Le serpent dans les cultes africains d’après divers documents archéologiques et épigraphiques d’Algérie

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le jeudi 21 juin 2012

Valentina Porcheddu, Archéologue –  Université de Barcelone – Université de Sassari

« Le culte à un dieu serpent, protecteur, guérisseur et garant de fécondité et fertilité, est attesté en Afrique par plusieurs documents épigraphiques, archéologiques et littéraires.

Pour ce qui concerne l’Algérie de l’époque romaine, les témoignages sont les suivants : un autel de Cherchel (Caesarea) : Deo Ma(g)no Draconi s(acrum), M(arcus) Iunius Asclepiades v(otum) s(olvit) l(ibens) a(nimo) ; une dédicace d’Henchir el Hammam (Acquae Flavianae) : Numini [Ny]mpharum et Draconi ; une dédicace de Constantine (Cirta) de lecture contestée mais qui s’adresse certainement à un dieu serpent ; un bandeau frontal en argent – trouvé dans un tombeau à Oum el-Asnam, à 3 km d’Aïn-el-Ksar, sur la route de Batna – qui représente les bustes de Baal-Hammon et de Tanit Caelestis et deux colonnes autour desquelles sont enroulés des serpents ; une stèle votive d’Hippone (Hippo Regius) où un homme, debout dans une niche – tient dans sa main une lourde grappe de raisin qui vient mordre un serpent. Un document plus tardif (V s. av. J.-C), la Passio de Sainte Salsa, atteste l’existence à Tipasa de Maurétanie d’un temple ou l’on vénérait encore au début du IVe s. un serpent de bronze à tête dorée.

A travers ces documents, notre propos tentera de cerner la figure le serpent qui, non seulement fut l’objet d’un culte dans l’Afrique berbère et pré carthaginoise, mais qui, à travers les siècles, se retrouve aujourd’hui encore dans des légendes populaires du folklore maghrébin. »

Valentina Porcheddu est originaire de l’île de Sardaigne, où elle a fait ses études supérieures en Lettres Classiques. De 1995 à 2000 elle participe aux recherches archéologiques de l’Université de Sassari en Tunisie. En 2009, elle soutient sa thèse de doctorat en histoire, langues et littératures anciennes à l’Université de Bordeaux III sous le titre « Le commerce des produits rhodiens en Italie et en Méditerranée occidentale du IIIème au Ier siècle av. J. C. ». Pendant ces années, elle dirige des fouilles en Sardaigne (2000- 2005) et participe à un programme de coopération international au Maroc (2004-2005) ; elle est aussi stagiaire à l’Agence tunisienne de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle (2006), et est boursière divers centres de recherches : Ecole Française de Rome, Ecole Française d’Athènes, Casa de Vélasquez de Madrid, Centre d’études Alexandrines à Alexandrie. Elle est actuellement chercheur à la faculté d’histoire de l’Université de Barcelone.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *