Les mosquées d’Alger : Construire, gérer et conserver (XVIe-XIXe siècles)

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 25 avril 2012

Samia Chergui, Docteur en histoire de l’art – Université Paris-Sorbonne – Directrice de l’École de conservation du patrimoine – Alger

« La ville d’Alger, qui avait atteint sa forme finale vers la fin du XVIIe siècle, ne demeurait guère figée.

Son dynamisme ne se traduisait plus par le lancement de grands chantiers de construction mais plutôt par l’entretien perpétuel du cadre bâti existant. Il se manifestait aussi dans la consolidation des fortifications et enfin dans la construction, restauration ou rénovation occasionnelle des édifices majeurs, notamment religieux. L’exploitation de la documentation habūs, presque entièrement inédite, servira à appréhender les moyens déployés pour la prise en charge des bâtiments en cette période déterminante. Accompagné de recherches philologiques et de prospections in situ, ce travail a permis d’abord d’inventorier et de localiser de manière à peu près définitive l’ensemble des édifices religieux ayant existé au début du XIXe siècle, à la veille de la colonisation et des bouleversements majeurs subis par la ville d’Alger. Il représente surtout un apport substantiel et nouveau à la connaissance du domaine du bâtiment à l’époque ottomane, dans une province périphérique de l’Empire. D’où son intérêt, qui réside principalement dans l’identification des mécanismes de construction, de gestion et de conservation du patrimoine architectural, notamment religieux et habūs. » (source : Samia Chergui, Les mosquées d’Alger. Construire, gérer, conserver (XVIe-XIXe), Paris, PUPS, 2011)

Architecte, docteur en histoire de l’art (thèse de doctorat « Construire, gérer et conserver les mosquées en al-Djaza’ir ottomane (XVIe–XIXe siècles) sous la direction de M. Barrucand, Université Paris-Sorbonne, 2007), Samia Chergui est maître de conférences en histoire de l’architecture et directrice de l’École de conservation et de restauration des biens culturels d’Alger.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *