Algérie, France, Israël 1962-1980

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le jeudi 17 mai 2012

Échanges culturels transnationaux entre les communautés juives d’Algérie.

Sara Jay, Doctorante en histoire – Washington University

Dans les années 1960, les migrants juifs, en provenance non seulement du Maghreb mais aussi de l’ensemble des régions qui appartenaient à l’empire ottoman, ont afflué en Israël.

Les juifs d’Algérie ont alors vu leur communauté se séparer entre deux pays d’accueil. En effet, en raison de la politique coloniale française, et notamment du décret Crémieux qui a accordé la citoyenneté française aux juifs d’Algérie, une partie de la communauté juive s’est rendue en France, tandis que d’autres se sont installés en Israël. Cependant, le fait que la communauté juive soit aujourd’hui dispersée dans trois pays différents ne signifie pas que ses membres ne sont pas restés intimement liés. Grâce à des réseaux commerciaux et familiaux, les Juifs d’Algérie ont échangé entre eux non seulement des produits, mais aussi des tendances musicales, alimentaires et vestimentaires. La diffusion des modes française et algérienne en Israël et la perméabilité de la culture française aux tendances en vogue en Israël sont le témoignage de la force des liens qui relient les Juifs d’Algérie à travers la Méditerranée ainsi que de la persistance de la communauté, même après son départ d’Algérie. (Source S. Jay)

Sara Jay est actuellement doctorante en histoire à Washington University, St Louis aux Etats-Unis sous la direction du Dr. Hillel Kieval. Elle est en Algérie pour effectuer des recherches concernant sa thèse intitulée : « Falafel, Raï et Chanel : Echanges culturels transnationaux entre les communautés juives d’Algérie – 1962-1980 » dans le cadre d’une bourse de l’American Institute for Maghreb Studies et du Centre d’études maghrébines d’Oran (CEMA). Elle a précédemment mené ses recherches en France, dans le cadre du Partner University Fund en 2009 et les poursuivra l’année prochaine en tant qu’universitaire Fulbright à Jérusalem.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *