Une maison du fahs d’Alger : la villa Ben Smen. Étude architecturale et restitution graphique

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 12 février 2013

Asma Hadjilah, Rymel Ould Ali, Dalila Djallal-Himeur
Étudiantes en Post-graduation EPAU

Nabila Cherif, Maître de conférences – EPAU – Alger

La campagne algéroise, ou fahs d’Alger, était du temps de la Régence ottomane, parsemée de belles et grandes demeures de villégiature.

Nombre d’entre elles conservent le secret de leur histoire, mêlée à celle de leurs propriétaires : des notables autochtones, des hauts dignitaires turcs, des raïs et des hauts gradés du corps des janissaires ou enfin des consuls et diplomates européens en poste à Alger.

Les écrivains et artistes peintres du XIXe et du début du XXe siècle ont évoqué et célébré la splendeur de la campagne algéroise et de ses riches maisons. Diverses sources historiques d’époque ottomane ou des premières décennies de l’occupation française attestent de l’ampleur du patrimoine architectural résidentiel de la banlieue d’Alger, sujet qui reste peu exploré par les chercheurs. Maison de maître, dépendances, potager et verger constituaient les composantes de ces grands domaines dont le nom de Djenan (littéralement en arabe jardin) laisse imaginer l’écrin de verdure qui les entourait.

La villa Ben Smen, située dans le fahs d’Al-Qadous, localité de Hydra est une de ces anciennes demeures ottomanes, cachée au milieu de son parc et dont la présence est signalée dans les cartes de la région établies durant les premières décennies françaises. Elle est aujourd’hui la propriété de l’association catholique des jésuites.

L’histoire de cette villa, l’étude de son architecture et sa restitution graphique ont fait l’objet d’un travail de recherche mené conjointement par les étudiants de post-graduation de l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger (EPAU) sous l’égide du laboratoire « Ville, Architecture et Patrimoine » (LVAP-EPAU) et ceux de l’école d’Architecture de Paris-la-Villette. Les données historiques recueillies et les dessins élaborés au moyen de procédés précis de lasergrammétrie constituent un apport précieux à la connaissance de l’architecture résidentielle de la période ottomane dans son contexte rural.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *