De Sedrata à Ouargla : Nouvelles recherches sur l’histoire d’un carrefour saharien entre le Xe et le XIIIe siècle

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le lundi 29 avril 2013

Cyrille Aillet, Maître de Conférences – Université Lyon 2 CIHAM

Carrefour saharien majeur à l’époque médiévale, à l’instar de Sijilmasa, Warjlan a été aussi l’un des principaux foyers de culture de l’ibadisme maghrébin après la chute de Tahert (296/909).

Un site archéologique exceptionnel, Sedrata, fouillé notamment par Marguerite van Berchem entre 1950 et 1955, témoigne de cette première phase de rayonnement qui aurait connu une fin brutale avec le raid destructeur des Banu Ghaniyya au XIIIe siècle. Lieu de mémoire auréolé de légendes, Sedrata attire chaque année une ziyara pendant laquelle les participants se rendent à la tombe de « l’imam » Ya’qub b. Aflah qui, fuyant les Fatimides, se serait réfugié en ces parages lointains pour finalement mettre un terme au règne des Rustamides. Cette manifestation commémore ainsi les exils successifs de la communauté tout en célébrant un âge d’or disparu.
Hantée par l’image d’une « Pompéi des sables », la production scientifique de l’époque coloniale n’a pas su replacer le site de Sedrata dans son contexte historique. Pour sa part, l’historien polonais Tadeusz Lewicki, à qui l’on doit une étude du réseau commercial de Warjlan, n’a pas fourni d’explication convaincante à la disparition de Sedrata. Grâce à l’apport de sources nouvelles, ou peu exploitées, et d’une documentation archéologique inédite, nous avons pu reconstituer avec plus de clarté les phases principales de cette histoire régionale, tout en progressant dans la compréhension du site archéologique de Sedrata.

Cyrille Aillet (Université Lyon 2, CIHAM-UMR 5648) Maître de Conférences en histoire des mondes musulmans médiévaux à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheur au CIHAM-UMR 5648, Cyrille Aillet dirige depuis 2010 le programme de recherche euro-maghrébin « Maghribadite » (www.maghribadite.hypotheses.org), qui porte sur l’histoire de l’ibadisme au Maghreb médiéval et réunit des historiens, linguistes et archéologues. Soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche et par la Fondation Max van Berchem de Genève, ce projet se veut aussi ancré en Algérie, puisque des recherches sont actuellement menées aussi bien sur l’histoire de la capitale des Rustamides, Tahert, que sur les oasis du nord du Sahara : Mzab, Righ et Ouargla. Spécialiste de l’histoire des chrétiens en al-Andalus et auteur d’un ouvrage paru en 2010 sur Les Mozarabes : islamisation, arabisation et christianisme en péninsule Ibérique (IXe-XIIe siècle), Cyrille Aillet s’intéresse désormais à une relecture de l’histoire du Maghreb médiéval à travers le prisme d’une autre minorité, musulmane cette fois-ci : les Ibadites. Un premier volume sur la question a vu le jour en 2012, L’ibadisme, une minorité au cœur de l’Islam (consultable en ligne sur
http://remmm.revues.org/7711).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *