L’émergence du monothéisme dans le Proche-Orient ancien : que peut en dire l’historien ?

Conférence donnée aux Glycines le jeudi 5 mai 2011

Jean-Michel de Tarragon, Exégète, historien de l’Orient ancien – École biblique et archéologique française de Jérusalem

Si les trois monothéismes nous sont « évidents » aujourd’hui, ils ne le furent pas à l’origine.

L’historien n’a pas le même regard que le théologien ; il scrute les religions cananéennes, bibliques anciennes, phéniciennes, ammonites, nabatéennes, puis le contexte plus large – les religions babyloniennes et égyptiennes. Le passage du polythéisme à la monolâtrie, qui précède le monothéisme strict, se fait par concentration des attributs divins sur le principal dieu. La divinité est protectrice de la Cité, du royaume, de la dynastie, maîtresse de la nature et de l’histoire. A ces titres, elle peut, après des siècles de décantation de la notion, accéder au statut de Dieu Unique. (Source : J-M. de Tarragon)

Illustration : Orant nabatéen, bas-relief, Médaïn Saleh, ancienne capitale du Sud des Nabatéens, Héjaz, Arabie Saoudite. Cliché sur plaque de verre du P. Jaussen, 1907, Collection de l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *