Perspectives nouvelles sur les Chroniques algériennes d’Albert Camus

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mardi 3 juillet 2012

Alice Kaplan, Écrivain – Professeur de littérature française –  Yale University (USA)

En 1958, quelques jours avant la naissance de la Cinquième République, Albert Camus publie un recueil de ses écrits sur l’Algérie, allant de 1939, ses années de journaliste militant à Alger républicain, jusqu’à 1957-58, les années de son désespoir face à la révolution Algérienne.

Cet ouvrage n’a jamais paru en anglais tel quel : l’enquête de Camus sur « La misère de la Kabylie », par exemple, est inconnu dans le monde anglophone. Une traduction de ces Chroniques algériennes va paraître en 2013 aux presses universitaires de Harvard. Alice Kaplan se rend donc à Alger afin de rédiger une préface pour ce volume et de discuter sur place de l’actualité d’un Camus algérien. Elle nous en fera une lecture de ces Chroniques, tout en nous présentant les défis de ce projet : comment comprendre aujourd’hui la position de Camus en 1958 ?

Alice Kaplan est professeur à Yale University aux Etats-Unis, où elle enseigne la littérature française. Ses recherches sur le vingtième siècle se situent à la charnière entre la littérature et l’histoire, entre la France et les Etats-Unis. Son dernier livre, Trois Américaines à Paris : les années parisiennes de Jacqueline Kennedy, Susan Sontag, et Angela Davis, paraîtra en octobre 2012 aux Editions Gallimard. Egalement disponible en traduction française chez le même éditeur : Intelligence avec l’ennemi: le procès Brasillach (2001) et L’interprète (2005). Alice Kaplan est aussi traductrice, notamment de Louis Guilloux et de Roger Grenier. Elle vient de publier dans le numéro de juin-juillet de la revue Critique un essai sur Malcolm X : « Malcolm, né et rêne sous X».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *