Exposition photographique : lisières – j’irai voir la Casbah

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 6 juin 2013

Maude Grübel, Photographe – Diplômée de l’Académie de la Photographie de Munich – Staatliche Fachakademie für Fotodesign München

Abed Abidat,Photographe

Diplômée de l’Académie de la Photographie de Munich (Staatliche Fachakademie für Fotodesign München), Maude Grübel vit à Marseille depuis 2006.

Dans son travail artistique elle mène une réflexion sur notre intime mémoire, l’évanescence et les relations temporelles – éléments qui façonnent notre identité réelle ou fictive. De père allemand et de mère française de Tunisie, son travail s’inscrit dans un territoire entre l’Europe et le Maghreb. Ses œuvres sont exposées en France et en Allemagne. Elle encadre régulièrement des ateliers de photographie destinés à différents publics.

Lisières présente le premier volet d’un projet à long terme qui est déterminé par les allers – retours entre les territoires algériens et marseillais. Dans un univers d’images poétiques, les photographies prises en Algérie cherchent à confronter la notion d’entre-deux et ouvrent un espace sur une réalité bipolaire où mémoires fantômes, présences – souvenances et oublis – s’entremêlent.

“Lisières mouvantes. J’observe les signes de ses déploiements et redéploiements – frontières extérieures visibles et barrières intérieures invisibles – lignes imaginaires et obstacles à surmonter. J’enregistre ce que les lieux semblent accepter de me dévoiler, tentée d’en extraire une compréhension de l’instant et je décris la vie à travers le vide et l’absence.”

Le projet Lisières est une coproduction avec Les Bancs Publics / Les Rencontres à L’Échelle Marseille. Avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Algérie, du Fond Roberto Cimetta / Conseil Général des Bouches du Rhône et de la DRAC PACA (2010)

Abed Abidat se tourne véritablement vers la photographie le jour où on lui offre un appareil photographique reflex. Porté par la curiosité qui deviendra une passion, il intègre la section photographie de l’Université de Provence à Aubagne. Il compose les images dans une intention bien précise, quitte à surprendre, à étonner. Les sujets qui l’intéressent et qu’il traite sont centrés sur une société, un groupe d’individus, une famille, dans un contexte géopolitique particulier. Il en extrait les traces. Il en restitue la mémoire. Il est attaché aux origines, à ce dont l’Homme est issu. “Faire de la photographie, c’est créer du lien, conduire une enquête, c’est un prétexte pour des rencontres”. Plusieurs éditions à son actif : La série de coffrets photographiques et les deux ouvrages dans la collection Mémoire des Hommes aux éditions Images Plurielles : Chibanis, chibanias, portraits d’une génération sans histoire ? et 8 mai 1945, tragédie dans le Constantinois, Sétif, Guelma, Kherrata…

« Marseille, Quartier de la Plaine, jour de marché. « La Casbah d’Alger, la Casbah d’Alger ». J’entends ce cri d’exaltation, entre joie et désespoir, de cet homme qui exulte et que je croise et que je regarde et que je vois. Je me promets alors d’aller à Alger photographier la Casbah.

On parle souvent du quartier de la Casbah comme d’un site touristique, classé au patrimoine de l’Unesco ou comme d’un lieu insalubre et à l’abandon. Je m’y suis rendu, j’ai vu un quartier en perpétuel mouvement avec des passants et des habitants qui sortent d’on ne sait où, qui vont on ne sait où, attendent. J’ai vu un lieu vivant et entraînant. Un lieu mythique, subjuguant, j’ai voulu le montrer à ma façon. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *