La Statue équestre du duc d’Orléans, entre Paris et Alger : Commémorer la conquête de l’Algérie en colonie et en métropole

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 7 janvier 2016

Jennifer Sessions, University of Iowa

Icône d’Alger colonisée, la statue équestre du duc d’Orléans trônait sur l’ancienne Place du Gouvernement de 1845 jusqu’à la veille de l’indépendance en 1962. Érigée à l’initiative des élites européennes de la colonie naissante, le bronze représente Ferdinand-Philippe, prince royal de France, fils aîné du roi des Français Louis-Philippe, mort dans un accident de voiture en 1842 après avoir participé à plusieurs campagnes de l’armée d’Afrique en Algérie pendant les années 30. Le monument, œuvre du sculpteur franco-italien Carlo Marochetti, commémore en même temps l’héritier du trône français et la conquête française de l’Algérie. Devenue un point de repère des Algérois pendant la période coloniale, la statue subit le même sort que la colonie dont elle commémore la conquête, lors de la décolonisation de l’Algérie. En 1962, tout comme beaucoup d’autres monuments coloniaux, elle est déboulonnée et ramenée en France. Oubliée pendant vingt ans dans un hangar militaire par la municipalité de Neuilly-sur-Seine, banlieue chic de Paris qui hébergeait au XIXè siècle le château de Louis-Philippe et de la famille d’Orléans, vient enfin l’heure de sa renaissance. Erigée sur une place de Neuilly, elle devient, comme d’autres monuments “rapatriés”, un lieu de mémoire pour certains pieds-noirs ainsi que le symbole des liens historiques entre la ville et l’ancienne famille royale.

Le parcours de la statue équestre du duc d’Orléans de Paris à Alger puis d’Alger à Paris, se situe donc au croisement des histoires coloniales et métropolitaines, celle du processus du peuplement européen en Algérie et celle de la vie politique de la France contemporaine. Suivre ses méandres permet de tracer une histoire croisée de la commémoration de la conquête de l’Algérie et de ses transformations entre colonie et métropole, depuis la période coloniale jusqu’au présent postcolonial.

Jennifer Sessions est historienne. Professeur associé à l’Université d’Iowa et résidente en 2015-2016 à l’Institut d’Études Avancées de Paris, ses travaux portent sur la colonisation française en Algérie et le rôle de l’empire colonial dans l’histoire de la France au XIXe siècle. Elle a publié notamment By Sword and Plow: France and the Conquest of Algeria, Cornell University Press, 2011 et un numéro spécial de la revue French Politics, Culture and Society, « The Politics of Empire in Post-Revolutionary France », co-dirigé avec le Professeur Naomi Andrews et, consacré aux colonies françaises pendant la période post-révolutionnaire. Elle est l’auteur d’autres articles et chapitres d’ouvrages collectifs : http://clas.uiowa.edu/history/people/jennifer-sessions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *