Pour une histoire sociale et politique d’Alger à travers ses quartiers populaires, 1945-1962

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 7 février 2013

Jim House, Maître de conférences – Université de Leeds (Grande-Bretagne)

Cette conférence présentera des recherches en cours pour une étude comparative de l’histoire sociale et politique d’Alger et de Casablanca durant les dernières décennies de l’époque coloniale, et se focalisera sur les quartiers populaires algérois, notamment les bidonvilles.

Les bidonvilles constituent un lieu privilégié à partir duquel l’historien peut poser toute une série de questions sur la société coloniale et le déroulement du processus de décolonisation en situation urbaine. Par exemple, venus symboliser les migrations socio-économiques dès les années 1920, les bidonvilles du centre ainsi que de la banlieue algéroise montrent également l’impact considérable des migrations-refuges nées de la guerre de libération.

Le début des années 1950 voit l’émergence de différents points de vue sur les bidonvilles : ces quartiers peuvent symboliser ou bien un danger politique ou bien le signe des inégalités structurelles du système colonial. Les travaux sociologiques de l’époque montrent que chaque bidonville était différent, avec un profil démographique, sociologique et économique spécifique.

Les différentes politiques de relogement visant les bidonvilles menées à partir de 1953 – beaucoup plus ambitieuses que les précédentes – illustrent, entre autres, les tensions au sein du projet réformiste et, notamment à partir de 1957, les tensions entre réformes et répression. De telles politiques ont radicalement changé le paysage urbain (cités HLM).

Une lecture spatiale des manifestations urbaines de décembre 1960 incite à s’interroger sur certains regards sociologiques de l’époque qui considéraient les bidonvilles comme isolés du reste du tissu urbain, et à étudier les habitants des bidonvilles et des autres quartiers populaires autour comme des acteurs et actrices politiques à part entière.

Utilisant à la fois une approche « d’en haut » et une approche « d’en bas », et avec quelques renvois aux cas casablancais et parisiens, cette conférence essayera de montrer que tout comme le colonialisme, la contestation du colonialisme s’inscrivait très clairement dans l’espace.

Jim House est maître de conférences à l’Université de Leeds (Grande-Bretagne). Il est l’auteur, avec Neil MacMaster, de Paris 1961. Les Algériens, la terreur d’État, et la mémoire (Tallandier, Paris, 2008, Casbah Editions 2012, 1ère édition (en anglais) Oxford University Press, 2006).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *