1962 vu par les monuments : l’indépendance algérienne et la redistribution de l’héritage colonial symbolique.

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 20 juin 2012

Jan C. Jansen, Historien – Université de Konstanz – IRMC Tunis

« La fin de l’Algérie française en 1962 n’est pas seulement marquée par l’ « exode » massif de la population européenne (des « pieds-noirs »), les activités terroristes de l’O.A.S.

et les luttes pour le pouvoir au sein du camp algérien. Elle conduit également à une redistribution de l’héritage matériel symbolique de l’époque coloniale. Dès le cessez-le-feu du 17 mars 1962, l’armée française commence à projeter le transport des dizaines de statues et d’autres objets symboliques vers la métropole. Autrefois symboles de la présence coloniale, ces monuments se transforment, dès 1962, en héritage partagé et deviennent un enjeu majeur dans la recomposition des relations franco-algériennes.

La communication se propose de prendre cette redistribution de l’héritage symbolique colonial comme point de départ pour analyser les processus de la fin d’empire en Algérie et ses retombées. De fait, beaucoup de monuments font partie des « nation-buildings » postcoloniaux, souvent tortueux et contradictoires, en Algérie comme en France. S’appuyant sur des matériaux d’archives et des recherches de terrain en Algérie et en France, l’exposé va présenter des différentes études de cas et retracer quelques « biographies » transméditerranéennes des monuments après 1962 jusqu’à ces jours. De cette manière, elle entend éclairer les interférences locales de la période coloniale avec la période postcoloniale et s’interroger sur la signification de l’année 1962 comme une « rupture » historique. »

Docteur en histoire et spécialiste de l’histoire algérienne contemporaine, Jan C. Jansen est enseignant-chercheur postdoctoral à l’Université de Konstanz. Il est également chercheur associé à l’Institut de Recherches sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis. Ses recherches, dont il a effectué une grande partie en Algérie, portent sur les politiques commémorative dans l’Algérie coloniale, prenant la scène commémorative publique comme point de départ pour une analyse des « zones grises », des processus d’interaction et de négociation entre les différentes fractions – européennes comme algériennes – de la société coloniale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *