Contrôler l’information : l’administration française, la société coloniale et l’actualité internationale en Algérie, 1881-1939

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 26 septembre 2013

Arthur Asseraf, Doctorant – All Souls College – Université d’Oxford

Bien loin du cliché d’une société renfermée sur elle-même, les Algériens sous domination française s’intéressent activement à l’actualité internationale et la comparent à leur situation locale.

L’historiographie de l’Algérie coloniale s’est focalisée sur les rapports entre l’Algérie et la France métropolitaine, mais quels rôles ont joué les événements extérieurs sur la société algérienne?

Pour répondre à cette interrogation, on peut esquisser les multiples pratiques de consommation de l’information (écrites et orales) en Algérie coloniale. Pratiques que l’administration française, terrorisée par l’idée d’une subversion extérieure des « indigènes », essaie de contrôler avec plus ou moins de succès. Dans une colonie de peuplement, la circulation de l’information emprunte des chemins complexes qui suivent les inégalités de la société coloniale: tout le monde n’a pas le droit de savoir la même chose.

De la guerre mahdiste au Soudan égyptien en 1884-5 à la guerre civile espagnole dans les années 30 en passant par le conflit turco-grec ou le mouvement indépendantiste indien, l’actualité internationale joue un rôle ambigu: espace de critique indirecte de la colonisation française et zone sous haute surveillance qui inspire la répression et les théories du complot les plus extravagantes. Profitant des peurs de l’Etat colonial, les acteurs politiques apprennent à utiliser son potentiel subversif à leur avantage. S’appuyant à la fois sur les archives coloniales et la presse francophone et arabophone produite en Algérie, il est donc possible de délimiter les rapports qui lient les différents groupes de la société coloniale au monde extérieur.

Arthur Asseraf est doctorant en histoire globale à l’Université d’Oxford et « fellow » à All Souls College. Sa thèse porte sur les usages de l’information extérieure en Algérie coloniale. En outre, il prépare actuellement plusieurs articles sur les comparaisons entre les Etats-Unis et l’Algérie et sur les députés algériens en France sous la Cinquième République. Plus largement, ses travaux tâchent de replacer l’histoire de l’Algérie coloniale dans l’histoire globale de la colonisation de peuplement.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *