Construction historique et modes de recomposition de la citoyenneté en Algérie

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 23 janvier 2013

Mohamed Brahim Salhi, Professeur en sociologie et anthropologie – Université Mouloud Mammeri – Tizi-Ouzou

La conférence abordera la question de la construction de la citoyenneté en Algérie et ses modes de recomposition, en particulier à travers les conflits identitaires et politiques.

La citoyenneté est une construction historique dont les acceptions peuvent varier et s’opposer selon les moments, les projets et les acteurs. La question centrale reste cependant celle-ci : comment être soi ? Et à partir de quels éléments définit-on l’appartenance ?

Les conflits identitaires et politiques sont des moments intenses de recomposition de la citoyenneté. Ils apparaissent comme des révélateurs de la manière dont la citoyenneté et son exercice sont formulés « par en haut », et autrement vécus « par en bas ». Il peut s’agir d’un processus d’imposition qui appelle en retour soit l’adhésion forcée, soit la contestation.

La réflexion analysera sur la longue durée les conflits et les contestations compris comme facteurs de reconstruction et/ou de déconstruction des modèles imposés, tantôt faisant droit à une citoyenneté qui réhabilite les diversités culturelles et politiques, les droits des individus et une plus grande participation aux affaires publiques, tantôt favorisant dans le contexte de crispations identitaires (religieuses, linguistiques, territoriales), une recomposition contraignante pour les individus et qui laisse sans réponse la question du vivre ensemble dans la liberté et la différence.

Le conférencier interrogera la manière dont les acteurs politiques construisent la notion de citoyenneté et à partir de quels référents. Quels sont les instruments, politiques entre autres, qui garantissent l’insertion de cette notion et comment se négocie concrètement cette insertion ?

M. Brahim Salhi, docteur d’Etat ès lettres et sciences humaines (Sorbonne Nouvelle, 2004) est actuellement professeur en sociologie et anthropologie à la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou et chercheur associé au CRASC (Oran).

Auteur d’une thèse de doctorat de 3ème cycle consacrée à la confrérie Rahmaniya et d’une thèse d’Etat portant sur le rapport société et religion avec comme terrain privilégié la Kabylie, ses travaux et réflexions s’orientent depuis une dizaine d’année sur la question de la citoyenneté et de son rapport à l’identité et aux identités. Il publie en 2010 aux éditions Achab Algérie : citoyenneté et identité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *