Camus, entre autres auteurs, et francophone, s’intéressant tout particulièrement aux rapports qu’entretient la littérature avec l’Histoire aussi bien en France qu’en Afrique et aux Antilles, ainsi qu’aux littératures féminines. Sa thèse porte sur la littérature algérienne des années 80. En dehors d’articles sur ces sujets, elle est l’auteure d’un ouvrage sur Maïssa Bey paru aux éditions du Tell et d’un ouvrage sur Sembène Ousmane aux éditions Champion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *