Le roman algérien contemporain : Réflexions autour d’une algérianité littéraire

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mercredi 16 décembre 2015

Lynda-Nawel Tebbani, Universités Lyon 2 et Paris Sorbonne

La littérature algérienne, toutes langues confondues, est aujourd’hui reconnue pour sa richesse, sa diversité et son étendue dans et hors les frontières nationales.Grâce à la diffusion des textes et à la présence d’un champ éditorial varié (Chihab, Barzakh, Enag, etc… ; et les publications à l’étranger), la littérature algérienne et son roman, sont, existent et demeurent. Les travaux à son sujet sont légions et porteurs de réflexions fécondes. Ses écrivains connus et reconnus. Les auteurs algériens des années 90 et 2000 sont à travers le legs des figures tutélaires, dans une nouvelle quête d’écriture et de légitimation. Il ne s’agit plus comme dans les décades précédentes de rendre compte d’une aliénation hybride ou d’un égo scripteur par l’écriture diglossique, mais de trouver art dans la forme et la complexité, l’agencement et le plan possible du texte et de sa poéticité. L’enjeu testamentaire – connu par le biais de la littérature d’urgence – est, dorénavant, désactivé au profit de la quête de sens et de la création poétique pure. La volonté créatrice tend à montrer que la poétique se meut dans la quête de forme et devient ainsi, une quête d’identité générique. La question identitaire n’induit plus la question de langue ou la question de forme, elle est une création scripturaire qui se veut mobile et nomade.

Cependant, au-delà d’une présentation exhaustive, il demeure important de se demander ce que l’on entend, aujourd’hui, concrètement, par roman algérien ? Qu’évoque la nomination Algérie dans un texte du genre romanesque ? S’agit-il d’un élément de référentialité, de repère topique, d’un trope poétique ? Il s’agit de réfléchir la littérarité algérienne ou plutôt l’algérianité littéraire afin de démontrer que la problématique identificatoire ne tient pas tant à ce que le roman représente le réel et les échafauds politiques intrinsèques mais en la création poétique qui vient, non proposer, mais élaborer des utopies algériennes et ainsi, à faire de l’Algérie non plus un document mais un monument.

Lynda-Nawel TEBBANI est doctorante en Lettres aux Universités de Lyon 2 et Paris Sorbonne sous les directions de Bruno Gelas et feu Georges Molinié. Elle est également professeur de Lettres dans un lycée privé en Ile-de-France.

Elle a été invitée à l’Université de Blida Ali Lounici pour animer des séminaires de littérature et de méthodologie. Membre associée au CRASC dans l’équipe de Madame la Professeur Faouzia Bendjelid, elle a dans le cadre du projet « Réceptions critiques du roman algérien contemporain » co-organisé des journées d’études, un colloque international qui se déroulera en mars 2016, à Oran et préparer des publications d’actes et une anthologie, bientôt publiées aux éditions du CRASC.

Elle a participé à de nombreux colloques, conférences, séminaires et tables rondes en Algérie dans le cadre de sa collaboration avec le CRASC et invitée par le CNRPAH dans le cadre de son sixième colloque annuel à Constantine ; et à l’étranger, notamment à La Sorbonne, l’EHESS et l’ENS de Lyon.

Elle a publié plusieurs articles dont : « La nouvelle littérature algérienne ou le procédé poétique de l’altérité, passer de l’écriture de l’Autre à l’écrire autrement », in. La littérature africaine francophone Mesures d’une présence au monde, Sous la direction de Abdoulaye Imorou, Editions Universitaire de Dijon, Collections Ecritures, 2014, pp.61-73 ; et les Notices « El Mahdi Acherchour », « Sadek Aissat » et « Mourad Djebel » dans le Dictionnaire des écrivains algériens de langure française, 1990-2010, Sous la direction de Amina Azza Bekkat, Amrani Hatem, Bouanane Soumeya, Bouzenada Leila, Kouider Rabah Sarah, Mouloudj Rim, Zeharaoui Meriem ; et, « Le nouveau roman algérien : une réinscription de la thèse de Khatibi » dans The Contemporary Roman Maghrébin: Aesthetics, Politics, Production 2000-2015, sous la direction de Roger Célestin, Patrick Crowley, Eliane DalMolin, Megan MacDonald. Elle a préfacé le roman de Sarah Haidar, Virgules en trombes, publié aux éditions Apic, à Alger.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *