L’Algérie, entre littérature et cinéma

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 11 octobre 2012

Madeleine Dobie, Professeure d’études francophones et de littérature comparée – Columbia University – New York

On dit parfois que le cinéma algérien a peu exploité la littérature algérienne et que seule une poignée des romans signés par les écrivains algériens a été portée à l’écran.

Dans cette conférence, Madeleine Dobie réfléchit sur la relation entre la littérature et le cinéma algériens dans ses multiples dimensions : l’adaptation des œuvres littéraires, les écrivains devenus scénaristes ou metteurs en scène, l’écriture cinématographique… Se basant sur des exemples allant de la Bataille d’Alger à Ce que le jour doit à la nuit, elle considère le pourquoi et le comment des rapprochements ou des écarts entre littérature et cinéma.

Madeleine Dobie est professeure d’études francophones et de littérature comparée à la Columbia University, New York. Son dernier livre, Une femme des Antilles dans l’espace colonial français, écrit avec Myriam Cottias, examine la vie et l’œuvre de Mayotte Capécia, l’écrivaine martiniquaise ciblée par Frantz Fanon dans Peau noire, masques blancs. Elle a également publié Foreign Bodies: Gender and Culture in French Orientalism (2001) et Trading Places: Colonialism and Slavery in 18th Century French Culture (2010). Elle travaille en ce moment sur la figure de l’otage dans les littératures et cinémas ‘français’ et ‘arabes’.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *