Les cultes aux dieux guérisseurs dans le Maghreb antique

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 30 novembre 2011

A l’ occasion de la parution de son livre : Esculape et Hygie en Afrique. Recherches sur le culte guérisseur. 2011

Nacéra Benseddik, Historienne et archéologue – Ecole de conservation du patrimoine – Alger

« A partir de Rome, le culte d’Esculape a gagné toutes les régions dominées par celle-ci. Des confins du Sahara à l’Ecosse et de l’Atlantique aux bords de la Mer Noire, on s’est adressé à Esculape, à Hygie, aux deux ensemble pour conserver ou rétablir sa santé. Parmi les provinces latines de l’Empire, l’Afrique mérite une mention particulière en raison du degré de popularité que le culte guérisseur y a atteint. Par sa situation géographique et par les fluctuations de son histoire, cette région de l’Empire fut le lieu de rencontre d’influences multiples, tant orientales qu’occidentales. Ainsi, des cultes venus de divers horizons, au cours de différents flux migratoires, y ont été célébrés côte à côte, avec un succès plus ou moins grand, se mêlant parfois à des cultes locaux et produisant de nouvelles religions: divinités berbères, phéniciennes, gréco-romaines, orientales ont été honorées séparément, mais elles ont également, avec le temps, été affectées par des emprunts, des associations, des assimilations qui ont produit, selon un processus syncrétiste bien admis maintenant, des dieux typiquement africains. L’Afrique est alors apparue comme un cas privilégié pour l’étude du ou plutôt des syncrétismes (d’assimilation, d’association), le champ d’une interprétation des cultes sémitiques (qu’en plusieurs cas il vaudrait mieux dire punico-libyques, car ils étaient déjà le fruit d’un mélange antérieur) sous une forme romaine. Quand il n’est pas grec, Esculape peut ainsi y être soit le produit de la fusion entre le dieu importé et le dieu phénicien, soit celui du mélange entre le premier et des génies berbères pourvus de pouvoirs guérisseurs, soit encore un mélange des trois, l’Eshmun punique assumant lui-même l’héritage de croyances antérieures à son arrivée. » (source N. Benseddik)

Illustration : Statuette d’Esculape jeune, Volubilis, Musée archéologique de Rabat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *