Me Pierre Popie Avocat libéral militant de l’indépendance de l’Algérie. Première victime de l’OAS.

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le lundi 7 mai 2012

Barkahoum Ferhati, Directrice de recherche – CNRPAH- Alger

Maitre Pierre Popie est cet avocat libéral qui, dés son jeune âge, prit le parti des Algériens.

Il fit partie de ces hommes et femmes dits “Libéraux d’Algérie” qui, dans un premier temps, prônèrent le rapprochement des communautés. Très vite, certains parmi eux comprirent que l’indépendance des Algériens était la seule issue. Maitre Popie ira jusqu’à exhorter les Européens d’accepter leur sort de «minorité» et sans hésitation, il annonça avec fracas que « l’Algérie Française était morte ». Son arrêt de mort fut alors signé par l’OAS, l’Organisation de l’Armée Secrète, celle des Ultras qui, en ce 25 janvier 1961, commit son premier acte terroriste.

Directrice de recherche au CNRPAH d’Alger, Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Mme Barkahoum Ferhati est docteure en Histoire et Civilisations, doctorat qu’elle a obtenu à l’EHESS sous la direction de Mme Valensi sous le titre « Lecture d’histoire sociale de la prostitution en Algérie: Le cas des femmes Oulad Naïl de Bou-Saâda ». Elle est chercheure associée au CHSIM/EHESS-Paris et professeure associée à l’ESBA, Ecole supérieure des Beaux Arts d’Alger. Sa recherche est axée notamment autour de la question de la femme et du genre.Ses travaux portent aussi sur la Guerre d’Algérie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *