Rire là où ça fait mal : Humour et Histoire dans les spectacles de Fellag

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 10 octobre 2013

Sandra Rousseau, Université Penn State – États-Unis – Invitée par le FIBDA

Et si l’Algérie et la France pouvaient à nouveau se rencontrer pour la première fois ?

À la lumière du concept de « performative encounter » tel qu’il est développé par Mireille Rosello, j’analyse deux spectacles du comique Mohammed Fellag. L’étude de Djurassique bled (1998) et de Le dernier chameau souligne le caractère décisif de l’humour dans la mise en place de la ‘rencontre performative’. Mon travail propose que la réécriture de l’histoire proposée par Fellag crée une nouvelle manière d’envisager la coexistence des peuples algériens et français, et permet une annihilation de la distance qui sépare ces mêmes communautés, dans la salle et au-delà. Mon analyse des deux spectacles repose sur deux aspects fondamentaux de la performance : l’utilisation d’une langue hybride et la subversion de l’histoire officielle qui révèle une réflexion sociopolitique sur la construction des mémoires communautaires.

Sandra Rousseau est étudiante de troisième cycle à l’Université Penn State aux États-Unis. Elle complète une thèse intitulée « Le rire de la mémoire : les relations franco-algériennes et la mémoire populaire comique (1954-2012) ». Son travail interroge l’intersection des concepts d’humour, de mémoire et de culture populaire et tente de conceptualiser les particularités de la mémoire comique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *