L’observatoire d’Alger : Développement de l’astronomie française en Algérie (1830-1938). Astronomie de province ou astronomie coloniale ?

Résumé de la conférence donnée aux Glycines le 27 avril 2017

Frederic Soulu – Université de Nantes

« Le développement de l’astronomie française en Algérie » décrit et analyse les pratiques des acteurs des sciences de l’observatoire en contexte colonial, entre 1830 et 1938.

Pendant la première période identifiée (1830-1855), les savants civils et militaires développent la météorologie sur le terrain algérien sous le contrôle de l’armée française. Ils agissent dans la perspective de l’assistance aux combats et de la diffusion de l’image d’une colonie agricole propice au peuplement. Le premier réseau météorologique organisé par l’État français se déploie à partir de 1841 dans l’espace conquis. Des observatoires temporaires sont destinés à des opérations géographiques.

Sous la pression des colons civils en Algérie et à la faveur d’un changement de régime politique, une station astronomique civile est fondée à Alger en 1858. Elle est dotée d’un grand télescope, le plus grand de France, destiné à un programme astronomique prestigieux.

Entre 1855 et 1885, les acteurs évoluent dans un cadre de grande autonomie par rapport au centre parisien et les pratiques oscillent entre innovation, comme les prévisions météorologiques, et services au Gouvernement général.

La dernière période étudiée, entre 1885 et 1938, est celle des lunettes d’astrométrie. Ces instruments permettent la détermination de positions géographiques.

Initiée par la pénétration militaire du Sahara algérien et les débuts de l’enseignement supérieur colonial à Alger, la période est marquée par la construction d’un observatoire permanent. Sur le site de la Bouzaréah, se développe une tradition astrométrique caractérisée particulièrement par la participation au programme de la Carte du ciel.

Astronome de formation, Frédéric Soulu est docteur en histoire de l’Université de Nantes et membre du Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques.

Publications:

  • Lamy, J., Soulu, F., « L’émergence contrariée du chronographe imprimant dans les observatoires français (fin 19e -début 20e s.) », Annals of Science, vol. 72, n°1, pp75-98
  • Soulu, F., « D’un observatoire à une station d’observation : Abbadia 1858-1975 », in La (re)fondation des observatoires astronomiques sous la IIIe République. Histoire contextuelle et perspectives actuelles, Jérôme De La Noë et Caroline Soubiran (Eds), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, pp 277-292
  • Soulu, F., « L’instrument scientifique à la rencontre du public », in Patrimoine scientifique : le temps des doutes , Cahier François Viète, Série II, n°3, Université de Nantes, 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *