La « malikisation » du Touat : un exemple de diffusion et d’implantation du malikisme en milieu saharien

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mardi 11 mars 2014

Élise VOGUET, Docteur en Histoire – Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Le Touat, région du sud-ouest algérien (qui regroupe le Touat à proprement parler, le Gourara et le Tidikelt) fut, à partir du XIIIe siècle, le véritable carrefour des routes transsahariennes reliant le Maghreb et le bassin méditerranéen aux empires de l’Afrique sub-saharienne.

S’il est évident que c’est par ces routes que s’est faite la « mâlikisation » du Sahara, reste à en étudier les processus et les modalités.

Il faut en premier lieu s’attarder sur l’imbrication des pouvoirs politiques, du commerce et des idéologies religieuses à travers la lutte pour le contrôle de ces voies sahariennes. Le destin des oasis du Touat fut d’abord lié à celui de Sijilmassa et des Mérinides même si la région avaient également d’importants rapports avec les ‘Abdelwadides de Tlemcen, rapports qui vont être renforcés à la fin du XIVe siècle après la destruction de Sijilmassa. Au sud, les souverains africains qui entendaient garder la main sur le commerce de l’or ont également joué un rôle important dans le développement des réseaux marchands mais aussi dans la concurrence entre mālikisme et ibadisme. Ce sont évidemment les enjeux commerciaux qui motivent ces compétitions mais elles sont imbriquées à d’autres enjeux d’ordre idéologique.

Il faut ensuite étudier le réseau des juristes, la circulation du savoir mais aussi les positionnements politiques des hommes de droit, et l’adaptation du fiqh aux situations locales.

Un bon exemple est fourni par le débat juridique qui eut lieu à la fin du XVe siècle au sujet du statut légal des synagogues du Touat. L’étude de cette polémique et de la jurisprudence locale (qui se constitue à partir du XVIe s.) permet de mettre en relief les connections du Touat aux centres d’élaboration du mālikisme mais aussi d’étudier les soubassements du madhab au Touat et son élaboration perméable aux conditions socio-économiques et politiques de la région.

Il faut enfin se pencher sur les phénomènes du maraboutisme et du chérifisme et sur leur rôle dans la sunnisation du Touat. Dès le XIVe siècle on voit surgir différents walī (Saint) puis à la fin du XVe se multiplier zawiyas et lignages de mrabtīn (marabouts) venus de Fès ou de Tlemcen. Les juristes sont affiliés aux confréries et la tradition hagiographique confond la mémoire des oulémas à celle des saints locaux. A partir du XVIe le phénomène du chérifisme vient s’associer à cette fusion (confusion ?) des élites religieuses et va contribuer à définitivement ancrer le mālikisme au Touat.

Docteur en Histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne – thèse de doctorat intitulée Entre réalités sociales et constructions juridiques, le monde rural du Maghreb central à travers les Nawāzil Māzūna (à paraître aux Publications de la Sorbonne), Mme Elise Voguet est chargée de recherches à la section arabe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT/CNRS) et enseigne à l’Université Paris IV. Elle travaille sur les espaces ruraux notamment par l’étude des recueils de jurisprudences mālikites et est porteuse d’un projet ANR pluridisciplinaire sur le Touat. Elle prépare la publication d’un ouvrage collectif sous le titre Terroirs d’al-Andalus et du Maghreb médiéval : peuplements, ressources et sainteté à paraitre aux éditions Bouchène. En 2011, elle a codirigé l’ouvrage La légitimation du pouvoir au Maghreb médiéval. De l’orientalisation à l’émancipation politique paru aux éditions Casa de Velázquez.

http://cnrs.academia.edu/EliseVoguet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *