ENFERMEMENT

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 28 novembre 2012

Projection du film – 45mn

Anne-Marie Filaire , photographe DOCUMENTAIRE

« Mon travail photographique « ne tient pas du reportage mais s’apparente à une attitude de documentariste ».

Je m’intéresse à l’évolution des espaces et mes photographies sont majoritairement consacrées à des entre-deux, des zones tampons, des zones frontières, dans lesquelles, même si aucun habitant n’est présent, les traces de l’activité humaine saturent l’espace. Sous la forme d’un constat, [mes] images montrent avant tout la structure mouvante d’un territoire en évoquant le paysage dans sa dimension politique.

Mon travail en Israël et en Palestine a débuté en juillet 1999 à Jérusalem, un peu plus d’un an avant la deuxième Intifada. En 2004, au moment de la construction du mur, j’ai commencé à faire des relevés de terrain sur les zones frontières et je suis revenue photographier ces lieux de façon régulière pour enregistrer l’évolution des paysages. Ce travail a nécessité beaucoup de temps et c’est ce temps qui est donné à voir ici. Ces images parlent de l’enfermement, de la façon dont l’espace est investi, transformé, de la façon dont la vision est bouleversée. Elles introduisent une réflexion sur la construction et la déconstruction du regard. Elles permettent de documenter cette période où l’espace s’est fermé, de confronter ces paysages et notre regard avant, pendant et après cette fermeture.

Cette frontière entre Israël et les territoires palestiniens, matérialisée par un mur, est quelque chose de très violent. Et j’ai voulu décrire l’impact sur les territoires de la présence de ce mur construit par les Israéliens, mais aussi décrire les contenus et les formes des espaces que constituent les « zones frontières ».

J’ai décidé d’arrêter aujourd’hui ce travail. Le film « Enfermement » est un long travelling qui témoigne de ces années de fermeture des paysages particulièrement autour de Jérusalem. Ce qui y est montré c’est ce temps. Le film est une boucle. »

Anne-Marie Filaire, photographe, a mis en place un des itinéraires de l’Observatoire photographique du paysage en France à la demande du ministère de l’Environnement en 1997 et a produit pour France Culture en mars 2006, « Sanaa, 20 juillet 2005, une journée sans image ». Elle est chargée d’enseignement à Sciences-Po Paris.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *